Doorzoek volledige site
11 mei 2021

La construction bois s'invite à Pairi Daiza

Stavkirke Illustratie | CCBois
Carport solaire, structure porteuse (vue du dessous) Illustratie | Préfabois
Stavkirke Illustratie | CCBois
Maisons natives Illustratie | La Maison de Demain

Dans sa dernière infolettre en date, Ligne Bois donne un coup de projecteur sur plusieurs projets en bois développés à Pairi Daiza. Pour habiter ses deux nouveaux mondes – la 'Terre du Froid' et la 'Dernière Frontière' – le parc animalier Pairi Daiza ne s’est pas contenté d’y faire venir des animaux issus de ces contrées lointaines, il a également voulu y transposer l’habitat typique de ces régions. Des régions où le bois a façonné le paysage bâti. Et pour accueillir un public toujours plus nombreux, il a édifié trois projets phares en bois portés par des entreprises wallonnes. Un article d'Admon Wajnblum, Chargé de communication chez Ligne Bois asbl.

 

Carport photovoltaïque

Préfabois (le consortium composé des groupes Mobic et Stabilame) et Perpetum Energy, spécialiste des installations photovoltaïques de grande dimension, n’en étaient pas à leur coup d’essai puisqu’ils avaient déjà réalisé, dans le cadre de leur partenariat, un carport photovoltaïque soutenu par une structure en bois au parc Your Nature à Antoing. Dès lors, quand Perpetum Energy a été contacté par Pairi Daiza en vue d’édifier un carport photovoltaïque, l’entreprise a immédiatement proposé de monter les modules solaires sur une structure similaire ; une idée qui a séduit les responsables du parc. « Il ne s’agissait pas ici de monter une simple structure bois. Pairi Daiza désirait un projet non seulement écologique mais doté d’un certain cachet, quelque chose qui sorte de l’ordinaire. C’est ainsi que, après avoir étudié la faisabilité du projet, nous avons proposé une structure en bois brut, constituée de troncs entiers » expliquent Patrick Moutschen et Laurent Riche, administrateurs de Préfabois.

Les 814 modules qui composent ce gigantesque carport de 105 000 m2 sont constitués de troncs d’arbres en douglas local, de poteaux et chevrons pré-entaillés en épicéa local et de panneaux photovoltaïques. Au total, ce carport destiné à accueillir environ 10 000 voitures a nécessité 7.600 m3 de bois et 62 800 panneaux. Une prouesse technique réalisée en un temps très court puisque l’ensemble du chantier a été bouclé en à peine 4 mois, qui plus est, en pleine crise sanitaire ! (...)

Maisons natives

Eric Domb, fondateur et CEO du parc animalier Pairi Daiza, ne laisse jamais rien au hasard et certainement pas son désir d’authenticité. Au détour d’un voyage dans le nord du Canada, il a eu l’occasion de découvrir les quelques rares habitats traditionnels qui subsistent des tribus indiennes de ces régions, et a eu l’idée de les reconstruire à l’identique au coeur du monde “La Dernière Frontière” de Pairi Daiza pour y héberger les visiteurs en immersion au milieu des animaux. Il a, pour ce faire, dû obtenir l’autorisation des chefs coutumiers (cet habitat traditionnel étant protégé par des droits de propriété) lesquels ont été invités à participer à l’élaboration du projet et à valider le résultat final. « Originellement, ces maisons étaient constituées d’une structure en rondins de cèdre bruts que les indiens habillaient totalement de grandes planches de cèdre. Quand ils changeaient de territoire de chasse, ils démontaient les planches et les transportaient jusqu’à l’endroit choisi pour le nouveau campement où ils n’avaient plus qu’à couper des arbres pour édifier une nouvelle structure », explique Jeremy Lannoy, directeur technique de Pairi Daiza. 

Contacté par Jeremy Lannoy, José Pérard, administrateur de La Maison de Demain, propose alors une première ébauche pour dresser ces maisons inspirées de l’habitat traditionnel des indiens du Canada : « En l’occurrence, je pensais à des maisons en ossature bois qu’on aurait artificiellement vieilli pour donner l’idée de quelque chose d’ancien. Comme il y avait une dizaine de maisons à construire, cette solution avait le mérite de pouvoir être rapide. Mais la philosophie de Pairi Daiza vise à être aussi proche que possible du modèle originel. Il fallait donc quelque chose de massif et le bois devait impérativement être du cèdre de provenance canadienne. » (...)

Stavkirke

Au Moyen Âge, on recensait d’innombrables églises en bois debout aux motifs sculptés un peu partout en Europe du Nord. Aujourd’hui, il n’en subsiste que 28, toutes situées en Norvège. A Pairi Daiza, depuis 2020, il en existe toutefois une 29ème. Une œuvre magistrale signée Charpente & Construction bois. En effet, pour le restaurant de la Terre du Froid, les responsables du parc ont décidé que ce dernier prendrait la forme d’une église norvégienne traditionnelle (appelée stavkirke), devenant ainsi le bâtiment phare de ce nouveau monde. C’est l’entreprise Charpente & Construction Bois (CCBois) qui a été mandatée pour s’occuper de la mise en œuvre du projet. « Après avoir pris connaissance des plans imaginés par les architectes de Pairi Daiza, lesquels n’étaient pas encore totalement figés, nous avons décidé de nous rendre à Oslo où se trouve un immense parc-musée qui regroupe les différentes formes de constructions traditionnelles norvégiennes. Il s’agissait de comprendre la mécanique constructive des églises en bois debout car il en existe plusieurs types. Il est apparu qu’elles ont néanmoins toutes un point commun : des poteaux d’angle et une charpente de bois avec des planches murales posées sur des pièces d’assise ; une sorte d’ancêtre du système poteauxpoutres. Sur base de nos observations, nous avons imaginé un projet très largement inspiré des stavkirke traditionnelles mais conçu dans une optique contemporaine, en accord avec le maître d’ouvrage » explique Bruno Bodeveix, fondateur et administrateur de CCBois. (...)

Cet article est à lire en entier via ce lien.

 

GERELATEERDE DOSSIERS