Doorzoek volledige site
27 september 2017 | MICHEL VAN DEN BOSCH

Des portes et châssis hors du commun pour cette rénovation en Alsace

La famille Bruckmann habite dans un lieu unique : un rectangle de bois et de verre, posé entre les murs d’un ancien atelier, au cœur d’un village alsacien. Les immenses baies vitrées et l’ouverture du toit en font un jardin de lumière, où les frontières entre extérieur et intérieur s’effacent. Un projet que ce couple d’architectes a conçu depuis les fondations jusqu’aux finitions.

 

« Depuis plusieurs années, je cherchais un lieu à part », raconte Véronique Bruckmann. « J’ai fini par dénicher une ancienne menuiserie, en plein centre de Molsheim. C’était un grand entrepôt biscornu, laissé à l’abandon. Quand nous sommes entrés la première fois, il y avait des algues sur le sol… Mais le potentiel était là. » Avec son mari, Joël, ils ont imaginé une construction qui tirerait parti de cet espace. Un vrai coup de génie. Pour le commun des mortels, l’endroit semblait inhabitable.

Des fous qui sont allés au bout de leur rêve et qui se sont acharnés au travail. Terminé en 2012, le chantier de leur maison de verre a mis toute la famille à contribution, y compris les deux enfants, Nina, 17 ans, et Swann, 19 ans. Ils ont participé activement au creusement des tranchées ou à la pose de l’isolation. « Nous voulions que notre maison soit aboutie ! », commente Nina. Même le chien, Elwood, a mis la main à la pâte paraît-il. Son œil vindicatif ne trompe d’ailleurs pas, cette maison, c’est la sienne.

 

Une leçon de géométrie

Dans le volume irrégulier de l’ancien atelier, les Bruckmanns ont, selon leurs propres mots, rétabli les angles droits. Ils ont supprimé le toit, tout en gardant des éléments de charpente visibles, puis ont placé au centre un parallélépipède. La lumière joue sur les murs blancs, y dessine des ombres changeantes, se reflète au travers des baies vitrées… Véronique : « Nous avons cherché à effacer les frontières entre l’extérieur et l’intérieur. Les portes coulissantes permettent d’élargir les espaces, de modifier les lieux de vie selon les moments de la journée. »

 

Bâtisseurs visionnaires

Pour le couple Bruckmann, l’architecture est une passion. Ils en ont une vision globale, qui va de la construction du bâtiment à l’aménagement intérieur en passant par la conception des espaces extérieurs. Adeptes du minimalisme et du modernisme, ils doivent parfois faire face à l’incompréhension, dans une région où la ‘tradition’ reste très ancrée. « Nos projets surprennent souvent », explique Joël. « En France, la culture architecturale n’est pas vraiment développée. Quand on propose des façades en verre, ouvertes sur l’extérieur, cela déroute encore beaucoup. Pourtant les techniques ont évolué. On peut aujourd’hui concilier isolation, sécurité et surfaces vitrées. Notre maison est un bon argument pour convaincre les sceptiques. »

 

De l’alu, sinon rien

La pose des baies vitrées a été un des grands moments du chantier. Elles comptent pour près de la moitié des murs extérieurs. Pour Véronique et Joël, l’aluminium était un choix non négociable. Joël : « Nous voulions une ligne sobre, qui s’intègre avec les éléments en bois. Par le passé, nous avons travaillé avec beaucoup d’aluminiers, mais Belisol sort du lot. Les châssis sont à la fois légers et solides. La finition est sérieuse, notamment les rails encastrés. De notre point de vue de professionnels, la différence est incontestable. »

 

Bonnes ondes

Un quart de queue Gaveau dans le living. Un mur d’amplis Marshall au fond du bureau. Deux guitares, un clavier et au-dessus de la rangée de livres consacrés à l’histoire du rock, un portrait de Bob Dylan qui ressemble étrangement à Swann, l’ainé de la famille. Chez les Bruckmann, l’art occupe une grande place. Et la musique avant toute chose. Une harmonie au diapason de leur maison lumineuse.