Doorzoek volledige site
26 augustus 2014 | KEVIN MOENS

Jaspers-Eyers, SAQ, MASS Architects et Michel Janssen pour le nouvel hôtel de ville d'Hasselt

L'hôtel de ville avec son étonnante face réfléchissante ©Hassalink & Photographe Jean-Michel Byl
©Hassalink
L'équipe de conception et de construction Hassalink Illustratie | MASS Architects
©Hassalink

En 2018, les services communaux et le CPAS d'Hasselt emménageront ensemble dans un nouvel hôtel de ville. Le projet combine patrimoine – l'ancienne caserne – et architecture moderne  – une construction neuve avec un étonnant miroir. Les plans sont de Jaspers-Eyers ArchitectsSAQ ArchitectsMASS Architects et Michel Janssen. Ce sont les entreprises Kumpen et Democo qui construiront l'hôtel de ville.

Ce qui frappe au premier coup d'oeil, c'est le haut mur oblique de la nouvelle construction, sur lequel sera apposé un miroir. Il réfléchira la nouvelle place intérieure – accessible à tous - qui reliera la caserne au nouveau bâtiment. Le mur aveugle côté quartier Twee Torens disparaît.

 

De l'ancien et du neuf

Le site sur lequel le nouvel hôtel de ville sera édifié est celui de l'ancienne caserne de gendarmerie sur la Guffenslaan. Selon les autorités communales, l'accessibilité en est optimale – aussi bien à pied, en vélo ou avec les transports publics. Les automobilistes trouveront dans les environs immédiats plusieurs parkings publics. 

“Sur le site lui-même, l'ancien et le neuf coexisteront de manière optimale. Ainsi, la caserne de gendarmerie historique subira une rénovation lourde pour lui redonner son rayonnement et sa palette de couleurs d'antan.  On y trouvera au rez-de-chaussée différents espaces commerciaux qui seront loués. Le premier étage abritera essentiellement des salles de réunion qui seront également accessibles aux associations hasseltoises. Le dernier étage sera réservé à une nouvelle salle du conseil et du collège," a-t-on appris.

Le côté monumental de l'immeuble de la caserne existant se voit renforcé par une construction neuve à l'arrière, qui comprendra aussi un parking souterrain de 200 places. Les espaces publics avec les guichets seront hébergés dans le niveau inférieur. Au niveau supérieur, on trouvera les bureaux. Un étage intermédiaire entièrement transparent sépare les deux parties et donne sur un jardin en terrasse; il abritera le réfectoire du personnel.

Pour le reste, l'aménagement intérieur du nouveau bâtiment n'est pas encore décidé. Il doit émerger du résultat de groupes de travail, d'une démarche participative des Hasseltois et d'une consultation du personnel de la Ville et du CPAS.  Pour fixer la superficie fonctionnelle, on a cependant déjà tenu compte de la flexibilité des deux organisations.  “Ainsi, le nouvel hôtel de ville dispose d'une réserve d'environ 3000 mètres carrés pour absorber les éventuels changements organisationnels au sein de la Ville ou du CPAS. Les premières années, cet espace sera loué en tant que bureaux. La structure du bâtiment elle-même permet également la flexibilité. L'aménagement peut ainsi s'adapter à de petites évolutions au sein de l'organisation,” affirment les autorités communales.

Entre le nouveau bâtiment et l'ancienne caserne de gendarmerie, une nouvelle place assurera la jonction avec le centre-ville. Cette place ne peut en aucun cas constituer un sas d'entrée du nouvel hôtel de ville. Elle doit devenir un réel lieu de séjour. Le jardin de la caserne sera également remis à l'honneur pour devenir une composante à part entière du Groene Boulevard.

 

Performance et durabilité

De leurs propres aveux, les techniques obsolètes utilisées en matière d'énergie dans les bâtiments actuels de la Ville et du CPAS coûtent un paquet d'argent. “Le coût de l'électricité, du chauffage et de l'entretien intensif du centre administratif ne cesse de grimper. Avec le nouvel hôtel de ville, ces coûts vont considérablement baisser,” affirment les autorités communales. C'est notamment dû aux exigences sévères formulées aux architectes en matière de consommation d'énergie. Ainsi, le niveau E ne devait pas dépasser 50 et le K 30. Avec finalement un E 29 et un K 19, le projet fait nettement mieux. Le coût énergétique total de l'actuel centre administratif tourne autour des 450.000 euros. Pour le nouvel hôtel de vie, on l'estime à 170.000 euros. La différence est justifiée par les pompes à chaleur géothermiques et les panneaux solaires. De plus, des économies seront également réalisées sur la consommation d'eau en récupérant l'eau de pluie pour l'utiliser dans les toilettes.

Le projet complet, d'une superficie de 17.000 mètres carrés (dont 14.800 pour le nouveau bâtiment), demande un investissement total de 53,7 millions d'euro. De ce montant, 7 millions sont prévus pour l'achat des terrains et des bâtiments, actuellement propriété de la Régie des Bâtiments et de la zone de police HAZODI. Le coût de réalisation se monte à 46,7 millions d'euro et comprend tous les frais d'études et de conception, les coûts de construction, mais également l'aménagement, les techniques et le mobilier. 

Le Consortium Hassalink a été créé pour la réalisation du projet. Il regroupe :

Jaspers-Eyers Architects/SAQ architects/MASS architects/Michel Janssen

L'équipe d'architectes peut compter sur un duo de forces vives que sont Massimo Pignanelli de MASS architects et Frederik Vaes de SAQ architects. Ils sont épaulés par Jaspers-Eyers Architects. L'architecte Michel Janssen complète l'équipe de conception avec son expérience de la rénovation de monuments.

Eurostation et Talboom

Les bureaux d'études Eurostation et Talboom sont responsables de la stabilité, des techniques spéciales et des solutions durables en matière d'énergie.

Kumpen et Democo

Ces deux entreprises feront des plans une réalité. Construire écologique et économique est leur fil rouge tout au long du projet.

Milieu- en Bouwconsult

Milieu- en Bouwconsult a en charge la coordination sécurité.