Doorzoek volledige site
16 januari 2019 | MICHEL CHARLIER

Nesto, construit pour être reconstruit

Illustratie | Facebook nesto.lu
Illustratie | Facebook nesto.lu
Illustratie | Facebook nesto.lu
Illustratie | Facebook nesto.lu
Illustratie | Facebook nesto.lu

« Nesto, construit pour être reconstruit », un slogan on ne peut plus clair pour une résidence d’un nouveau genre. Ayant accueilli ses premiers locataires il y a quelques semaines à Wiltz (Grand-Duché de Luxembourg), elle intègre et applique de manière systématique les principes de l’économie circulaire. Nesto Wiltz, c’est un bâtiment à ossature bois entièrement démontable et recyclable, des façades en caissons de bois avec un isolant composé de fibres de bois, des fenêtres triple vitrage en PVC recyclable, des chapes sèches démontables, une autonomie énergétique totale, zéro émission et zéro déchet. Une circularité estimée à 85%... excusez du peu !

Un douillet nid circulaire

Le projet Nesto (ce nom fait référence au nid d’oiseau, composé de matériaux naturels et créé sans aucun gaspillage), également développé à Differdange et Esch, est davantage qu’une résidence. C’est avant tout un concept, issu de la philosophie Smartdesign développée par la société PROgroup. Ce bureau d’ingénieurs-conseils, actif de manière globale et intégrée dans le domaine de la construction, s’est ici associé à HelioSmart, une société luxembourgeoise active dans le développement d‘immeubles abordables et appliquant les principes de l‘économie circulaire.

Une philosophie sans compromis

La philosophie Smartdesign repose sur quelques principes importants : construction suivant des méthodes industrielles reproductibles, hyper-optimisation des coûts, bâtiment passif, bâtiment déconstructible constitué de matériaux identifiables et réutilisables selon les principes de l’économie circulaire, standardisation des composants… Le bois peut-être réusiné ou réutilisé tel quel, de même que l’acier Corten et les isolants. L’immeuble, dont le gros œuvre a été construit en 3 jours, peut même être déplacé en entier !
Autre particularité, « le projet tend vers l’achat (sous forme, ici, d'une location mensuelle) d’un service tout compris et non d’un bien d’investissement », expliquent les concepteurs. « De la sorte, le fabricant n’a aucun intérêt à programmer l’obsolescence de son produit. Il a au contraire avantage à ce que son produit consomme le moins possible d’énergie et dure le plus longtemps possible. »

6 appartements autonomes

La résidence comporte 6 appartements (1, 2 ou 3 chambres) répartis sur un rez-de-chaussée et 2 étages. Chaque niveau comprend donc 2 appartements d’une surface variant entre 70 et 100 m². Chaque appartement dispose d’une terrasse ou d’un jardin privatif. La structure des balcons est autoportante. La résidence n’a ni sous-sol (les zones de dépôts sont aménagées à l’extérieur) ni parties communes. La cage d’escalier en acier Corten, également réutilisable, se trouve à l’extérieur du bâtiment et permet l’accès aux six appartements. 

Wiltz, hotspot de l’économie circulaire… et sociale

La commune se devait de soutenir ce projet novateur et unique. C’est pourquoi elle a mis le terrain à disposition via un bail emphytéotique sur 60 ans. La commune de Wiltz s’occupe actuellement d’une vingtaine de projets appliquant les principes de l’économie circulaire. Mais le projet Nesto a également une portée sociale puisque les logements sont loués via l’agence immobilière sociale à un loyer d’environ 10,-€/m2. Un loyer qui, selon l’administrateur délégué de PROgroup, Romain Poulles « est de 25% plus bas que les prix du marché. »

Circulaire, social, mais aussi concerné par la santé

Dans les projets Nesto, l’accent est également mis sur la santé, la qualité du logement, de l’eau et de l’air. « Tous les matériaux sélectionnés pour la construction sont sains et inertes », précise-t-on encore chez Nesto. « La ventilation double flux filtre l’air ambiant. La structure du bâtiment est en bois. L’isolation est constituée de laine de roche et de fibre de bois. Et les composants organiques volatils (COV) émis par les solvants et les colles ont été exclus du projet. »

Grande activité pour une grande passivité

« La compacité des formes et l’enveloppe ultra performante en font des habitations passives de classe A A A », explique-t-on chez l’architecte du projet, Dariusz Pawlowski. « De plus, la mise en œuvre et l’exploitation de pompes à chaleur réversibles air/air, couplées à des VMC double-flux à hauts rendements en tant que système de chauffage, garantissent un rendement optimal pour une faible dépense énergétique (14kWh/m2/an). Ce système permet également le refroidissement en été. Des capteurs solaires en toiture fournissent l’énergie nécessaire au préchauffage de l’eau chaude sanitaire : stockée en ballon, elle est chauffée instantanément selon les besoins des utilisateurs. »

Tout le pays s’y met

Les politiques luxembourgeois ont pris conscience de l’importance de ce projet au niveau du pays tout entier. Lors de l’inauguration de la résidence de Wiltz, Claude Turmes, le Secrétaire d’état au Développement Durable et aux Infrastructures, mettait l’accent sur une construction produisant moins de déchets et concluait : « Le mot ‘démolition’ devra disparaitre du dictionnaire pour être remplacé par ‘déconstruction’ ».

Une prise de conscience qui n’affranchit pas les habitants de ces résidences et d’autres futurs bâtiments circulaires luxembourgeois de faire eux aussi des efforts : ils sont et seront sensibilisés à une manière de vivre plus respectueuse de leur environnement. Un système de monitoring leur permettra par exemple de prendre conscience des bonnes pratiques d’utilisation des bâtiments.

 

En résumé, cette courte vidéo de présentation.