Doorzoek volledige site
08 augustus 2018

Combinaison d’ardoises et de bois pour cette habitation à Gouvy

Illustratie | Eternit
Illustratie | Eternit
Illustratie | Eternit
Illustratie | Eternit

C’est l’histoire d’une famille flamande originaire de la banlieue d’Anvers qui, tombée amoureuse d’un petit coin de la province de Luxembourg, décide de s’y installer définitivement. Sur les conseils de l’architecte de la région Christophe Stembert et avec un budget limité, ils y font construire une habitation simple, ouverte sur la nature et se caractérisant par un volume supérieur habillé d’ardoises en fibres-ciment, qui semble comme posé sur un socle bardé de bois ajouré. Comme si le léger portait le lourd.

Les propriétaires connaissaient la région de Gouvy pour y venir de temps en temps en week-end. Mis au courant de la disponibilité d’un terrain relativement isolé, ils franchissent le pas pour s’y établir dès la fin des études secondaires de leur fils.

Le grand calme

Le terrain, tout en longueur et légèrement trapézoïdal, ne borde la rue qu’avec une façade assez étroite. La maison est donc implantée en oblique par rapport à la rue, ce qui résulte en une orientation favorable : est à l’arrière, plein sud sur la grande façade donnant sur le vaste jardin, et ouest en façade avant. De ce côté de la maison, un car port s’accroche à l’habitation de manière décalée pour retrouver la perpendicularité avec la route. Le volume d’habitation est quant à lui parallèle aux limites haute et basse du terrain et suit les courbes de niveau, le terrain s’inclinant légèrement de gauche à droite. Aux alentours, on ne trouve que quelques anciens bâtiments de ferme et deux nouvelles maisons. Le grand calme par rapport à l’agitation que la famille connaissait auparavant en région anversoise.

Dynamique horizontale

L’idée de départ des propriétaires était de construire en ossature bois, pour l’ambiance que ce système constructif procure. Face au surcoût que cela aurait engendré, ils optent finalement pour une construction en dur, où le béton joue d’ailleurs un rôle important au niveau de l’atmosphère intérieure. On retrouve aujourd’hui le bois en façade, combiné avec des ardoises en fibres-ciment gris foncé. La proposition de l’architecte consiste en effet à présenter un volume d’aspect assez massif posé sur un volume dont l’habillage en bois ajouré suggère la légèreté. Autre particularité du projet : un seul pan de toiture, reflétant en quelque sorte la pente du terrain. Les ardoises Alterna qui y sont placées en pose horizontale à recouvrement double, tout comme sur la partie supérieure de la façade, soulignent cette dynamique horizontale déjà présente dans le bardage en sapin. La combinaison des deux matériaux procure donc à la fois un contraste et une harmonie grâce aux lignes horizontales qu’elle souligne. Afin de ne pas casser l’aspect monolithique, l’épaisseur du bardage a été augmentée pour intégrer corniches et tuyaux de descente et les rendre invisibles.

Sobriété volontaire

Malgré une surface au sol en réalité assez limitée, l’intérieur donne une impression d’espace, que l’on doit au plan ouvert et aux vastes baies vitrées inondant les espaces de vie d’une clarté typiquement ardennaise. Une fois la porte d’entrée franchie, on embrasse du regard l’ensemble du rez-de-chaussée. De gauche à droite, on découvre la cuisine, la grande salle à manger entièrement vitrée et ouverte sur le jardin et le paysage, l’escalier en béton brut apparent, puis le salon-coin télé un peu en retrait. Le sol en béton brut et un spectaculaire poêle design suspendu ajoutent une touche de chaleur à la simplicité des lieux. La volonté des propriétaires était clairement d’être en contact avec la nature et de bénéficier en toutes saisons d’une abondance de lumière naturelle. Seul un indispensable bloc technique avec WC, vestiaire et chaufferie se soustrait à l’ouverture totale des espaces. Côté rue, la façade est entièrement fermée, à l’exception de la fenêtre de la salle de bains située à l’étage. Empruntant l’escalier, on accède à un couloir en mezzanine, avec un garde-corps vitré. À l’étage également, des baies judicieusement placées font rentrer le soleil et la lumière naturelle. Le couloir distribue les espaces en commençant par le bureau de la propriétaire, la chambre du fils, une petite pièce de ménage, la salle de bains et la chambre parentale au-dessus du salon.