Doorzoek volledige site
05 augustus 2019 | TIM JANSSENS

Un vaisseau amiral iconique au-dessus de l’eau

Le nouveau siège social de Cordeel se distingue par la finition de façade réfléchissante, qui donne au bâtiment une apparence en permanence différente, en fonction de l'heure et des conditions météorologiques. Illustratie | Cordeel
La nuit également, le bâtiment est superbe. Illustratie | Tim Fischer - BINST ARCHITECTS
Le bâtiment allongé mesure 108 m sur 26. Le volume principal repose sur deux pieds en béton dans lesquels sont intégrés deux escaliers et deux ascenseurs. Illustratie | Tim Fischer - BINST ARCHITECTS
Le long parallélépipède rectangle se situe à 20 mètres au-dessus du niveau de l’eau, ce qui permet aux navires de passer dessous sans encombre. Illustratie | Tim Fischer - BINST ARCHITECTS

Une prouesse architecturale, un exploit technique, un accroche-regard unique : il existe de nombreuses façons de décrire le nouveau siège social de Cordeel à Tamise (Temse). Cette poutre, parallélépipède rectangle de 108 m de long, a été conçue par BINST ARCHITECTS et surplombe l'ancienne cale sèche du Boelwerf – un ancien chantier naval sur l’Escaut - stratégiquement situé sur un bras latéral du fleuve. L'acier, le verre, les panneaux de façade réfléchissants et une ambition sans bornes sont les ingrédients qui font de ce joyau de la construction un bâtiment unanimement apprécié.

 

 « Une carte de visite qui montre qui nous sommes et ce que nous sommes capables de faire », a répondu Gert Hoefnagels, responsable principal du projet, lorsque nous lui avons demandé quel bâtiment l’entreprise Cordeel avait en tête lorsqu’il s’est agi de construire de nouveaux bureaux au Boelwerf. « Vu que nos départements de production avaient déménagé il y quelques années à De Zaat, où nous avons déjà mené à bien un certain nombre de projets résidentiels et une zone PME, il nous paraissait évident de localiser également notre siège social dans la région », explique Gert Hoefnagels. « Nous avions gardé une partie du site de l’ancien chantier naval Boelwerf en vue d'une éventuelle expansion. La présence de la cale sèche nous fournissait également les opportunités nécessaires pour le transport des matières premières et des produits finis. Ne voulant pas entraver nos activités sur et autour de la cale sèche et voulant tout de même réaliser 5 000 m² de nouveaux bureaux, nous avons décidé de les construire au-dessus de l'eau. Il se situe à 20 mètres au-dessus du niveau de l’eau, ce qui permet aux navires de passer dessous sans encombre, et nous tirons ainsi parti de la valeur ajoutée de l’ancienne cale sèche. »

Une affirmation constructive et architecturale

Le bureau BINST ARCHITECTS a conçu le nouveau siège social de Cordeel sur la base d’un plan directeur qu’il avait imaginé pour Boelwerf dans le passé. « Nous avions déjà pris en compte la possibilité d’un volume de bureaux sur l'eau », affirme Nick Verbeeck, architecte chargé du projet. « Bien que nous ayons également examiné de nombreuses autres options, plus conventionnelles, avant le début du projet, Cordeel a néanmoins opté pour un long parallélépipède rectangle en hauteur surplombant la cale sèche : c’était une affirmation constructive et architecturale. Le dessous de l'immeuble se trouve à 14 m du sol, afin que les employés de l’entreprise puissent profiter partout d'une vue panoramique à 360° sur les autres bâtiments des environs. Le nouveau siège social s'appelle également ‘Kantoorvilla Cordeel’ car il s'agit d'un immeuble de bureaux atypique à l’aspect luxueux. Les vitres spacieuses confèrent au volume un caractère expressif. L’ensemble se distingue particulièrement par la finition de façade réfléchissante, qui donne au bâtiment une apparence en permanence différente, en fonction de l'heure et des conditions météorologiques. »

« Le nouveau siège social s'appelle également ‘Kantoorvilla Cordeel’ car il s'agit d'un immeuble de bureaux atypique à l’aspect luxueux »

Des techniques totalement souterraines

Le tout nouveau siège social possède deux étages. Les salles de réunion et les bureaux individuels sont implantés sur les côtés extérieurs. La partie centrale est conçue comme un espace paysager avec divers lieux de discussion et de collaboration, ce qui s’applique parfaitement à un travail flexible et aux autres principes propres aux nouvelles méthodes de travail. À l'extrémité sud, on trouve au niveau 1 une salle polyvalente divisible (comprenant une cafétéria avec cuisine et espace de détente) et au niveau 2 une zone spacieuse pour la direction (comprenant une grande salle de conférences). Le bâtiment est complètement entouré de terrasses d’1,5 m de large, prolongées aux extrémités jusqu'à respectivement 3 m (côté nord) et 5 m (côté sud). « La conception a été entièrement élaborée avec le BIM, de sorte que nous avons pu éliminer préalablement au chantier les risques de conflits. Le squelette en acier et toutes les ouvertures requises ont été précisément dimensionnés à l'avance afin de ne pas affaiblir inutilement la structure de base, bien que l'ensemble soit aussi suffisamment flexible pour permettre des modifications ultérieures (sur base d’une taille de module de 3,6 m) », explique Nick Verbeeck . « Ce qui est particulier, c'est que les techniques (les pompes et les réservoirs pour les sprinklers, le groupe d'alimentation de secours, l’installation électrique et le groupe de ventilation) sont entièrement logées dans une station de pompage souterraine de la cale sèche. Elles arrivent, de manière très discrète, à tous les endroits du bâtiment via des gaines dans les noyaux en béton et des renfoncements dans la structure en acier. ”

Pas une sinécure

Avec ses dimensions de 108 m sur 26, le bâtiment allongé attire inévitablement le regard. Le volume principal repose sur deux pieds en béton dans lesquels sont intégrés deux escaliers et deux ascenseurs. La portée intermédiaire est de 72 m. « Cela n’a pas été une sinécure de tout placer au-dessus de l'eau et de l’assembler », souligne Gert Hoefnagels. « Nous avons opté pour le prémontage de la structure en treillis d’acier (1 200 T) à la fin de la cale sèche, structure que nous avons hissée sur les points d’appui à l’aide de grues spéciales venues de l’étranger et de réaliser ensuite les finitions. Un autre point d'attention résidait dans le risque d’une certaine déformation à cause de la grande portée. Au milieu, le bâtiment a baissé de 14 cm par rapport au moment où il a été hissé… Afin de pouvoir placer correctement les nombreuses vitres et les autres matériaux sensibles, nous avons procédé à un lestage de la construction pour les amener à leur position finale, de sorte que le poids puisse être systématiquement compensé lors de la finition ultérieure. Pour l'installation du revêtement de façade, nous avons installé un échafaudage à partir du bas de la cale sèche, et donc en partie sous l'eau. La finition intérieure a pu ensuite être réalisée de manière traditionnelle. Malgré les difficultés et les défis liés au travail en hauteur, les travaux de construction se sont déroulés sans encombre et nous avons pu rapidement utiliser nos nouveaux bureaux. Et tout le monde est très satisfait du résultat ! »