Artlite Digital d'AGC : de la Chapelle musicale Reine Elisabeth au Pavillon japonais à Milan

Quel est le point commun entre le nouveau bâtiment de la Chapelle musicale Reine Elisabeth et le Pavillon japonais à l'Expo universelle de Milan ? Artlite Digital, la gamme de verres émaillés par impression digitale et traités thermiquement, produite en Belgique par AGC.

A Waterloo

Le projet se traduit par une longue barre de près de cent mètres de long, jouant avec le verre et la pierre bleue des Carrières du Hainaut pour créer un décor qui reflète la nature autant qu’il répond à l’architecture existante. Bien plus qu’un travail sur l’image, c’est à une plongée dans l’univers de la musique que l’on est invité par la transcription d’une partition d’Eugène Ysaye en une myriade de pixels imprimés sur la peau de verre se dressant en avant-plan, comme une dématérialisation des volumes qu’elle abrite, projetés vers la forêt d’Argenteuil.

Dans la mesure où il ne nécessite pas de tamis, contrairement au procédé par sérigraphie, Artlite Digital est la solution idéale pour la production de vitrages avec motifs différents. Dans le cas de la Chapelle musicale, le motif imprimé est donc une partition musicale, le tout sur 600 m² (205 volumes de verre) pour la peau extérieure du bâtiment. Le verre ainsi traité thermiquement est trempé et a une épaisseur de 15 mm.

Pour d'autres parties du bâtiment, AGC a également fourni du vitrage isolant feuilleté de type Thermobel Advanced (Ug 1.0).

 

A Milan

S'agissant cette fois du pavillon japonais à l'Exposition universelle, ce ne sont pas moins de 400 m² de garde-corps en verre Artlite Digital qui arborent la rampe d’accueil du pavillon. Le concept proposé par l’architecte Atsushi Kitagawara est caractérisé par d’impressionnantes façades en bois. Celles-ci sont composées de structures qui symbolisent la diversité et la variation des saisons au Japon. Les motifs géométriques imprimés sur les 400 m² de verre du couloir d’accueil du pavillon japonais ont été dessinés pour faire harmonieusement écho à la structure particulière des modules de bois. Si vous voulez visiter cette réalisation, il vous reste jusqu'au 31 octobre 2015.

 

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage