Doorzoek volledige site
28 oktober 2020 | MICHEL CHARLIER

Ecologique et contemporaine, l’Eco-Résidence Léopold participe au renouveau de Liège

Illustratie | Invest & Corporate SA
Façade avant, rue Léopold. Illustratie | AC/DC
Façade arrière, rue Souverain-Pont. Illustratie | AC/DC
Illustratie | AC/DC
Illustratie | AC/DC
Illustratie | AC/DC
Illustratie | Invest & Corporate SA

L’Eco-Résidence Léopold se singularise par sa structure en bois CLT et son caractère passif. Le projet, porté par les maîtres d’ouvrage (en association momentanée) Invest & Corporate SA et Jan De Nul, a été construit par TimberTeam, sur une conception de l’Atelier d’Architecture du Sart Tilman (AAST) en association momentanée avec le bureau AC/DC Architectes Associés. Un projet auquel a également participé le Bureau d’Etudes Lemaire.

 

Il y a quelques semaines, la justice a rendu son verdict dans l’affaire de l’explosion d’un immeuble de la rue Léopold, à Liège, qui avait coûté la vie à 14 personnes en janvier 2010 et laissé un trou triste et béant à quelques pas du centre historique de la Cité Ardente. Depuis lors, un bâtiment blanc de 6 étages, à la façade joliment asymétrique jouant avec le vide et aux garde-corps ajourés, a été construit sur ce site chargé d’émotion : l’Eco-Résidence Léopold, dont la caractéristique principale est une structure en bois lamellé croisé CLT. L’immeuble comprend un rez-de-chaussée commercial et quatre niveaux de logements, avec des appartements 2 et 3 chambres et un penthouse avec rooftop et terrasse.

Retisser le lien 

« L’occasion était propice au développement d’une conception urbaine enrichissante », expliquent les architectes d’AAST. « La rue Léopold est une barrière physique entre deux quartiers. Le projet de l’Eco-Résidence propose de les relier par un passage public au rez-de-chaussée commercial du nouvel immeuble. Ce nouvel axe permet de découvrir de nouvelles perspectives valorisantes au travers de son jardin central. »

Un système constructif en bois CLT

« Le concept est un système constructif en bois », déclare-t-on chez AAST. « Il se compose d’un assemblage de panneaux en bois massif formant des volumes complets préfabriqués en atelier et assemblés sur site. La cage d’escalier circulaire soutenue par des piliers joue le rôle central de mur porteur.

L’Eco-Résidence est l’une des premières de ce genre, surtout sur une telle hauteur. « Nous l’avons voulue à la pointe des techniques modernes de construction, égalant enfin celles utilisées chez nos voisins scandinaves, avec en plus l’exclusivité pour la région d’une construction en bois massif sur 6 niveaux », précise Pierre Berryer, gérant d’Invest & Corporate SA.

Une gestion intelligente des accès

Revenons à la disposition des lieux, explicitée par les architectes : « La composition est basée sur le croisement d’accès principaux et secondaires, activés au fur et à mesure de la conception de chaque niveau. Grâce à une distribution centralisée des accès, des circulations et des fluides, les possibilités d’organisation des surfaces d’appartements sont multiples. La répartition des pleins et des vides, est essentielle dans l’expression variée de chaque logement où la lumière naturelle est exploitée au maximum. La cage d’escalier translucide, largement ouverte vers le jardin vertical participe à la qualité des espaces de vie. La lumière naturelle inonde le cylindre central ; percé de meurtrières, il diffuse la luminosité dans chaque appartement. »

Percements, vides et décalages

Quant à la façade de la nouvelle résidence, elle intègre de manière moderne les percements des fenêtres et des portes des immeubles voisins, respectant les pleins et les vides, mais également les ornements des maisons de cette percée reliant la Place Saint-Lambert au quartier d’Outremeuse. L’originalité tient dans la variation des percements et dans les profondeurs des baies, un premier décalage à l’avant-dernier niveau et un second décalage accompagné d’un vide au niveau de la terrasse-jardin du dernier étage dont les toitures sont traitées en matériaux couleur ciel.
« L’ouverture vers le ciel est progressive, complétant des jeux de profondeur des baies largement plantées. En alignement du front bâti, la façade est une deuxième peau protectrice du système constructif en bois » précise-t-on chez AAST.

Un bâtiment passif, technologique et durable

Pierre Berryer : « Notre société ne réalise que des logements à basse consommation, passif à la norme wallonne, en construction bois massif CLT. Pour l’Eco-Résidence Léopold, nous avons utilisé des technologies ciblées afin d’offrir aux résidents un confort maximal. Elle a une avance formidable sur les autres immeubles et propose ce qui se fait de mieux en matière d’isolation, d’énergie grise, de ventilation, de production d’énergie, de récupération d’eau,… Toutes ces techniques permettent des économies considérables en énergies de toutes sortes. »

Pour atteindre ce niveau passif, les architectes évoquent également la compacité du volume, une excellente étanchéité à l’air, un chauffage à haut rendement, un apport solaire optimisé, des pompes à chaleur avec récupération de celle-ci et la présence de panneaux photovoltaïques.

Quant à la composante végétale, « elle est fortement intégrée au projet par la création d’une ‘faille verte’ au centre d’îlot, des toitures et des terrasses végétalisées qui permettent de stocker les eaux de pluie, réduisent le dimensionnement des conduites d’égouttage et constituent un régulateur thermique.

 

GERELATEERDE DOSSIERS

GERELATEERDE ARTIKELS