Doorzoek volledige site
10 februari 2021 | MICHEL CHARLIER

Le Cercle Ouvrier de Mouscron magnifiquement (re)mis en valeur

Illustratie | ETAU Architects
Illustratie | ETAU Architects
Illustratie | ETAU Architects
Illustratie | ETAU Architects
Illustratie | ETAU Architects

A Mouscron, le Cercle Ouvrier symbolise parfaitement l'expression architecturale des années '30 et du style Art Déco. Le bâtiment avait accueilli en un peu moins d'un siècle des activités sociales et socio-culturelles, des bureaux, et même... un atelier de fabrication de décors de théâtre. Inoccupé depuis plusieurs années, le Cercle avait besoin d'une rénovation radicale des façades et des espaces intérieurs, ainsi que d'une nécessaire mise en conformité. Un projet rondement et superbement mené par ETAU Architects, qui permet la pérennisation de ce bâtiment emblématique.

 

Le Cercle Ouvrier, datant de 1932, avait été conçu par l’architecte mouscronnois Marcel Hocepied. La même année, le bâtiment avait été flanqué sur sa gauche d'une conciergerie. Et même si le bâtiment n'est pas classé et n'est actuellement pas repris dans l'Inventaire du Patrimoine, « au-delà de ses qualités architecturales et d’intégration dans le tissu urbain, il présente sans équivoque un symbole fort du l’histoire du mouvement ouvrier chrétien de Mouscron et illustre le passé industriel établi sur le secteur textile, du bois et de la métallurgie ainsi que ses mouvements sociaux durant l’entre-deux-guerres », expliquent les architectes. « Le projet de réaménagement et d’extension, de par son programme, tend à retrouver le caractère d’antan du Cercle Ouvrier par la reconversion du bâtiment en un espace de exposition/vente et location de matériel médical, paramédical et de soins - magasin QUALIAS -, et en espaces polyvalents pour l’organisation de formations, d’éducation permanente et activités socio-éducatives adressées à tous publics de tous âges. Une conciergerie pour l’ensemble du site est également recréée. »

Rénovation et (re)mise en valeur

« Le projet a consisté essentiellement à la rénovation et à la remise en valeur des façades et espaces intérieurs qui au fil du temps, avaient été dénaturés », précise Marie-Sophie Hubert, administratrice d'ETAU srl. « Ainsi, les façades ont été nettoyées, rejointoyées et les sculptures réparées. L’ensemble des châssis et les toitures ont été remplacés. Les vitraux ont été démontés, réparés et intégrés dans des nouveaux doubles vitrages. A l’intérieur, les espaces défigurés par des cloisonnements et faux-plafonds ont été dégagés afin de remettre en valeur les volumes, les plafonds à caisson et les matériaux de qualité encore présents. Enfin, afin de répondre au programme, les combles ont été aménagés et des extensions ont été réalisées à l’arrière du bâtiment dans des matériaux contemporains afin de les distinguer du bâtiment d’origine. »

Défis et matériaux

Les architectes reconnaissent qu'allier le nouveau programme et les mises en conformité nécessaires, notamment en matière de performances énergétiques et de protection incendie, avec une rénovation du bâtiment d’origine qui ne dénature pas celui-ci a été un sérieux défi. Ils ont heureusement pu compter sur la qualité des matériaux d'origine - carrelages, granito, plafonds à caissons, moulures, ferronneries, vitraux... - qu'ils ont pour la plupart pu faire remettre en état par des entreprises spécialisées plutôt que de les remplacer.