Doorzoek volledige site
18 december 2017 | SANDRINE BONMARIAGE

Un circuit plus cohérent pour le visiteur de l’Abbaye de Villers-la-Ville

Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)
Illustratie | AM Binario architectes (architecture) - L’Escaut (scanographie)- Pigeon Ochej Paysage (paysage)

Après vous avoir présenté les lauréats des grandes catégories du Grand Prix d’Architecture de Wallonie, nous vous invitons à présent à découvrir les gagnants des prix transversaux. Pour débuter, le Prix du Patrimoine, décerné à l’équipe Binario architectes (architecture), L’Escaut (scénographie) et Pigeon Ochej Paysage (paysage) pour le Centre du Visiteur de l’Abbaye de Villers-La-Ville.

Un parcours bien pensé

Le site de l'abbaye de Villers-la-Ville est traversé par une route nationale qui le divise et lui ôte toute cohérence et unité. Il était difficilement perceptible dans sa globalité et semblait se réduire au site des ruines. Architecture, paysage et scénographie ont rétabli l'équilibre subtil qui régit l'ensemble de la composition cistercienne en apportant de nouveaux éléments pour le circuit du visiteur. Le projet a pour objectif de créer une véritable séquence d'entrée dans le site des ruines de l'Abbaye de Villers-la-Ville et une mise en condition du visiteur. La situation de départ se caractérise par la projection immédiate du public au cœur des ruines via une petite billetterie située en bord de route, sans aucune cohérence au niveau du point de départ et du parcours. Le projet propose une réelle prise en charge du visiteur depuis le parking, via l'aménagement des abords qui induit le début du parcours et le dirige vers le nouvel accueil situé dans le moulin et comprenant la billetterie, la boutique et les sanitaires/vestiaires. Le nouveau circuit se poursuit ensuite à travers une partie du moulin où des espaces scénographiés permettent d'accueillir des groupes et introduisent l'histoire de l'abbaye, puis dans la colline depuis laquelle le visiteur appréhende les ruines avec un point de vue inédit et enfin dans le jardin pour ensuite descendre dans le site des ruines proprement dit.

Des matériaux en symbiose avec le lieu

Une attention particulière est dédiée à l'étude de la gestion des flux et l'intégration des contraintes liées à l'enveloppe existante. En effet, le moulin dans lequel s'installe le centre du visiteur accueille d'autres fonctions: bureaux, horeca,... De nouvelles connections sont à établir entre certains niveaux du moulin et entre le moulin et les espaces extérieurs, notamment avec la colline. L’étude de ces nouvelles liaisons est d'autant plus complexe que le bâtiment et le site sont classés et que tout le parcours doit être accessible aux PMR. Le projet permet d'aboutir à une réponse architecturale adaptée au programme et au lieu, en symbiose avec le monument et le contenu scénographique. La palette des nouveaux matériaux est établie de manière cohérente pour renforcer la continuité des interventions architecturales, paysagères et scénographiques dans le site. Acier Corten, béton lavé, béton voliges et béton pisé, parcours en bois massif pour les passerelles qui traversent les différents espaces intérieurs et extérieurs. Plusieurs prototypes sont réalisés en phase d'étude et de chantier afin d'en confirmer les propositions et investigations autour de la mise en oeuvre de certains matériaux comme le béton dit « pisé ». Une roue à aubes en corten est remise en place sur la façade ouest du moulin en vue d'une production d'énergie permettant de couvrir une partie des besoins en électricité du moulin.