Doorzoek volledige site
25 mei 2016 | SYLVIE REVERSEZ

Le Pôle de grandes conférences et de l’événementiel de Charleroi a un visage

Le verdict est tombé : la construction du nouveau Palais des Congrès de Charleroi et la rénovation de son Palais des Beaux-Arts seront confiés aux bureaux JDS Architects et Goffart-Polomé Architectes, épaulés des bureaux Piron Architectes et BUUR. Illustratie | JDS Architects + Goffart-Polomé Architectes
Le futur Palais des Congrès présente une succession de colonnades qui, en référence au péristyle antique, renforce le statut public du bâtiment. Illustratie | JDS Architects + Goffart-Polomé Architectes
La proposition architecturale invite l'espace extérieur public au sein du bâtiment. Les rampes donnent accès à la toiture-terrasse dont les larges dimensions permettent des usages divers. Illustratie | JDS Architects + Goffart-Polomé Architectes
La toiture-terrasse offrent des vues imprenables sur le paysage et ses terrils. L'intégration de l'espace public au sein-même et sur le Palais des Congrès a pour but de faciliter l'appropriation de l'édifice par les carolorégiens. Illustratie | JDS Architects + Goffart-Polomé Architectes

Une nouvelle pièce du puzzle de Charleroi 2.0 est désormais connue : les bureaux JDS Architects et Goffart-Polomé architectes sont les lauréats du concours pour la création du nouveau Palais des Congrès et la rénovation du Palais des Beaux-Arts de la ville.

 

Etre à la hauteur de ses ambitions

Le projet s’inscrit dans la politique de revitalisation générale entamée par la Ville de Charleroi et l’équipe de Charleroi Bouwmeester. Les autorités publiques travaillent pour reconquérir un statut de pôle métropolitain et se dotent pour ce faire des infrastructures adéquates. Charleroi veut en effet s’affirmer en tant que ville d’expositions et d’événements majeurs. Avec le projet du Palais des Congrès, c’est le tourisme d’affaires qui est clairement visé. S’appuyant sur la présence toute proche de Brussels South Airport, Charleroi a l’ambition de s’inscrire sur la carte des villes qui comptent à l’échelle internationale. Le dynamisme apporté par les futures installations sera un levier urbain de taille, grâce aux répercussions positives à prévoir sur le développement socio-économique de toute la région.

 

Des concours d’architecture pour qualifier la ville

Après l’annonce des lauréats de l’appel d’offres pour la redynamisation du centre-ville (remporté  par l’équipe de Bas Smets), c’est au tour du Pôle de grandes conférences et de l’événementiel de connaître ses concepteurs. La création du nouveau Palais des Congrès et la rénovation du Palais des Beaux-Arts sont donc confiées au bureau international de Julien De Smedt associé pour l’occasion au bureau carolorégien Goffart-Polomé Architectes, ainsi que les bureaux Piron Architectes et Buur. Leur vision et spécificités respectives se sont conjuguées pour répondre aux enjeux locaux tout en dépassant les problématiques propres à la ville, voire à la Belgique. Cette phase de concours a également désigné l’association momentanée des bureaux de vylder vinck taillieu et AgwA pour la reconfiguration du Palais des expositions.

 

Structurer la ville

Le Pôle de grandes conférences et de l’événementiel fait partie du programme FEDER 2014-2020 qui concerne la ville-haute. Avec la redynamisation des espaces publics et la création à venir d’un pôle dédié à la formation et la recherche, le futur Palais des Congrès participe à structurer la ville à travers la création d’un espace public de qualité continu et des fonctions urbaines affirmées. Dans cette optique, le projet occupe une position stratégique. Accolé au Palais des Beaux-Arts, qui sera, lui, rénové, il articule le coeur de ville et, plus au nord, le futur campus des sciences, des arts et des métiers.

 

Lectures urbaines

« Dans une intention claire et forte, le projet propose une lecture paysagère du bâtiment en créant un espace de rencontre entre ville et paysage. L’image du projet a été abordée à travers son intégration contextuelle historique, sa relation au paysage et son caractère publique », expliquent les architectes. L’implantation choisie a de fait la volonté de prolonger le tissu urbain existant en s’alignant au gabarit du Palais des Beaux-Arts et en complétant le cadre bâti autour de la Place du Manège. La volumétrie du bâtiment se développe en une promenade urbaine. Celle-ci s’élève progressivement depuis la place vers un point de vue supérieur ouvert sur le paysage post-industriel si caractéristique de l’ancienne région minière. 

 

Exprimer son rôle urbain

Au niveau de l’enveloppe du bâtiment, les architectes ont proposé d’utiliser la thématique de la colonnade. Avec sa référence au péristyle, le projet appuie ainsi son rôle urbain et sa figure d’institution publique. Ce choix fait également écho aux colonnes de la façade du Palais des Beaux-Arts, proposant une lecture patrimoniale et contemporaine des lieux. Les colonnes constituent l’enveloppe structurante de l’édifice et agissent comme un prolongement de l’espace public vers l’intérieur du Palais des Congrès. La toiture est accessible au public par une succession de grandes rampes, dont les variations offrent des séquences spatiales dynamiques en articulation avec le contexte. Ainsi, en mêlant espace public intérieur et extérieur, le projet dépasse largement son programme initial. Les architectes ont proposé aux carolorégiens un projet qui fait corps avec la ville et que les carolorégiens pourront s’approprier durablement.