Doorzoek volledige site
28 september 2021 | MICHEL CHARLIER

Plaza Art (H2a), un cinéma rénové et reconnecté dans son environnement urbain

Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a
Illustratie | H2a

Le Cinéma Plaza Art est une entité culturelle présente depuis des générations dans le cœur et la mémoire collective des montois. Il a accueilli le public durant plus de 80 ans avant de devoir fermer en 2018 suite à des manquements importants en matière de sécurité incendie. Conscientes du rôle important qu’occupe le Plaza dans la vie culturelle locale, les autorités communales ont décidé de le rénover complètement et de confier cette mission au Studio d'Architecture H2a. Les travaux de rénovation se sont achevés en juin dernier.

 

Pascal Daspremont, ingénieur-architecte gérant du Studio H2a, cadre le lieu et le sujet : « A proximité immédiate de la Grand-Place, le site est complètement enclavé dans le tissu urbain du centre historique. Il présente la particularité d’avoir des connexions sur trois rues. Les dénivellations sont très importantes : plus de 3,75 m entre l’accès principal (rue de Nimy) et les deux rues à l’arrière. En intégrant ces importantes contraintes dans le projet de rénovation, nous avons pu reconnecter le complexe cinématographique dans son environnement urbain. Il dispose maintenant de trois accès situés à différents niveaux. »

Volumes et rehausse

Le cinéma occupe le volume principal, il conserve son entrée historique et dispose de 4 salles réparties sur trois étages. Un grand escalier central dessert les différents niveaux. « Si l’emplacement originel a été conservé, les nouveaux parachèvements jouent avec la lumière et procurent à l’ensemble une douce majesté », précise Pascal Daspremont. Les espaces d'animation, situés à l'arrière, sont connectés avec les salles du cinéma. 

« Le volume principal a été rehaussé d’un niveau », reprend Pascal Daspremont. « Ses toitures à bâtières s’inscrivent de manière contemporaine dans le paysage chahuté des toits du centre-ville. Quant à l’appareillage en briques peintes du patio, il présente un relief important. Le jeu de lumière et d’ombre qui en résulte dégage de la vibration dans la façade. Il en est de même du nouveau volume construit en toiture. Il se distingue du contexte bâti. Tel un élément rapporté, il est délicatement posé sur l’existant. »

 

GERELATEERDE DOSSIERS