Doorzoek volledige site
15 maart 2021 | ARCHITECTURA.BE

Un nouveau commissariat pour les policiers de Dinant

Illustratie | Utku Pekli Photography
Illustratie | Utku Pekli Photography
Illustratie | Utku Pekli Photography
Illustratie | Utku Pekli Photography
Illustratie | Utku Pekli Photography
Illustratie | Utku Pekli Photography

Le tout nouvel Hôtel de Police de la zone Haute Meuse (Dinant) a été livré en novembre dernier et est désormais en service. Le bureau Syntaxe Architectes est fier, à juste titre, de ce bâtiment tout en longueurs et à la pointe de la technologie qui, en plus des habituels bureaux et zones d'accueil pour le public, contient un dojo, un couloir de tir et un complexe cellulaire. 

 

Après quinze ans d’attente, les policiers ont quitté le centre de Dinant pour prendre leurs quartiers dans un nouveau commissariat. Un lieu de travail plus fonctionnel et flexible, un bâtiment lumineux, agréable à vivre, écologique tout en restant facile à utiliser, et une construction économique à bâtir, à exploiter et surtout à entretenir. Le bâtiment a été conçu par les architectes de Syntaxe, qui ont déjà une belle expérience en la matière puisqu’on leur doit notamment les commissariats des zones Basse-Meuse (Oupeye), Orneau-Mehaigne (Gembloux), Brabant wallon Est (Jodoigne) et Ouest (Rebecq).

Un site accessible

Voisin des ateliers communaux, du parc à conteneurs de Dinant et d’une grande surface, le bâtiment, même s’il est dans un cul-de-sac, facilitera le départ en interventions. Implanté sur une parcelle en pente légère, il domine la route Ciney-Dinant, offrant à ses occupants un beau panorama de verdure. En positionnant le bâtiment au centre du terrain, les architectes ont opté pour le plus grand recul et un dégagement vers l’Ouest et le Sud. Cela a notamment pour avantages de positionner la construction en dehors des zones exposées aux aléas d’inondation tout en maintenant d’importantes zones perméables autour du projet, mais également de préserver les possibilités d’extension future.

Le choix de l’implantation tient également compte des contraintes et impératifs liés à la mobilité et à la sécurité. En effet, le bâtiment offre une 'petite' façade au public, qui restera d’emblée cantonné dans le premier quart de la parcelle. Le bâtiment a été implanté de manière à rapprocher l’entrée principale de l’accès unique à la parcelle, de manière à guider le plus instinctivement possible le flux des visiteurs. La circulation automobile est très rapidement séparée en deux flux, le parking visiteurs étant le plus proche de l’entrée.

« La position du nouvel immeuble, en retrait par rapport à la voirie, imposait à l’architecture l’obligation de définir une silhouette caractéristique et éminemment identifiable », expliquent les architectes. Nous avons, en ce sens, fait le choix d’une volumétrie simple, équilibrée au service d’un projet compact et idéalement orienté. Le bâtiment est conçu pour offrir des espaces flexibles, rationnels, efficaces et qualitatifs tout en répondant à des critères économiques stricts. D’un point de vue urbanistique, l’ensemble s’implante à l’équilibre avec le bâtiment voisin. Le gabarit général 'bas' de l'édifice ne génère aucun conflit avec ce dernier et préserve l’aspect général paysager du site. L’ensemble est perçu par les visiteurs ou les utilisateurs comme un élément le plus naturel possible, compte tenu du recul par rapport à la voirie principale et de son implantation en plein milieu des champs. »

Ouverture et sécurité

La volumétrie simple, équilibrée est au service d’un projet compact et idéalement orienté. Les surfaces des façades s’en trouvent réduites, ce qui tant pour le coût de construction que pour les déperditions ou l’entretien, est un atout réel. Le principe constructif est simple : une structure en béton armé largement préfabriquée (poteaux, poutres, prédalle, hourdis) et un concept de façade unique, fait de percements réguliers et d’un revêtement en bardage métallique.

Pour les architectes, il était important que l’implantation tienne compte des contraintes et impératifs liés à la mobilité et à la sécurité du site : « Les meilleurs choix ont été faits de manière à maximiser le confort et la sécurité des modes de déplacement en évitant le plus possible les croisements de flux indésirables, toujours dangereux. » Le cœur du bâtiment s’ouvre sur deux niveaux. C’est un espace ouvert où les flux des services se croisent, à proximité directe de l’espace cafétéria, lui-même donnant sur une terrasse idéalement orientée et positionnée loin des zones visibles ou accessibles du public. Un escalier principal, distinct des circulations verticales de service ou de secours, accueille les utilisateurs comme une main tendue. Il gravit l’étage pour donner accès à la passerelle, à la croisée des services et de la zone réservée à la direction. Ce dernier espace, en débord et surplombant l’entrée du personnel, offre un contrôle visuel permanent sur l’entrée des véhicules de service et du personnel.

Le projet comporte un stand de tir, une armurerie ainsi qu’un complexe cellulaire. Les techniques et les matériaux ont donc été adaptés à des impératifs très stricts de sécurité et de fonctionnement. Il en va de même pour les façades du bâtiment (vitrage blindé, sas sécurisé, etc.).

Focus sur la durabilité

La minimisation des besoins énergétiques est assurée par une optimisation globale de la qualité des matériaux et de la mise en œuvre de l’enveloppe. En outre, des équipements techniques performants ont été mis en œuvre tels que : groupe de ventilation double flux croisée, pompes à chaleur réversibles, éclairage LED généralisé, sanitaires équipés de systèmes à faible consommation. De plus, dans le futur, des panneaux photovoltaïques pourraient être installés de manière à viser l’autonomie énergétique pour les systèmes de pompes à chaleur.