Doorzoek volledige site
10 februari 2016 | YASMINE DEPRET

Une salle de spectacle en milieu urbain (AgwA architecture)

Le projet de réaménagement de la salle de spectacle De Kriekelaar par AgwA architecture met en oeuvre une «boîte dans la boîte» Illustratie | Marie-Françoise Plissart
AgwA a choisi de faire poser des rideaux sur tout le pourtour de la salle permettant d’adapter la qualité d’ambiance à l’utilisation. Illustratie | Marie-Françoise Plissart
Les matériaux sont systématiquement utilisés pour leur expressivité esthétique intrinsèque. Illustratie | Marie-Françoise Plissart
Le plafond a dû être coulé sous la toiture existante située 50 cm plus haut. Illustratie | AgwA
Il s’agissait d’exécuter le gros œuvre par tranches en utilisant des éléments de petite dimension permettant l’emploi de coffrages et d’engins légers. Illustratie | Marie-Françoise Plissart

Le projet de réaménagement de la salle de spectacle De Kriekelaar à Schaerbeek, inaugurée en décembre 2015, avait pour objectif principal de réduire les nuisances sonores générées par les activités scéniques du centre communautaire situé en plein cœur d’îlot. Le concours organisé par la VGC en 2013 fut remporté par le bureau AgwA sur base d’un projet de « boîte dans la boîte ». Harold Fallon, ingénieur-architecte, nous en donne ici quelques explications.

Concours et commande publique

Le bureau AgwA travaille dans les trois régions et a notamment obtenu une mention spéciale pour un projet de préau praticable dans la cour de l’école Prins Dries à Anvers. AgwA existe depuis 2006 et est installé dans le centre d’entreprises La Lustrerie à Schaerbeek. Il a conçu la couverture du Carré des Arts à Mons à l’occasion de Mons 2015 en collaboration avec Ney&Partners, et réalise actuellement le centre ADEPS de Péronnes près de Tournai en collaboration avec Artgineering, ainsi que la restructuration de l’ancienne ECAM de Saint-Gilles. Il est spécialisé dans la commande publique sur base de concours dont il peut assumer la charge grâce à une activité annexe de consultance technique. Il vise dans ses conceptions à faire reposer le projet sur le potentiel des éléments les plus essentiels afin que le résultat soit garanti malgré des aléas budgétaires toujours possibles.

Harold Fallon : « Les concepts essentiellement structuraux du projet De Kriekelaar ont été élaborés en dialogue avec le bureau d’études JZH&Partners, qui est surtout actif en région bruxelloise et avec qui une collaboration pérenne s’est mise en place. Ce bureau d’études a développé une très bonne capacité d’anticipation du chantier qui permet de réfléchir dès la conception à la manière dont le projet va être réalisé. Pour le projet De Kriekelaar, tout a donc été pensé au niveau de l’exécution et c’est certainement ce qui a permis de convaincre le jury. »

 

Performances requises

Le bureau d’études acoustiques Scala Consultants de Leuven a évalué les projets en phase concours et émis des prescriptions. H.F. : « La préfabrication a rapidement été écartée pour des raisons de manutention et de raccords entre éléments, les coffrages par petits éléments étant plus faciles à réaliser et moins dangereux. Les recommandations du cahier des charges ont notamment porté sur la masse des matériaux et sur le jointoiement entre éléments structurels. La dalle de béton de 20 cm a par exemple dû être posée sur des blocs résilients en polymère de chez CDM, assurant la rupture acoustique avec les longrines posées sur pieux. Pour atteindre une masse de 400 kg/m3, des murs de 19 centimètres en blocs de béton lourd pleins de 35 kg/pièce ont été posés sur toute la hauteur des parois latérales, selon un axe horizontal non linéaire afin d’éviter les ondes stagnantes. Le plafond a quant à lui dû être coulé sur place tout en préservant la toiture existante 50 cm plus haut. »

« Le projet a cependant pu être exécuté sans encombre entre 2013 et la réception fin 2015, hormis la découverte d’amiante dans la terre de remblai qu’il a fallu évacuer. Ceci ayant occasionné six mois d’arrêt du chantier, la conception de portes à haute performance acoustique a pu être améliorée par Eribel dans l’intervalle. Des portes mixtes acier / stratifié de performance Rw + Ctr (facteur de correction) = 42 dB, ont été spécialement créées et leur pose certifiée. »

 

Entreprises et exécution

H.F. : « Il est toujours important d’avoir un bon relais dans l’entreprise pour la bonne exécution du projet et le respect des délais. Sur le projet Kriekelaar, l’entreprise Monument est intervenue avec beaucoup de professionnalisme. Elle disposait d’une très bonne équipe avec un gestionnaire de chantier et un conducteur de travaux très compétents. La méthode d’exécution proposée a donc pu être appliquée soigneusement conformément aux prescriptions du cahier des charges. Il s’agissait principalement d’exécuter le gros œuvre par tranches en utilisant des éléments de petite dimension permettant l’emploi de coffrages et d’engins légers. L’idée principale reposait en effet sur l’utilisation de poutres en U servant de chemin à un ouvrier pour le coulage sur place des dalles de plafond. »

Une ouverture dans un mur porteur justifiait le dépôt d’un permis mais dans l’ensemble, il s’agissait de travaux en intérieur. L’idée était de construire sans toucher à l’existant. Il n'y a donc pas eu de plaintes, d’une part parce que les travaux ont provoqué peu de nuisances et certainement aussi parce que le chantier visait avant tout à améliorer le confort du voisinage. Les activités du centre communautaire n’ont pas non plus été interrompues. Les machines entraient simplement par l’arrière du site rue Vanderlinden.

 

Mesures d’amélioration de l’acoustique

H.F. : « Le bureau a pu tirer parti d’une expérience déjà acquise en matière d’acoustique et a choisi de faire poser des rideaux sur tout le pourtour de la salle permettant d’adapter la qualité d’ambiance à l’utilisation. En cas de concert classique, on ouvre pour avoir un temps de réverbération plus long ; en cas de conférence, on tire le rideau pour absorber le son. Le système est manuel et ne nécessite pas d’entretien. Par ailleurs, il permet de moduler le décor de fond. »

En plafond ont été posées de simples dalles acoustiques noires de chez Rockfon. Les gaines et câbles traversent les parois en passant par des caissons acoustiques réalisés sur mesure en bois et isolant et disposés à l’extérieur de la salle. Pour envelopper la boîte, une laine de roche a été posée derrière la palissade de bois vert du couloir. H.F. : « Au-delà des performances acoustiques, les matériaux sont systématiquement utilisés pour leur expressivité esthétique intrinsèque. Dès le début de la conception, le bureau réfléchit en effet à la manière d’utiliser des éléments les plus simples pour atteindre avec un maximum d’efficacité les performances esthétiques, structurelles, fonctionnelles et budgétaires du projet ». Le résultat est une solution synthétique alliant technicité et grande attention pour le détail.

GERELATEERDE DOSSIERS