Doorzoek volledige site
13 januari 2021 | JOHAN DEBIÈRE

Archi-militant : Au Heysel, on a les boules !

Néo2 et Néo1 sont sur un bateau. Néo2 tombe à l'eau… Illustratie | Ateliers Jean Nouvel

Le plateau du Heysel est-il une zone maudite, à propos de laquelle on ne semble plus pouvoir annoncer que de mauvaises nouvelles ? C'est bien là une question que l'on est en droit de se poser...

 

Depuis la création ambitieuse d'un stade d'une capacité de 70 000 personnes en 1927 (qui allait devenir le stade Roi Baudouin quelques décennies plus tard), après l'installation du Palais des expositions dans les années '30 et les développements qui ont entouré l’exposition universelle de 1958 (quatrième du nom) accueillie par Bruxelles avec notamment l'édification de l'atypique Atomium; après les belles années du parc Meli et après la bien-nommée SPAH (Société du Parc Aquatique du Heysel) qui allait devenir Océade et drainer moitié de locaux et moitié de touristes dans un bouillon de culture bien bruxellois, la mayonnaise ne semble plus prendre au Heysel.

Certes, le stade Roi Baudouin a été sauvé de justesse et l'inclassable et rigolo Mini-Europe vient de voir son bail prolongé de 30 ans, mais que penser de l'annulation du projet Néo2 par lequel la ville entendait déployer un hôtel 4 étoiles et un nouveau centre de congrès dans le but de « donner un élan très ambitieux » à cette zone un peu morte ? Que penser de la 'candeur' des politiques de la Ville de Bruxelles qui ne semblent pas avoir douté un instant que le fait d'avoir deux centres de congrès à quelques centaines de mètres l'un de l'autre poserait inévitablement problème ? Que dire des centaines de millions d'euros d'investissement perdus ? Du travail que l'architecte Jean Nouvel, payé à prix d'or, a dû se résoudre à jeter à la poubelle pour cet ensemble hôtel-centre de congrès qui devait par ailleurs être pourvoyeur d'emplois ? Que penser aussi du recours au Conseil d'Etat que les riverains ont vu aboutir pour cet autre projet Néo1 ?

Pour rappel, la décision, tombée fin de cette année 2020 maudite, rend désormais caduque l’autorisation préalable pour la modification du Plan Régional d'Affectation du Sol (PRAS) nécessaire au déploiement de ce projet distinct par la nature : au contraire de Néo2 qui misait sur un centre de congrès et sur un hôtel, Néo1 est prévu pour accueillir un centre commercial, 600 logements, un centre de loisirs et un complexe cinéma. Il faut désormais remettre l'ouvrage Néo1 sur le tapis, sans aucune certitude que la brochette d'investisseurs, lourdement impactée par la crise sanitaire, aura encore les moyens de concrétiser ce projet.

En fin de compte, nous restent pour nous consoler les Palais du Heysel qui attendent avec angoisse de retrouver leur public, les boules de l'Atomium, les perruches du parc de Meli qui squattent les arbres du plateau du Heysel et… les bâtiments nains de Mini-Europe. Faire et défaire, c'est toujours travailler !