Doorzoek volledige site
20 januari 2020 | MICHEL CHARLIER

Une promenade alsacienne sublimée par l’acier Corten

Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Reiulf Ramstad Arkitekter
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45
Illustratie | Florent Michel 11h45

Le bureau norvégien Reiulf Ramstad Arkitekter, en collaboration avec le bureau Parenthèse (paysage & urbanisme) a répondu architecturalement au souhait de la Communauté de communes des Portes de Rosheim, dans les Vosges. L’objectif était de réaliser la reconversion de 11km de voies ferrés en une promenade pour randonneurs et cyclistes, parsemée de haltes culturelles et d’installations artistiques. Un défi relevé grâce, notamment, à l’utilisation d’acier Corten.

 

A l’image de l’ancien tracé, qui offrait une double fonction – transport industriel et transport de voyageurs – le parcours a une double vocation, faisant côtoyer le fonctionnel et l’imaginaire du voyage. Le long de la promenade, une histoire se déroule, que les interventions architecturales divisent en ‘chapitres’ de paysages différents, offrant des univers variés et mettant en valeur des sites remarquables. Des éléments insolites en jalonnent le chemin, mettant en valeur un territoire ouvert sur le monde et à la rencontre de différentes cultures.

 

Un chemin adapté aux paysages

Menaçants, parfois cachés, les vestiges du chemin de fer marquent encore la lecture du site. La volonté de créer un itinéraire au service des carrières a dû s'adapter aux paysages vallonnés des collines sous-vosgiennes et la forme même du tracé raconte l'histoire du paysage et des hommes. Ce « chemin des carrières » permet à la fois de découvrir des paysages oubliés et de poser un regard différent sur les paysages du quotidien.

Tout au long du chemin s’installe un réel jeu d’ouvertures et de fermetures des vues. Ce rythme est étroitement lié à la présence de masses végétales. Ces masques permettent parfois d’annoncer de nouveaux paysages, parfois de créer des zones plus intimes, et deviennent donc parfois des objets par eux-mêmes, où les interventions devaient être très sobres et limités.

 

Le rôle de l’acier Corten

La maître d’ouvrage a voulu que la promenade soit rythmée par quatre haltes. Les architectes norvégiens ont volontairement choisi l’acier Corten pour deux d’entre elles. La halte de Rosheim raconte l'histoire du passé. Réalisé par des cercles entrelacés en acier Corten, un promontoire inspiré par la forme d’un trèfle à quatre feuilles. Il présente un caractère labyrinthique et joue avec un intérieur concave et convexe irrégulier, que les visiteurs sont libres ou non de parcourir. Dans cette zone, les voies ferrées ont conservées, des bancs ont été construits et des ouvertures ont été créées afin d’ouvrir (ou de fermer) la sculpture à des vues choisies sur le paysage environnant.

Quant à la halte de Leonardsau, qui raconte l'histoire de la terre, elle propose deux grands panneaux en acier Corten, un portail qui amplifie l'effet d'ouverture sur la paysage au bout d’un couloir forestier. Ailleurs, la promenade se voit dotée de bancs, de tables et de ‘cabanes’ constituées également, mais partiellement, d’acier Corten.  

 

GERELATEERDE DOSSIERS