Doorzoek volledige site
29 november 2017 | CATHERINE DE WOLF

Catherine De Wolf : Les bâtiments peuvent-ils refroidir le climat ?

Illustratie | Cleantechnica

« Les bâtiments peuvent-ils refroidir le climat ? ». D. ir. arch. Catherine De Wolf prend position et avance quelques pistes. « Cela vaut néanmoins la peine d’explorer comment les bâtiments peuvent faire partie intégrante de la solution et non du problème de réchauffement climatique. »

 

Lorsque les conférences sur le climat comme la COP23 à Bonn[1] parlent des émissions de gaz à effet de serre, on prête attention à la consommation d’énergie durant une seule étape du cycle de vie : l’usage du bâtiment. Toutes les autres étapes sont négligées[2] : l’extraction des matériaux, leur production, leur transport vers le chantier, la construction, le remplacement et les réparations, l’entretien, la démolition et la gestion des déchets de construction. Afin d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris[3] sur le climat, le Panel Intergouvernemental sur le Changement Climatique[4] dit que le secteur de la construction doit être « zéro carbone » pour 2050. Les mesures typiques comme une meilleure isolation ne seront pas suffisantes, car elles ne résolvent que l’étape de l’usage du bâtiment. Pour rendre les bâtiments « zéro carbone » sur tout leur cycle de vie, même les matériaux de construction doivent avoir un bilan carbone neutre ou positif. La réduction de leurs émissions est une première étape nécessaire, mais idéalement, les matériaux de construction devraient également absorber les gaz à effet de serre.

The Economist[5] affirme également qu’il est impossible de rester sous la limite connue des 2°C de réchauffement climatique sans aucune forme d’émission « négative ». Les bâtiments pourraient ainsi faire partie de cette vision des choses. De plus en plus de technologies émergent afin de capturer le CO2 de l’air dans des bâtiments. Par exemple, Blue Planet[6] convertit des émissions industrielles en sable et en gravier. Modcell[7] est un système d’isolation qui absorbe le CO2 par la paille. La conception en bois provenant d’une forêt gérée de manière durable est un autre exemple. De nouvelles technologies demandent un processus d’essai et d’erreur, mais peut-être pourrions-nous apprendre de la nature, qui, elle, a des milliards d’années d’expérience en essais et erreurs. Un arbre Séquoia peut s’élever à 115 mètres en absorbant du CO2.[8] La clé est d’absorber plus de gaz à effet de serre que d’en émettre. En disant « absorber », je veux dire « capturer » au moins durant la vie du bâtiment.

The New Yorker[9] a récemment publié un article sur le sujet des plantations de forêts réalisées dans le but d’absorber le CO2, l’usage du « carbon capture and storage » et l’utilisation de biomasse dans les centrales électriques. Il est désormais possible d’enlever le CO2 du ciel comme le prétend Climeworks[10], mais la question est où nous pouvons le stocker. Peut-être les matériaux de construction peuvent-ils le faire, en construisant littéralement à partir du ciel ? Ce raisonnement peut conduire à des pratiques douteuses : pourquoi ne pas construire des murs et des sols épais ? Premièrement, les nouvelles technologies ne sont pas encore aussi bon marché que les techniques existantes visant à diminuer les émissions. Nous avons donc besoin de davantage de recherche dans ce domaine.  Ensuite, nos bâtiments ne sont pas éternels, ce qui confère à la capture du CO2 un caractère seulement temporaire. Cela vaut néanmoins la peine d’explorer comment les bâtiments peuvent faire partie intégrante de la solution et non du problème de réchauffement climatique.

Pour plus d’informations sur les bâtiments qui refroidissent le climat, je me permets de vous conseiller « The New Carbon Architecture » de Bruce King.

https://www.newsociety.com/Books/N/The-New-Carbon-Architecture

 

Dr. ir. arch. Catherine De Wolf est scientifique à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) dans le Structural Xporation Lab (SXL), qui fait partie du smart living lab. Elle a obtenu son doctorat sur « Low Carbon Pathways for Structural Design » au MIT.

--

[1]https://cop23.unfccc.int

[2]https://theconversation.com/so-much-for-cop23-theres-a-whole-class-of-carbon-emissions-were-totally-ignoring-87544?utm_source=twitter&utm_medium=twitterbutton

[3]http://unfccc.int/paris_agreement/items/9485.php

[4]http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar5/syr/AR5_SYR_FINAL_SPM.pdf

[5]https://www.economist.com/news/leaders/21731397-stopping-flow-carbon-dioxide-atmosphere-not-enough-it-has-be-sucked-out 

[6]http://www.blueplanet-ltd.com

[7]http://www.modcell.com

[8]https://www.newsociety.com/Books/N/The-New-Carbon-Architecture

[9]https://www.newyorker.com/magazine/2017/11/20/can-carbon-dioxide-removal-save-the-world

[10]http://www.climeworks.com