Doorzoek volledige site
20 november 2019 | JOHAN DEBIÈRE

Archi-militant : Votre brutalisme va sacrément nous manquer, Monsieur Lampens

Maison Van Wassenhove, par Juliaan Lampens Illustratie | Sandra Fauconnier

L'architecte Juliaan Lampens est parti le 6 novembre dernier et il laisse un grand vide dans la communauté des architectes. Au contraire de celles et ceux qui lotissent plutôt qu'ils n'abritent, ce brave homme né et mort à Gand a toujours su utiliser le béton avec intelligence, sensibilité, intelligence et même poésie.

 

Lignes pures et abstraites

En Belgique, on l'a bombardé chef de file du brutalisme, mouvement qui a connu son heure de gloire entre les années '60 et '70 avant de laisser la place à d'autres mouvements et d'autres tendances. Pourtant, depuis, ses oeuvres sont toujours là et impressionnent toujours par leurs lignes pures et abstraites. A Oudenaarde avec la chapelle Notre-Dame de Kerselare qui donne le sentiment de dégager (en tout cas chez votre serviteur) une force beaucoup plus intense que ne le fait la chapelle de Notre-Dame-du-Haut de Le Corbusier à Ronchamp. Ou à Sint-Martens-Latem avec la maison toute de béton, de verre et de bois que l'architecte avait alors construite pour la famille Van Wassenhove.

 

Humilité et humanisme

A la différence de Le Corbusier, fort en gueule, que ses liens avec le fascisme et son antisémitisme ont par ailleurs sans doute desservi, Juliaan Lampens a toujours su garder cette humilité et cet humanisme qui font définitivement d'un architecte un très bon architecte. « Une maison doit toujours être construite en fonction des personnes qui vont y vivre » confiait-il il y a quelques années à nos confrères de Canvas. A la question du journaliste qui lui faisait remarquer qu'il avait installé des toilettes dans l'espace de vie sans séparation nette avec le reste de la pièce, il avait alors simplement répondu sans se démonter : « Je ne le fais pas partout... ». Comme pour excuser quelque chose qui ne devait évidemment pas l'être. Mais, Monsieur Lampens était ainsi fait : un homme de velours dans un écrin de brutalisme.