Doorzoek volledige site
02 september 2014 | SYLVIE REVERSEZ

Un centre de services de communication aux portes de Libramont (Alinea Ter)

Le bâtiment conçu par le bureau d'architecture Alinea Ter abrite un centre dédié à la communication. Implanté au nord de la commune de Libramont, il a également pour vocation d'en marquer l'entrée de façon significative. Illustratie | Bureau d'architecture Alinea Ter
Les concepteurs ont adapté l'implantation, les gabarits et les matériaux de façade des différentes parties du complexe à leur différentes fonctions. Illustratie | Bureau d'architecture Alinea Ter

A Libramont s’ouvrira prochainement le chantier de construction d’un bâtiment tertiaire qui accueillera les bureaux de SOFILUX, intercommunale de financement de la province de Luxembourg et maître de l’ouvrage, de TV LUX et de la RTBF-VIVACITE Luxembourg. Situé au nord de la commune, le bâtiment est conçu par le bureau d’architecture Alinea Ter et a également pour vocation de marquer l’entrée de l’agglomération de façon significative.

Un programme aux attentes particulières

Le programme prévoit la construction d’un ensemble de locaux pour l’hébergement des fonctions d’ “information”, de “production” et de fonctions techniques de la télévision communautaire de la Province de Luxembourg, TV LUX. En plus des locaux classiques tels que les salles de rédaction ou de réunion, le bâtiment abrite des fonctions plus particulières liées au monde de l’audiovisuel et qui demandent des attentions techniques pointues. Logistique (décors, stockage, manutention,…), performances acoustiques et techniques (régie, locaux de montage, studios d’enregistrement, …) sont des spécificités qui ont été intégrées au bâtiment avec la collaboration de bureaux d’études spécialisés. L’ensemble des fonctions se répartit sur quelques 1.300 m2 bruts. La maîtrise d’ouvrage a souhaité un bâtiment ouvert et qui indique de façon directe les fonctions de traitements de l’information que le bâtiment est destiné à abriter. En ce sens, le projet tente d’équilibrer la transparence symbolique du lieu de la collecte des informations et la nécessaire opacité technique et acoustique de son traitement et la neutralité des fonctions techniques générales.

 

A la porte de la ville, entre tertiaire et résidentiel

L’implantation jouxte un pôle culturel existant comprenant divers équipements publics tels qu’une bibliothèque, un centre culturel et un cinéma. Les questions d’implantation et de volumétrie sont complexes de part la localisation du terrain. Celui-ci est en effet situé à l’extrémité nord de la commune, au bout d’un territoire communal réservé aux fonctions tertiaires, et logé entre deux voiries de statut différent et qui bordent de part et d’autre des zones résidentielles. La volonté du bureau Alinea ter a été de donner réponse à ces éléments diversifiés; il a donc articulé le bâtiment dans cette optique. Ainsi, la construction s’implante le long de l’axe le plus important et arbore une architecture qui se veut signifiante et “visible”, pour créer un appel à l’entrée de la commune, mais aussi depuis son centre.

 

Composer avec l’existant

Au niveau de l’implantation, le parti urbanisitique général est donc de créer un effet de porte sur une route régionale où le recul des bâtiments existants ne favorise pas la définition d’un “espace-rue”. Au niveau des gabarits, les architectes ont poursuivi la logique de construction de volumes sous toit plat, présents dans le pôle culturel existant. Les volumes sont hiérarchisés suivant les différentes fonctions citées : R+2 pour le volume situé en voirie principale, pour les fonctions « d’information », R+1 pour le volume entre voiries pour les fonctions de « production » et R+0 pour les volumes situé en voirie secondaire, pour les fonctions dites techniques. Les entrées et accès techniques sont répartis soit sur la voirie principale soit sur la secondaire en fonction de leur usage spécifique (entrée visiteurs, véhicules de reportage, accès décors, …). Le choix de volumes présentant un toit plat conforte également la lecture distincte de cette zone tertiaire et des zones résidentielles voisines.

 

Déclinaison de méthodes constructives et de matériaux

En plus des gabarits différents, les architectes ont accentué la différenciation entre les 3 volumes par le choix de textures et de teintes tranchées pour chacun d’eux. Le volume principal est composé d’un rez-de-chaussée principalement réalisé en béton et en acier tandis que les niveaux supérieurs présentent un peau en acier corten en référence au passé sidérurgique de la région. Le volume R+1 est quant à lui réalisé en prémurs en béton, dont la surface a été laissée brute. Enfin, le volume R+0 présente un enduit sur isolation. Ces choix esthétiques sont en étroite relation avec les choix constructifs de chacune des parties : ossature bois pour la partie principale, prémurs en béton pour le R+1 et maçonneries en blocs de béton pour le volume R+0.

 

Un réflexion durable multiple

Les caractéristiques du projet ont été étudiées pour permettre d’atteindre un K global < 18. Au plan technique, la combinaison de la ventilation à double flux à récupération de chaleur et du système de chauffe de type VRV permet d’optimiser les besoins énergétiques entre les fonctions différentes. Les toitures plates du projet sont équipées de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 10 kWc. Ces attentions sur les questions de durabilité s’accompagnent d’une démarche sur la provenance des matériaux et sur l’emploi du savoir-faire local. Les circuits courts de production ont été privilégiés avec l’usage des techniques d’ossature en bois, de matériaux provenant de la production régionale d’acier et la pierre de schiste pour le traitement des abords.

 

GERELATEERDE DOSSIERS