Doorzoek volledige site
04 januari 2022 | JOAQUIM DUPONT

Candries (Ledroit Pierret Polet), le virage de Molenbeek vers la construction durable

Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes
Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes
Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes
Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes
Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes
Illustratie | Séverin Malaud pour Ledroit Pierret Polet Architectes

Avec une population en croissance constante, Bruxelles est en première ligne du défi du logement. A Molenbeek Saint-Jean, en plein cœur de la capitale, l’annonce de la construction d’un nouvel immeuble destiné à accueillir 26 logements sociaux fait grand bruit. Le bureau d’architectes en charge de ce projet ambitieux, Ledroit Pierret Polet Architectes, souligne l’importance des nouvelles considérations dans le secteur de la construction, qui vise désormais à allier esthétisme, urbanisme et durabilité.

 

Les différentes vagues de développement immobilier à Bruxelles ont créé un ensemble hétérogène, des maisons de maitre aux tours de béton, qui font du paysage urbain de la capitale un casse-tête pour l’implémentation de nouvelles constructions. Ce nouveau projet au coût dépassant les 4 millions d’euros, sobrement nommé Candries (en référence à l’avenue dans laquelle il prendra place) se voit donc confronté à ce défi d’urbanisme de s’insérer entre maisons unifamiliales et bâtiments aux gabarits contrastés. Pour s’intégrer harmonieusement dans cet environnement éclectique, les architectes ont imaginé un ensemble de structures évoluant graduellement de duplex à un immeuble à appartements au fur et à mesure que l’on avance vers l’angle avec l’avenue de la Requette.

Pour rompre avec la monotonie et la froideur habituellement associées aux immeubles de logements sociaux, le bureau d’architectes bruxellois a misé sur l’interface entre intérieur et extérieur. D’abord via les fenêtres dont les allèges sont situées à hauteur d’assise, havres paisibles invitant à la flânerie et à la relaxation, mais surtout via les espaces extérieurs privés aux rôles des plus diversifiés : jardins, terrasses de toit, loggias, patios ou simples coursives. L'usage peut même varier en fonction de l'envie des locataires ou des saisons.

Dans la même optique, des espaces extérieurs communs ont été imaginés comme ilots de convivialité et de rencontre, tels la terrasse du deuxième étage et le jardin communautaire. L’agencement de ces lieux de vie partagés participe à créer un complexe cohérent et chaleureux, qui multiplie les interactions entre zones intérieures et extérieures, et encouragent celles entre les occupants.

Au-delà de l’envie de créer un complexe de vie communautaire, Candries se distingue par son approche durable, comme le montrent plusieurs installations ou innovations imaginées par l’équipe d’architectes et les bureaux d’étude impliqués dans le projet.

Premièrement, un système de récupération d’eau de pluie et l’orientation des constructions (pour profiter d’un maximum de lumière naturelle) diminueront sensiblement la consommation énergétique du complexe. Ensuite, l’agencement des appartements a été étudié spécifiquement pour réduire l’utilisation des ascenseurs. Enfin, le matériau prédominant de la façade, la brique en terre cuite, a été choisie pour sa durabilité, en plus de son caractère local.

En bref, le bureau d’architectes, la commune de Molenbeek et la Société de Logement de la Région Bruxelloise démontrent qu’il est possible de repenser notre vision de l’urbanisme et de la vie communautaire, sans pour autant compromettre l’aspect esthétique. Avec ce projet ambitieux, ses acteurs affirment l’imminence du virage vers la construction durable, qui s’impose aujourd’hui comme une nécessité.