Doorzoek volledige site
19 augustus 2020 | JOHAN DEBIÈRE

Archi-militant : Alcool et rénovation des logements sociaux

Logements sociaux à Saragosse (Espagne) ayant reçu une subvention du Fonds Juncker pour leur rénovation et l'installation de panneaux solaires. Illustratie | zaragozavivienda.es

Cinq ans après avoir pris l'initiative dans un domaine qui touche au social, et alors qu'il a désormais cédé son siège présidentiel à la plus consensuelle Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker fait parler de lui autrement que par les pitreries auxquelles il a habitué les médias.

 

Pour rappel, le Fonds Européen pour les Investissements Stratégiques (FEIS), plus familièrement appelé Fonds Juncker, a consacré une partie significative de ses moyens à des projets d'une urgence aussi brûlante que la rénovation des logements sociaux. Et le mécanisme imaginé à l'époque par Juncker a réussi son double pari : rendre plus attractif et plus performant un parc de logements sociaux, dans sa grande majorité dans un état de décrépitude consternant et que les pouvoirs nationaux peinent ou rechignent souvent à prendre eux-mêmes à bras le corps.

Tabac et alcool

Justice est ainsi rendue à Juncker, ce bonhomme en fin de compte pas aussi âgé qu'il en a l'air (NDLR : il n'a que 65 ans), dont la presse a surtout parlé à travers ses attitudes décalées, son penchant pour l'alcool (non-assumé) et sa consommation de tabac (il a réduit fortement depuis), donnant en fin de compte peut-être raison à l’écrivain Bernard Shaw qui écrivait : ‘L'alcool est un produit très nécessaire... Il permet au Parlement de prendre à onze heures du soir des décisions qu'aucun homme sensé ne prendrait à onze heures du matin’.

Tournant réussi

Plus fondamentalement et blague à part, au-delà de la petite personne de Juncker (il figurait parmi les plus petits en taille de la Commission qu’il présidait), Bruxelles ressort finalement grandie de cette initiative. Elle qui a surtout agi en fonction de thèses libérales et longtemps obsédée par le libre-échange, sur ce qui ressemble à changement d'ère, force est de constater qu’avec Juncker au volant, Bruxelles a réussi à négocier ce tournant sans aucune sortie de route. Pour un pilote que l'on disait constamment sous l'emprise de la boisson, il faut avouer que c'est en fin de compte plutôt réussi.

 

GERELATEERDE DOSSIERS