Doorzoek volledige site
23 november 2021 | MICHEL CHARLIER

La crèche Sainte-Walburge (Ledroit Pierret Polet) reçoit le Prix de la reconstruction sur la ville au GPAW 2021

Illustratie | Vincent Pierret
Illustratie | Vincent Pierret

Cette crèche basse énergie de 42 lits est située sur les hauteurs de Liège, à deux pas du CHR de la Citadelle. Le projet conçu par le bureau Ledroit Pierret Polet Architectes reconstitue l'angle de la rue et de la place Sainte-Walburge, anciennement occupé par une pompe à essence et un car-wash. Le jury international du GPAW 2021 a fait de ce projet le lauréat de la catégorie ‘Reconstruction sur la ville’.

 

La crèche – 802 m² sur 3 niveaux hors sol et 1 en sous-sol – s’est donc installée à l’angle d’une vaste place aux arbres centenaires, entourée par deux écoles fondamentales et une imposante église.

Chacune de ses façades possède un vocabulaire architectural propre tout en composant avec les autres un tout identifiable. Le pignon décoré d'un jeu de briques rouges marque l’identité sur la place de l’église. Une cascade de terrasses blanches en triangle projette les sections des enfants sur l’espace public tout en leur proposant une protection naturelle. Enfin un mur-rideau dévoile la circulation et l’organisation intérieure.

Intégration au bâti existant

Parallèlement à son expression volontaire, la crèche s’intègre aux gabarits et aux matériaux de son environnement. La terrasse du personnel vient reprendre la hauteur de la maison mitoyenne. Le raccord avec le centre sportif se fait dans l’alignement naturel du bâtiment existant. L’utilisation de la brique rouge foncé se réfère aux édifices déjà présents sur la place. Le rythme vertical du mur rideau s’inspire du rythme des façades des maisons mitoyennes de la rue Sainte-Walburge.

Une distribution fluide, tant à l’intérieur qu’au-dehors

La distribution a fait l’objet d’un séquençage précis. L’auvent de béton marque l’entrée dans la cour, véritable sas entre la ville et ce lieu protégé. Une fois à l’intérieur, deux escaliers droits en béton se suivent pour monter aux étages. Spectaculaires et rationnels, ils permettent de monter efficacement en profitant de la vue sur le quartier. À partir de cette circulation, des zones de change en retrait permettent d’accéder à l’inimité des sections. Une deuxième circulation, extérieure, relie les différents niveaux. Métallique, exubérante et inattendue, elle est le contrepoint de la première.

Un jardin, au rez-de-chaussée, est planté de parterres colorés et odorants. Des terrasses dans le prolongement direct des sections qui permettent un accès aisé d’une partie ou de la totalité du groupe. Ce contact de plain-pied avec un espace extérieur est l’un des points de départ de la proposition. Des escaliers relient les terrasses. Ils sont fermés par de petits portillons et peuvent servir de court-circuit entre les sections par beau temps. Les terrasses jouent également un rôle de régulation climatique en protégeant du soleil les vitrages des sections.

Tenir compte des besoins spécifiques des occupants

L’échelle des espaces est travaillée en fonction des besoins spécifiques des enfants. Les espaces secondaires sont traités avec le même soin que les espaces plus nobles. Une attention toute particulière est portée à la lumière naturelle et artificielle. Des stores permettent d’occulter les espaces nuit et de protéger les sections. Tous les espaces de vie sont éclairés naturellement. Les locaux dédiés aux enfants sont équipés d’appareils d’éclairage de type « lumière douce » qui protègent de l’éblouissement les yeux des tous petits.

L’avis du jury

Le jury, composé de Sandra De Giorgio (NZI Architectes - Paris), Salima Naji (Agence Salima Naji Architecte, Sud marocain), André Kempe (Atelier Kempe Thill - Rotterdam) et Heleen Hart (HBAAT - Lille), a récompensé ce projet pour différentes raisons :

·        la réponse du gabarit dans le contexte bâti ;

·        le fait que le volume se positionne comme une fin de rangée côté voirie. Il repositionne la façade dans l’alignement du bâti existant, en évitant de créer un pignon aveugle côté place. A l’inverse, il ouvre la crèche vers la place et l’espace public ;

·        la différenciation entre les espaces de vie et les zones de nuit.