Doorzoek volledige site
19 maart 2019 | MICHEL CHARLIER

Le Jardinier, un bâtiment durable participe au renouveau d'un quartier de Montréal

Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet
Illustratie | Maxime Brouillet

L'équipe d'ADHOC architectes vient de présenter Le Jardinier, un projet réalisé en collaboration avec le promoteur Knightsbridge. Livré il y a peu, le Jardinier s’est déjà fait remarquer en étant récompensé lors de l’édition 2018 des Prix INOVA. Une véritable satisfaction pour ce nouveau bâtiment du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, constitué de 16 logements. La ligne directrice du projet était de développer des logements abordables destinés à une clientèle variée tout en maintenant une grande qualité d’espaces de vie et de construction, respectant ainsi le quartier et son contexte.

 

Guidé par une idée dominante d’ouverture, le bâtiment a été conçu de sorte à ce que chaque logement soit traversant. Ainsi toutes les unités bénéficient d’une ouverture à l’arrière comme à l’avant, avec une loggia d’un côté ou de l’autre. La disposition de ces appartements offre alors, en façade comme sur la cour, un agréable dynamisme grâce à un jeu de décalage en plan des unités. Ces loggias permettent, en fin de compte, la création d’espaces privés et isolées acoustiquement les uns des autres, tels des cocons à la fois intime et aérés. A l’intérieur, la qualité des appartements va bénéficier de cette pensée fondatrice, puisque cette transversalité permet aux résidents de bénéficier d’une luminosité constante tout au long de la journée. Les unités du dernier étage, quant à elles, disposent d’une mezzanine donnant sur des terrasses dont l’horizon dégagé offre une vue imprenable jusqu’au pont Jacques Cartier.

Relation avec le bâtiment voisin

Un autre défi architectural du projet résidait dans sa relation avec le bâtiment voisin qui, situé à l'arrière de l’édifice, devait avoir une possibilité d’évacuation par le terrain. La mise en place d’un lien dans la construction ainsi que d’une porte cochère fut alors la solution la plus intéressante. Ces éléments influenceront par la suite l’ensemble de l’organisation structurelle du bâtiment jusqu’à son enveloppe. Ainsi la section droite du rez-de-chaussée, comprenant garage, porte-cochère, stationnement à vélo et lien de construction, est traitée comme une soustraction au bâtiment. Cette section, proposant une matérialité différente, offre alors un véritable contraste avec la brique de la façade, brisant ainsi, volontairement, la trame de la façade en ôtant son aspect monolithique en lui apportant un peu de légèreté. 

Intégration dans le contexte

Malgré la modernité de ces éléments, la façade avant reste sobre et parfaitement intégrée au contexte urbain et historique. La teinte de la brique rappelle celle de la majorité du secteur, tout comme le gabarit général du bâtiment. Le motif du damier, très présent sur les bâtiments patrimoniaux de la rue, est repris sur la façade, allant du jeu de briques de la corniche jusqu'à l'alternance des loggias à l'avant et des différents parements à l'arrière. Enfin, les escaliers donnant accès aux logements avec leur structure métallique légère font référence aux escaliers typiques de Montréal.

Des jardins et des potagers

L’idée de créer un havre de paix pour ses habitants, d’offrir un lieu de partage et répondre aux besoins d’une société de plus en plus proche de son environnement fut également au cœur de la réflexion dans le projet du Jardinier. En découle une grande place laissée à la verdure. Situation assez rare à Hochelaga, de même qu’à Montréal en général, la cour intérieure a été complètement aménagée pour créer des jardins et potagers. Le jardinage étant l’un des principal passe-temps des Québécois, des lopins de terres composés essentiellement de végétaux comestibles sont intégrés à la cour. Les terrasses du dernier étage sont également disposées à accueillir un peu de nature grâce notamment aux garde-corps qui jouent un double rôle, car ils sont également des bacs pour plantations. Toujours dans cette dynamique environnementale, le projet souhaite encourager les transports actifs et alternatifs, en intégrant des stationnements à vélo dans la porte cochère ainsi qu’un garage pour voiture Communauto, accessible à tous les résidents.

Venant d’obtenir sa certification LEED Platine, comme une quarantaine de bâtiments seulement à Montréal, le Jardinier se veut appartenir à un mouvement plus humain, plus propice aux rencontres et au partage, plus bénéfique à l’environnement et à son contexte.

GERELATEERDE DOSSIERS