Du béton à base de plancton pour baisser l'empreinte écologique !

Des ingénieurs américains viennent de mettre au point un ciment à base de plancton. Garantie sans carbone, cette méthode pourrait être une solution efficace afin de diminuer l'empreinte écologique de l’un des matériaux de construction les plus utilisés au monde.

Et si le plancton était la solution pour faire baisser l’empreinte écologique très élevée du béton ? C’est ce qu’ont imaginé des scientifiques américains de l’université du Colorado. Pour être plus précis, il s’agit de coccolithophoridé. Ce sont des micro-algues dotées d’une carapace de minéraux très résistante. Parmi ces minéraux, il y a le carbonate de calcium. C’est cette matière qui pourrait se substituer à l’ingrédient principal du béton : une association de calcaire et d’argile chauffé à très haute température.

Ces scientifiques américains ont découvert que le fait de remplacer le calcaire par une matière issue du plancton, qui est cultivée biologiquement, permettrait de fabriquer du ciment neutre en carbone. Les coccolithophoridés absorberaient en effet la même quantité de dioxyde de carbone que celle libérée dans l’atmosphère lors de la fabrication du ciment classique.

Deux gigatonnes de dioxyde de carbone

"Si toutes les constructions à base de ciment dans le monde étaient remplacées par du ciment calcaire biogénique, chaque année, 2 gigatonnes de dioxyde de carbone ne seraient plus injectées dans l'atmosphère. Plus de 250 millions de tonnes supplémentaires de dioxyde de carbone seraient extraites de l'atmosphère et stockées dans ces matériaux", annonce Wil Srubar. "La production mondiale de ciment est à l'origine de 7 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre. C'est en grande partie à cause de la combustion du calcaire extrait des carrières".

D’après les chercheurs du Colorado, ces 7 % pourraient disparaître du jour au lendemain. Ils assurent en effet que le calcaire biogène pourrait être intégré aux processus modernes de production du ciment. Une superbe innovation venue tout droit de l’autre côté de l’Atlantique qui pourrait rendre notre terre un peu plus verte.

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage