Doorzoek volledige site
26 januari 2015 | PHILIPPE SELKE

Ecole communale Les Trèfles à Anderlecht, la durabilité comme élément pégagogique (ARTER)

Illustratie | ARTER
Illustratie | ARTER
Illustratie | ARTER
Illustratie | ARTER

A Anderlecht, l’école communale ‘P23 - Les Trèfles’,  « Bâtiment exemplaire 2012 » de l'IBGE pour la qualité de ses performances énergétiques et environnementales, est en cours de réalisation. Ce beau projet du bureau ARTER consiste en la construction passive d’une école d’enseignement maternel et primaire pour 750 élèves et d’une salle de sport. Les travaux, qui ont débuté en avril 2014, devraient s'achever en mars 2016.

Au vu de l’évolution démographique croissante de la commune et particulièrement du quartier des Trèfles, l’implantation d’un nouvel équipement scolaire et sportif se veut comme une réponse essentielle aux besoins futurs des riverains. De plus, l’implantation du projet à proximité directe des réseaux de transports en commun et les aménagements prévus pour la mobilité douce (piétons et cyclistes), contribuent à faire de Bruxelles une Ville Durable.

Le projet adopte une forme circulaire libre, naturellement appropriée par les enfants et qui tend à favoriser de plus de 20% l’exercice physique par rapport à la moyenne. Les cours de récréation jouent sur les niveaux en se prolongeant également à l’étage. L’organisation de l’espace enrichit les structures interpersonnelles et permet, en outre, de répondre aux différentes contraintes urbanistiques d’un site inscrit dans un quartier en plein développement.

 

Objectif zéro énergie

Avec un besoin net de chaleur de chauffage de seulement 9kWh/m².an pour l’école et de 7 kWh/m².an pour la salle de sport, la consommation énergétique du bâtiment se place largement sous les maximas autorisés pour un bâtiment passif (15 kWh/an). Le bâtiment passif vise donc le “zéro énergie” de manière à développer une construction la moins énergivore possible. L’ensemble des noeuds constructifs a été détaillé et simulé à l’aide d’un logiciel de calculs, afin d’assurer une parfaite continuité de l’isolation et de la barrière d’étanchéité à l’air.

 

Une école qui donne envie d'y revenir

La qualité et le confort du climat intérieur, tous deux garantis au sein des bâtiments, sont primordiaux pour la santé et la concentration des élèves et du corps enseignant. En plus de limiter nettement les besoins primaires en énergie par une isolation thermique performante, les interventions projetées prévoient aussi l’emploi d’installations techniques et de systèmes de production à haut rendement.

Au niveau de la salle de sport, la production d’eau chaude sanitaire est réalisée à partir de la cogénération (production simultanée d’électricité et de chaleur) et, en appoint, par l’installation de chauffage. La ventilation des locaux de l’école est assurée par une unité double flux à très haut rendement installée dans chaque classe. Grâce aux sondes de qualité d’air, le débit du système de ventilation est contrôlé de manière permanente en fonction de l’occupation.

De par l’apport important d’éclairage naturel, la majeure partie des classes pourront se passer d’un éclairage artificiel durant les heures de cours. Le triple vitrage sera combiné à un quatrième feuillet pare-soleil intégré afin d’éviter toutes surchauffes en été. Aucun système de refroidissement actif n’est nécessaire pour maîtriser les surchauffes. En effet, un système de free cooling et de night cooling via double flux et ventilation naturelle est intégré aux bâtiments. En hiver, par contre, les gains solaires réduisent la nécessité de chauffer grâce à l’utilisation d’un type de verre à facteur solaire élevé.

Le monitoring des installations techniques permet de vérifier et de s’assurer que le bâtiment fonctionne selon sa conception originelle. Ces mesures permettent, en complément à la GTC (gestion technique centralisée), de suivre des indicateurs de consommation d’énergie et d’eau, permettant ainsi d’éviter toutes dérives.

 

Un coin de nature

La végétation a, visuellement, une place importante dans le projet : les abords de l’école sont traités de façon paysagère en proposant une succession d’espaces potagers, de façades et de toitures vertes, d’étangs,... tous contribuant au développement de la biodiversité du site.

Une gestion de l’eau durable a été étudiée afin d’une part, de pouvoir conserver l’eau pluviale plus longtemps sur le site grâce notamment aux toitures vertes et aux bassins de rétention et d’autre part, de récupérer les eaux pluviales pour éviter la surconsommation d’eau potable.

 

Un projet réellement durable

Un choix responsable des matériaux de construction n’est rendu possible que s’il est tenu compte de l’ensemble des étapes du cycle de vie de ces matériaux. Ainsi, pour la façade le choix s’est porté sur des panneaux de façades évolutifs, aux couleurs changeantes sous l’action de la lumière solaire, en fonction des perspectives. Ces panneaux portent le label énergie A+ de BREEAM.

Le projet se veut donc exemplaire du point de vue énergétique mais également en affichant une réelle volonté de participation des enfants à la gestion énergétique de leurs infrastructures (en leur apprenant, par exemple, les bons réflexes à adopter en matière de maîtrise énergétique). Vu les rôles pédagogique et éducatif assurés par l’école, il semble naturel qu’elle fasse dès lors office de bâtiment durable exemplaire.