Doorzoek volledige site
03 april 2018 | PHILIPPE SELKE

Bientôt un nouvel hôtel de police pour la zone Haute-Meuse

Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie
Illustratie | Asymetrie

En concurrence avec 6 autres équipes, et non des moindres, Syntaxe Architectes a remporté dernièrement le marché public pour la conception et la réalisation du nouvel hôtel de police de la Zone de Police Haute-Meuse, à Dinant. Le projet gagnant peut se résumer en quelques mots : un lieu de travail fonctionnel et flexible, un bâtiment lumineux, agréable à vivre, écologique car fonctionnant sans énergie fossile tout en restant facile à utiliser, et une construction économique à bâtir, à exploiter et surtout à entretenir. Le tout bien entendu pour un budget limité. Les travaux débuteront en 2019 pour s'achever en 2020.

 

Il ne s'agit pas du premier bâtiment du genre pour les architectes de Syntaxe, puisqu'ils ont déjà à leur actif notamment les hôtels de police de Jodoigne et de la Basse-Meuse à Oupeye. Un tel bâtiment présente de nombreuses spécificités, comme un plan simple, régi par les impératifs de sécurité, ou encore des circulations hiérarchisées, qui distribuent les services de manière fluide et efficace. Pour ce projet, Syntaxe s'est associé aux bureaux d'études Lemaire (stabilité – techniques spéciales – PEB) et ATS (acoustique), ainsi qu'à l'entrepreneur Moury.

 

Le projet lauréat

Les architectes ont fait le choix d’une volumétrie simple, équilibrée au service d’un projet compact et idéalement orienté. Les surfaces des façades s’en trouvent réduites, ce qui tant pour le coût de construction que pour les déperditions ou l’entretien, est un atout réel. Le bâtiment est conçu pour offrir des espaces flexibles, rationnels, efficaces et qualitatifs tout en répondant à des critères économiques et sécuritaires stricts. 

Le cœur du bâtiment s’ouvre sur 2 niveaux. C’est un espace ouvert ou les flux des services se croisent, à proximité directe de l’espace cafétéria, lui-même donnant sur une terrasse idéalement orientée et positionnée loin des zones visibles ou accessibles du public. Un escalier principal, distinct des circulations verticales de service ou de secours, accueille les utilisateurs comme une main tendue. Il gravit l’étage pour donner accès à la passerelle, à la croisée des services et de la zone réservée à la direction. Ce dernier espace, en débord et surplombant l’entrée du personnel, marque volontairement sa présence dans la volumétrie globale et offre un contrôle visuel permanent sur l’entrée des véhicules de service et du personnel.

Le projet comporte un stand de tir, une armurerie ainsi qu’un complexe cellulaire. Les techniques et les matériaux ont donc été adaptés à des impératifs très stricts de sécurité et de fonctionnement. Il en va de même pour les façades du bâtiment (vitrage blindé, sas sécurisé, etc.).