Doorzoek volledige site
14 oktober 2021 | PHILIPPE SELKE

La technologie des couches-culottes et l'urine au secours du béton ?

Illustratie | ESA/Foster & Partners

Je ne sais pas vous, mais moi, quand je vois une pub à la télé pour des couche-culottes, qui vante leur «technologie révolutionnaire», cela me fait rigoler. Plus maintenant. J'ai lu dans l'Echo qu'un chercheur belge de l'Université de Gand, spécialisé dans le béton, s'y intéressait sérieusement afin de créer un béton autocicatrisant.  Un béton dont les (petites) fissures pourraient se colmater toutes seules, évitant les fuites, comme les couches-culottes... Dans Le Soir, un autre article évoque la possibilité de construire sur la Lune ou sur Mars grâce à du béton rendu hyper résistant en le mélangeant à du sang et de l'urine !

 

On sait le béton vulnérable aux fissures. Une petite fissure signifie souvent le début de gros problèmes. Demandez aux navetteurs qui empruntent les tunnels bruxellois ce qu'ils en pensent ! Dès que de l’eau s’infiltre, la structure se désagrège progressivement. Pour pallier le problème et rendre le béton plus durable au sens premier du mot, Didier Snoeck, ingénieur civil est à l'oeuvre depuis 10 ans. Il propose d'utiliser les mêmes polymères super absorbants que ceux utilisés dans les couches-culottes pour absorber l’urine. «Nous ajoutons cette poudre au béton. Chaque petit grain peut, comme une éponge, absorber jusqu’à 20 fois son poids en eau. Les polymères absorbent une partie de l’eau qui se trouve dans le béton et la restituent après un jour ou deux, ce qui permet au béton de durcir plus progressivement, avec moins de risques de fissures. Si celles-ci font malgré tout leur apparition plus tard et que de l’eau s’infiltre, c’est la même magie qui opère. Les polymères se gonflent, l’eau réagit avec le CO2 et le calcium contenu dans le béton, forme des cristaux de carbonate de calcium – comme dans les coquilles d’œufs – et comblent la fissure. Il s’agit des mêmes dépôts de cristaux blancs que l’on voit parfois dans les endroits où le béton fuit dans les tunnels et les garages.» Ce béton amélioré pourrait être commercialisé dans 5 ans et trouverait ses premières applications dans les infrastructures routières comme les ponts ou les tunnels. 

 

Un béton mélangé aux sécrétions humaines pour survivre sur les corps célestes

Le Soir, qui reprend un article paru dans Die Welt, va encore plus loin... au propre comme au figuré. Il s'agit cette fois d'incorporer au béton du sang, de la sueur, des larmes et de l'urine pour produire (sur place) un béton hyper résistant qui aidera les astronautes à se protéger des radiations présentes à la surface de la Lune ou de la planète Mars ! Baptisé «Astro-Crete», ce béton pourrait être utilisé dans une imprimante 3D pour construire automatiquement des bâtiments.

Et dire que certains estiment que le béton n'a plus d'avenir...