Doorzoek volledige site
25 april 2019 | PHILIPPE SELKE

Centre commercial Rive Gauche : moral d'acier pour les Carolos

Illustratie | Jo Van den Borre (Infosteel)
Illustratie | Jo Van den Borre (Infosteel)
Illustratie | Jo Van den Borre (Infosteel)
Illustratie | Jo Van den Borre (Infosteel)
Illustratie | Jo Van den Borre (Infosteel)

Inauguré en mars 2017, le centre commercial Rive Gauche a rapidement été adopté par les Carolos. Stratégiquement implanté dans la Ville Basse entre le haut et le bas de la ville, il est devenu un lieu de convivialité, redynamisant tout le quartier.  Prévu à l’origine sur 20 000 mètres carrés, sa superficie a été finalement multipliée par 5, englobant notamment un hôtel 4 étoiles de 124 chambres ainsi que 49 appartements. Transparence, fluidité et qualité perçue sont quelques caractéristiques de ce shopping center urbain, voulu comme un moteur du renouveau de Charleroi. Pour redonner un moral d’acier à la population.

 

Matérialisé à l’extérieur par un savant mélange de brique, de métal et de verre, le complexe, à l’expression à la fois forte et sobre, est parfaitement ancré dans l’environnement urbain. Depuis l’ancienne place Albert 1er, redevenue Place Verte (un des noms historiques de la place), le centre commercial est directement reconnaissable à son impressionnante façade en mur-rideau lumineuse et transparente. Avec la verrière couvrant le centre du mall, cette façade est l’une des deux parties où l’acier structurel s’affiche ouvertement. Frédérique Mawet, ingénieur et Project Manager – Stabilité chez Arcadis : « Cette structure en acier ne fait que porter la façade ; derrière, il y a une structure en béton en porte-à-faux qui porte tout le bâtiment, hôtel compris ». La complexité de l’étude structurelle réside dans la complexité morphologique du site d’une part, imposant 3 systèmes d’axes différents, et la superposition des différents programmes d’autre part (2 niveaux de parking / 4 niveaux de commerce / 3 niveaux d’hôtel ou de logements). Les quantités d’acier utilisées pour la façade donnent le tournis : 74 t pour les PRS, 15 t de plats soudés, 141 t d’autres profilés catalogue en S355 et 65 t de profilés métalliques en S235. Certains PRS sont d’ailleurs assez impressionnants, notamment ceux situés au plafond du niveau -1 et au plafond du rez-de-chaussée. Au -1 se trouve un quai de déchargement avec une rampe d’accès fort large. La façade des étages arrivait en plein milieu de cette bande de circulation. Elle est donc reprise par de grosses PRS (portée 11 m 50), mesurant 55 cm de large pour 1 m 36 de haut tous les 8 m.  « Il y a également quelques autres PRS moins grosses pour ponter le mall, puisque cette partie ne respecte évidemment pas la trame 8 x 8 des étages supérieurs. Tant que nous restions alignés à la maille, mais en sautant un appui par exemple, nous avons travaillé en béton. Mais quand il a fallu jouer avec un enchevêtrement de poutres dans tous les sens, nous sommes passés en PRS. »

 

La force de la simplicité

Olivier Callebaut, architecte responsable du projet chez DDS+ : « Nous voulions pour la façade sur la place Verte une structure la plus légère possible. Le bureau d’études a proposé une solution que nous n’avions pas osé imaginer nous-mêmes, une structure unique, beaucoup plus simple et plus légère que le système structure primaire / structure secondaire envisagé initialement. »

La verrière illuminant le cœur du mall est un autre exemple où, à l’issue d’un processus itératif, architectes et ingénieurs se sont accordés sur un résultat simple et efficace. « Nous sommes finalement parvenus à obtenir quelque chose d’assez léger tout en restant très économique. Le budget n’étant pas extensible, il fallait faire à la fois élégant et pas cher. On se rend compte que c’est avec les systèmes les plus simples que l’on parvient à ses fins : un système de portiques très simple avec une poutre principale supérieure et des tirants en arc de cercle, sur une portée de 16 mètres. Fin des années 90, nous avions déjà fait ce type de verrière à City 2. »

 

Esthétique métallique

Pour ancrer le bâtiment dans la ville et lui donner belle allure, les concepteurs ont utilisé à divers endroits de la tôle en alliage de cuivre (gamme TECU de KME) ou en aluminium thermolaqué dans le même coloris. Etirée, la tôle se fait brise-soleil pour l’hôtel posé au sommet du centre commercial. Martelée ou perforée, elle vient souligner les 7 entrées du complexe. Côté Quais de Sambre, ce même alliage de cuivre met en valeur les niveaux supérieurs des façades des logements. Olivier Callebaut : « Nous avons également voulu soigner l’expression architecturale des portes des sorties de secours, portes de garage et bardages des étages techniques, éléments généralement négligés dans de tels projets. Nous avons habillé ces éléments avec le même alliage de cuivre, un matériau qui affiche la qualité du projet et respecte les vis-à-vis, puisque nous sommes ici en pleine ville. La plupart des sorties de secours ont été habillées avec de la tôle martelée, les autres sont vitrées et habillées de métal perforé. La nuit tombée, la lumière de l’intérieur contribue à l’animation des rues, comme le font les vitrines des commerces. »

 

Charleroi champion !

Tant pour l’architecte que pour le bureau d’études, Rive Gauche est un projet qui a marqué les esprits, vu son envergure et les défis qu’il a incarnés, à de nombreux points de vue. Le résultat est là : un projet qui a du sens pour la ville et une architecture contemporaine forte et ouverte sur son environnement, tout le contraire d’un centre commercial refermé sur lui-même. Découvrant le projet peu après son entrée en fonction en tant que bourgmestre, Paul Magnette aurait dit à l’époque (alors que le Zèbres étaient encore en D2) : « Quand Charleroi gagnera le championnat de D1, c’est sur cette place qu’on ira faire la fête. ». On n’y est pas encore, mais le club de football est sur la bonne voie… celle de la renaissance, tout comme la ville.