Doorzoek volledige site
12 februari 2020 | JOHAN DEBIÈRE

Archi-militant : Quand le Drohme se transforme en cauchemar

Illustratie | Thomas Vandendriessche

Non content d'avoir investi de l'argent dans un espace à l'abandon voué à la décrépitude, le patron de VO Communication, Michel Culot, essuie aujourd'hui les chipotages d'une structure politico-administrative à la fois morcelée et compliquée dans son fonctionnement, typiquement belgo-belge.

 

Cela faisait pas mal de temps que l'idée d'un Archi-Militant consacré à Drohme et à la réaffectation du site de l'hippodrome de Boistfort me trottait dans la tête. Mais quelle attitude adopter face à ce mic-mac ? Tirer sur l'ambulance en disant, comme beaucoup l'ont dit et écrit, que Michel Culot n'a pas fait dans la dentelle ? Qu'il privilégie là un projet pour les bobos bruxellois ? Qu'il s'embarrasse peu des nuisances sonores et des questions de mobilité ? C'est assurément ce que j'aurais fait si j'avais été un brin paresseux et prêt à ranger mes tics de journaliste au placard. Mais voilà, on ne se refait pas...

Après avoir fouillé et analysé les va-et-vient, les réactions des différentes commissions, des différentes communes et autre annulation du permis d'urbanisme au Conseil d'Etat, je suis tombé sur une interview vidéo vieille de dix ans réalisée par mon collègue-blogueur - quoi qu'aussi journaliste à mes yeux - Mister Emma. Dans cette interview, on découvre un Michel Culot qui nous fait une visite guidée des lieux et dont les explications, rétrospectivement et très bizarrement, remettent drôlement en perspective les obstructions et oppositions qui se font jour depuis quelques mois dans ce dossier. Des obstructions et des oppositions qui, sans rentrer dans les détails, apparaissent aujourd'hui, en tout cas à mes yeux de chroniqueur, comme de véritables chichis.

Que nous apprend cette vidéo? Eh bien, que le site a été très salement négligé par ses propriétaires depuis le déclin des courses de dadas. Par le fédéral d'abord, par la Région de Bruxelles-Capitale ensuite, qui a laissé les clés à une multitude de concessionnaires et de sous-concessionnaires qui ont un peu fait là ‘ce qu'ils voulaient’. Et puis, soudainement, Michel Culot est apparu avec un rêve et une approche intégrée pour cet endroit. Certes, le positionnement est haut de gamme et l'idée est de faire du profit. Certes, on y pratique le golf. Certes encore le resto ‘Le Pesage’ sert plutôt des plats préparés par un cuistot étoilable que les caricoles de la foire du Midi. Et oui, enfin, le parking de fortune qui a toujours existé là ne sera pas transformé en sanctuaire pour manchots, mais en zone de stationnement pour les visiteurs venus, en voiture ou à vélo, prendre un bol d'air.

Mais quoi ? Que veut-on après tout ? Si quelqu'un veut prendre la relève de Michel Culot, qu'il se lève ou se taise à tout jamais…