Doorzoek volledige site
23 september 2019 | MICHEL CHARLIER

Les Balcons revitalisent un immeuble de bureaux abandonné

Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert
Illustratie | A2M - Stijn Bollaert

A Woluwé Saint-Lambert, le projet 'Les Balcons' s’inscrit dans le processus de réaffectation d’immeubles inoccupés, en vue de répondre aux besoins croissants en logements et au développement raisonné du tissu urbain à Bruxelles. Le bâtiment d’origine fait partie d’un complexe de 4 immeubles de bureaux, dont 3 ont déjà fait l’objet d’une réaffectation en logements. Le projet de transformation intègre principalement une fonction résidentielle, en déployant 85 logements répartis sur un total de 8 niveaux pour le bâtiment principal et 6 niveaux pour le nouveau bâtiment. Le maître d'ouvrage; le promoteur bege Oryx Projects, en a confié la conception au bureau d'architecture bruxellois A2M.

 

Datant de la fin des années 1980, ce quatrième bâtiment, situé avenue Marcel Thiry, a été acquis par le promoteur gantois Oryx Projects NV en vue d’y établir un nouveau projet d’habitation résidentielle. Mettant à profit la configuration du site, A2M a développé une conception permettant à la fois d’optimiser le nombre de logements et de tracer une continuité dans le tissu urbain de l’avenue.

Une double extension, dont une construction neuve

Cette conception a abouti à la réalisation d’une double extension. La première prolonge à l'ouest le bâtiment principal, et l'ensemble a bénéficié d'une rénovation en profondeur répondant au standard passif. La seconde extension s’est matéralisée en la construction d'un nouvel immeuble à l’est.
En contribution à la vitalité et l’animation urbaine du quartier, le projet est assorti d’activités économiques. Le rez-de-chaussée du bâtiment principal contient une surface commerciale de proximité ainsi que deux cabinets pour profession libérale. Le rez-de-chaussée du bâtiment neuf contient pour sa part une surface commerciale et un troisième cabinet pour profession libérale.

Des bureaux faciles à reconvertir en logements

« L’harmonie des usages et l’esthétique réfléchie des logements ont constitué l'une de nos priorités », explique Marieke Landron, architecte senior chez A2M. « La manière dont un immeuble de bureaux est construit influence fortement la possibilité de le reconvertir en logements. Il s’est avéré que le bâtiment convenait en de nombreux points à une telle réaffectation. Sa qualité structurelle, ses profondeurs adéquates ou encore ses hauteurs sous plafond supérieures aux standards actuels de construction, nous ont convaincu d’opter pour une rénovation. Ceci constitue par ailleurs un gain environnemental énorme, puisque démolir un immeuble en vue d’une reconstruction génère une énergie grise conséquente. »

Balcons et terrasses

Au sud, comme à l’est, chaque appartement jouit d’une terrasse occupant toute sa largeur. Chacune de ces terrasses présente une profondeur de 2 m.
Pour maximiser les ouvertures et les vues, tout en assurant une protection solaire en période estivale, des profils en triangle formant les plafonds et les faces latérales des terrasses ont été spécialement conçus et placés entre les étages et les logements. Afin de pousser plus loin l’esthétique et de créer une harmonie avec les planchers massifs des terrasses, ces panneaux ont fait l’objet d’un traitement donnant à l’ensemble une allure de bardage, rehaussée par la présence de garde-corps en verre.
Les appartements reçoivent ainsi un éclairage naturel optimal, ainsi que de larges perspectives optimisées sur leur environnement et ce, tant dans le bâtiment rénové que dans les deux extensions neuves. « L’esthétique des façades latérales et arrières n’a pas été oublié et souligne notre volonté de ne pas faire de compromis sur la cohérence de nos engagements », continue Marieke Landron. « Enduites dans des tonalités sobres, ces façades présentent une finition particulière puisque les ébrasements des baies ont été taillés en biais sur toute l’épaisseur de l’isolant, dans un jeu d’alternance. Cette finition est renforcée par l’usage d’une teinte sombre donnant de la profondeur au niveau de ces ébrasements. Les baies, pourtant parfaitement alignées d’un étage à l’autre, créent un mouvement dynamisant les façades. Mais au-delà du jeu esthétique, l’objectif premier était de maximiser l’apport de lumière naturelle, toujours dans l’optique de proposer un maximum de confort aux habitants. »

Performance énergétique

La reconversion de bureaux en logements était donc facile d'un point de vue architectural, mais le principal défi a été de transformer un immeuble standard en un immeuble énergétiquement performant : « Considérant que le projet a été initié en 2012, et qu’à l’époque la réglementation thermique n’était pas aussi stricte qu’aujourd’hui, le choix de réaliser un bâtiment passif de cette ampleur, et non simplement de respecter la réglementation, était ambitieux », explique Marieke Landron. « L’inscription au concours des Bâtiments Exemplaires nous a encouragé à aller au-delà de la réflexion concernant l’énergie. Tous les logements du projet sont passifs, et le projet dans son ensemble a été primé comme Bâtiment Exemplaire par Bruxelles Environnement. Le projet intègre notamment des panneaux solaires thermiques, des citernes de récupération d’eau de pluie pour réutilisation sur site, des équipements sanitaires permettant de réduire la consommation d’eau, de nombreux emplacements vélos pour encourager la mobilité douce, etc. Pour tous nos projets, le standard passif est une évidence. L’énergie la moins polluante est celle que l’on ne consomme pas. La longue pratique et l'intégration de l’énergie au sein-même de nos équipes de conception nous libère et nous permet de jouer avec les possibilités architectoniques de la performance ; de contraintes, celles-ci deviennent opportunités. Aujourd’hui, notre équipe vise la neutralité carbone et l’autonomie. »