Doorzoek volledige site
16 mei 2018

L’architecte comme ultime chef d’orchestre BIM

Hubert Bijnens, architecte, membre du comité de rédaction d'Architrave

Le numéro 196 de la revue d'architecture Architrave vient de paraître. Il est introduit par un remarquable éditorial signé Hubert Bijnens, que nous souhaitons partager avec vous. Parce que l'avenir de l'architecte est indissociable de la méthodologie BIM, grâce à laquelle celui-ci pourra réaffirmer son rôle central unique eu sein du processus de construction.

 

Comme toutes les autres professions libérales, l’architecte va devoir, s’il veut subsister, réinterpréter l’exercice et les valeurs de son métier. Continuer à vivre sur base de privilèges et certitudes du siècle passé n’a plus de sens depuis l’émergence de technologies disruptives comme le blockchain, internet et l’e-commerce. Les certitudes sont à présent numériques. Les intermédiaires dans la chaîne de production deviennent de moins en moins nécessaires.  Il s’agit de rester au courant et de réagir proactivement. Nous sommes la première génération à ne plus montrer à nos enfants le chemin de leur avenir. C’est la jeunesse qui décide à quoi ressemblera notre métier et notre avenir, et comment nous devons nous former pour pouvoir continuer à lui apporter une plus-value qualitative.

Uber, Air-BNB, Zalando, Netflix ... le Don Quichotte qui honorablement tente de lutter contre ces phénomènes avec certes les meilleures intentions du monde, en sera pour ses frais.  L’ado addict au swipe a, sans doute inconsciemment, choisi de gérer ses souhaits et ses attentes d’une autre manière que les générations qui l’ont précédé. Même ses attentes par rapport à l’architecte et l’exercice de son métier, ont profondément évolué. Encore davantage que par le passé, le futur maître d’ouvrage souhaite embaucher un chef d’orchestre, un gestionnaire de construction. Il souhaite communiquer dans un mode technologiquement avancé et recherche la performance dans l’organisation de son temps si précieux. La qualité de vie est pour lui un mot clé.

Il va sans dire que ce changement fondamental de direction dans notre vision du monde et nos attentes offre d’énormes possibilités plutôt que de constituer une menace. Ainsi, le rôle de manager BIM est taillé sur mesure pour l’architecte. Qui mieux que l’architecte est à même d’initier, de gérer et de livrer cette forme hautement technologique de management de la construction ? L’architecte n’est pas seulement présent à chaque étape du processus. Il est également le concepteur du projet et le responsable de sa bonne exécution. Il est la personne qui peut apporter une plus-value sur les plans esthétique, fonctionnel, technique et économique. Et il ne le fait pas sans s’engager !

La force de l’architecte réside précisément dans la responsabilité qui lui est imposée par la loi. Aucun autre acteur de la construction ne peut assumer cette responsabilité de la sorte. Cet engagement constitue ainsi la force et l’avenir de l’architecte. Oser assumer sa responsabilité donne à l’architecte une raison d’exister. Cela le rend unique au sein de l’équipe de construction, en lui donnant le droit d’opérer au nom du maître d’ouvrage.

Une bonne connaissance du métier est cependant indispensable pour assumer cette responsabilité. Discernement et contrôle lucide du processus de construction. Il est encourageant de constater avec quelle avidité l’architecte est actuellement en train de se former. Être architecte, c’est aborder les techniques du futur avec curiosité. Faire preuve de largesse d’esprit. Être ouvert à d’autres idées afin d’ensuite se forger une opinion et prendre position.

L’architecte du futur sera ainsi unique au sein de l’équipe de construction. Une figure-clé qui ose assumer la responsabilité parce qu’il ou elle dispose de suffisamment de connaissances professionnelles pour diriger jusqu’à sa réalisation le projet qu’il ou elle a conçu.

L’architecte comme ultime chef d’orchestre BIM.

 

Hubert Bijnens