Doorzoek volledige site
11 januari 2016 | MARIJKE MARIS

Vincent Callebaut imagine une ville flottante faite de déchets plastiques

Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen
Illustratie | Dezeen

L'architecte belge Vincent Callebaut a imaginé une ville futuriste, imprimée en 3D à partir de déchets plastiques, immergée 1000 mètres sous la surface. Aequorea est située fictivement au large de Rio de Janeiro, et est qualifiée par Callebaut de septième continent. Le nom du projet est inspiré de celui d'une méduse bioluminescente, Aequorea Victoria.

Déchets plastiques

Le projet a pour intention de signaler le déclin des ressources naturelles sur la terre ferme. L'architecte souhaite aussi recycler "la soupe dégueulasse de détritus pétro-sourcés" qui pollue les océans.  Ce projet est le dernier en date d'une série imaginée par l'architecte, dont un système de transport basé sur les algues et des fermes sous-marines recouvertes de végétaux.


Lettre ouverte

Callebaut présente son idée sous la forme d'une lettre ouverte adressée aux terriens, dans laquelle il accuse la population de négligence à l'égard des conditions de vie des générations futures. La lettre est écrite par un adolescente fictive, aquanaute citoyenne d'Aequorea, et datée du 24 décembre 2065.

« Quand mon grand-père me raconte son mode de vie terrestre de l’époque, cela me semble complètement aberrant aujourd’hui, » peut-on y lire. « Ils consommaient la ville comme une marchandise et non comme un bien commun à cultiver en symbiose avec la nature. »


Monde sous-marin

L'accès au monde sous-marin se ferait via quatre marinas recouvertes d’une mangrove s’enracinant sur un dôme flottant de 500 mètres de diamètre. Cette structure serait faite d'algoplast, un matériau composite imaginaire issu d'un mélange d'algues et de déchets. Celui-ci servirait de matière première pour l'impression 3D de 1000 tours sous-marines hébergeant 20 000 aquanautes.

Au lieu d'utiliser des carburants fossiles, les aquanautes feraient appel à de nouvelles sources d'énergie plus durables.

La nourriture serait fournie par la culture d'algues, de plancton et de crustacés, tandis que des vergers et des potagers pousseraient au sommet des structures en forme de coquillage.

La monnaie Aequo soutiendrait l'économie maritime, alors que des recherches sur les animaux marins permettraient de traiter le cancer, le SIDA et les maladies cardio-vasculaires.

La lettre ouverte se termine sur un avertissement : « N’oubliez jamais. Les Océans produisent 50% de l’oxygène de notre planète. Ils en sont le poumon le plus actif ! Ça valait vraiment la peine de les nettoyer et de lutter contre leur acidification pour mieux ré-enchanter notre "vivre ensemble" ! Vous ne trouvez pas ? »

Callebaut n'est pas le seul architecte à imaginer notre futur sous le niveau de la mer. D'autres projets sont en cours de développement, comme cet hôtel sous-marin à Dubai et une proposition de villes sous-marines faites de gigantesques spirales.