Doorzoek volledige site
22 september 2020 | PHILIPPE SELKE

L’économie circulaire dans la construction, aussi pour les techniques spéciales !

Chantier tour Philips sur la place De Brouckère Illustratie | WTCB/CSTC

Si les principes de l’économie circulaire appliqués au secteur de la construction semblent de mieux en mieux connus, le constat s’impose que presque toute l’attention se focalise sur le réemploi de matériaux. Or, les installations techniques valent également la peine que concepteurs et maîtres d’ouvrage s’y intéressent. Bruxelles Environnement organise le 16 octobre prochain un séminaire pour les aider à prendre conscience de cet intérêt.

 

Au programme de ce séminaire Bâtiment Durable : des interventions très concrètes et des case studies. On pourra y découvrir notamment les enjeux, au départ d’un projet, d’une bonne conception des installations techniques mais aussi des locaux et gaines techniques. Une intervention démontrera toute l’importance d’une bonne maintenance des installations, dans un objectif d’économie circulaire. Au cours de cette journée, le cas de Greenbizz, un bâtiment hébergeant des startups dont les besoins sont par nature évolutifs, démontrera la nécessité d’une certaine flexibilité, notamment des réseaux techniques. Enfin, un autre cas d’étude sera présenté concernant le réemploi d’un groupe de ventilation.

 

Le réemploi : une opération win-win

Mis en service en 2013, le groupe de ventilation de la tour De Brouckère, en parfait état de fonctionnement, serait parti à la casse sans l’intervention de Cenergie. Ce bureau d’étude spécialisé en matière d’efficacité énergétique et de durabilité, a proposé à Aquafin de donner une seconde vie au groupe de ventilation sur son nouveau bâtiment Aartselaar. Le maître d’ouvrage, déjà très sensibilisé à la circularité et signataire du Green deal Circulair Bouwen, fut séduit par l’idée. D’autant plus que cela lui permettait de… faire des économies ! Avec Rotor (une asbl spécialisée dans le réemploi de matériaux de construction), Cenergie a donc supervisé le démontage, l’évacuation et l’entreposage du groupe de ventilation, dans l’attente de sa remise en œuvre sur le nouveau projet.

Anne-Laure Maerckx, Senior Consultant chez Cenergie : « Aquafin ne paie rien pour le groupe de ventilation en lui-même mais prend en charge le coût du démontage, du transport et de la remise en œuvre. Pour le maître d’ouvrage de la tour De Brouckère, l’intérêt est que le démontage et l’évacuation ne lui coûtent rien. Vu que ce groupe était encore en très bon état de fonctionnement, cela aurait été une aberration de le jeter ! »

 

Anticiper l’avenir dès aujourd’hui

Extraire le groupe de son étage technique ne fut pourtant pas une sinécure. L’accessibilité des techniques n’est en général pas le point fort des projets. Cette accessibilité devra être à l’avenir un des principaux points d’attention des concepteurs pour pouvoir faire de l’économie circulaire.

Anne-Laure Maerckx : « Récupérer des techniques se fait encore très peu parce que cela reste compliqué. Quand une réutilisation n’a pas été prévue au départ, ça demande pas mal de souplesse et une grande capacité d’adaptation de la part de toutes les parties impliquées. C’est comme pour les matériaux de construction : on doit travailler aujourd’hui sur des bâtiments qui n’ont pas été conçus pour le réemploi. Il y a donc un véritable enjeu à concevoir dès maintenant en fonction d’un réemploi futur. »

 

Prolonger la durée de vie des installations

Si le réemploi de certaines installations techniques dans ce projet a pu être envisagé, c’est parce que ce groupe de ventilation a toujours été parfaitement entretenu. Anne-Laure Maerckx : « Quand on parle de durabilité et d’économie circulaire, tout commence obligatoirement par une bonne maintenance. Ceci est essentiel pour prolonger la durée de vie des installations le plus longtemps possible ainsi que pour leur maintien en bon état en vue d’une éventuelle future utilisation. » Lors du séminaire, deux interventions traiteront des aspects techniques, mais aussi réglementaires, pour assurer une bonne maintenance.

 

Le confort en leasing

Les techniques spéciales sont une matière complexe. Nombre de gestionnaires de bâtiments ne les maîtrisent pas suffisamment. Cela est d’autant plus dommageable que parfois, le niveau de confort n’est pas atteint. Confier ce rôle à un partenaire spécialisé pourrait être une solution. Cette pratique est déjà courante aux Pays-Bas, où des sociétés proposent des installations techniques en « leasing », ainsi qu’un contrat de performance pour atteindre un certain niveau de confort. Ce sera le sujet d’une des interventions du séminaire.

 

Dernière minute : Ce séminaire affiche complet. Il n'est donc plus possible de s'y inscrire. Les personnes intéressées pourront trouver les slides des différentes présentations sur cette page du site de Bruxelles Environnement.