Doorzoek volledige site
12 oktober 2017 | PHILIPPE SELKE

Prix européen d'architecture Philippe Rotthier 2017 : les lauréats

AEQUOREA Illustratie | Vincent Callebaut Architectures, Paris
Watersquare Illustratie | Palesh-Azarfane
Bunker 599 Illustratie | RAAAF [Rietveld Architecture-Art-Affordances]
San Pelayo Illustratie | Rafael Manzano Martos y asociados
Ndomo Illustratie | Mamadou Dramé
IKIKO Illustratie | Christophe Cormy-Donat

Après celui de La Réhabilitation d’anciens sites et bâtiments en 2011, celui de L’Architecture et le paysage en 2014, le thème de cette onzième édition est celui de L'eau, l'Architecture et la ville. Après avoir examiné les 84 dossiers soumis, provenant de 17 pays d’Europe et 3 pays hors-Europe, le jury a décidé de sélectionner 21 réalisations, et d’accorder, parmi celles-ci, 3 Prix Philippe Rotthier pour « L’eau et la ville », « L’eau et la mémoire » et « L’eau et le sacré ». Le jury a aussi décidé de décerner deux prix spéciaux du jury pour « L’eau et l’urgence », un prix pour le meilleur projet d’imagination et de distinguer quatre réalisations.

 

Voici les lauréats.

PRIX PHILIPPE ROTTHIER POUR « L’EAU ET LA VILLE » : Watersquare, Rotterdam (Pays-Bas), par De Urbanisten

De Urbanisten, une agence rotterdamoise composée d’urbanistes (urban designers) et d’architectes paysagers, ont mis au point le concept de “water square”, un espace public doublé d’une infrastructure permettant la collecte des eaux de pluie durant les périodes de précipitations intenses. La place Benthemplein à Rotterdam, qui est le projet pilote des architectes, a intégré ce concept de water square lors de sa rénovation. Cet espace asymétrique, qui est situé entre un collège, une église, un théâtre, une salle de gymnastique et d’imposants immeubles en béton de 10 étages signés Hugh Maaskant (1970), s’est ainsi transformé en un espace public de qualité, lieu de détente et de divertissements accessible à tous.

Trois bassins inondables en béton, au sol peint dans différents tons de bleus, y sont intégrés. En période sèche, c’est-à-dire 350 jours par an environ, ils peuvent accueillir diverses activités récréatives, en fonction de leur taille ou de leur configuration (gradins ou pentes): football, basket-ball, volley-ball, hockey de rue, skateboard, danse, théâtre…
En cas de pluies abondantes, approximativement 15 jours par an, les bassins servent à la récupération des eaux pluviales et d’espaces de stockage. Ils peuvent accueillir jusque 1,7 millions de litres d’eau, collectée depuis les toits environnants. L’un des côtés du plus grand bassin, qui occupe le centre du square, se transforme dès lors en cascade.
 

PRIX PHILIPPE ROTTHIER POUR « L’EAU ET LA MÉMOIRE » : Bunker 599, Culemborg (Pays-Bas) par  RAAAF ǀ Atelier de Lyon

Le rôle de la Nouvelle ligne d’eau de Hollande (New Dutch Waterline ou NDW), une ligne de défense militaire construite entre 1815 et 1870 et utilisée jusqu’à la Deuxième Guerre mondiale, était de protéger et isoler le centre économique et financier des Pays-Bas. Le système défensif –basé sur un réseau complexe d’écluses, de forts et de bastions de 85 km de long et entre 3 à 5 km de large– mettait en oeuvre l’inondation volontaire de zones déterminées afin de transformer le coeur du pays en île. En 2010, la municipalité de Culembourg et le DLG (The Dutch Service for Land and Water Management) confient aux agences néerlandaises RAAAF et Atelier de Lyon la valorisation d’un des bunkers construits en 1940, le Bunker 599. Témoin du passé et symbole de la NDW, ce petit bunker de 7 mètres de long sur 5 mètres de large, situé au bord d’une autoroute et à proximité d’un petit lac, est alors complètement envahi par la végétation.

Les auteurs de projet ont choisi de scier en deux la structure en ciment du bunker et de créer un passage exactement au centre du volume. Ils ont ensuite dessiné un petit escalier qui descend de la terre ferme, se poursuit par le passage traversant le bunker et continue avec une passerelle en bois au-dessus du lac, au-delà de la ligne de l’eau. L’intérieur de l’édifice, d’ordinaire invisible, devient apparent et révèle l’exiguïté du lieu.
Le projet est à la fois audacieux et symbolique. Un passage s’ouvre sur le passé et invite le public à contempler un ouvrage défensif, devenu monument et symbole de paix.

 

PRIX PHILIPPE ROTTHIER POUR « L’EAU ET LE SACRÉ » :  Reconstruction des ruines du Monastère de San Pelayo de Cerrato pour la "Fundación grupo Siro", Antigüedad (Espagne) par Rafael Manzano Martos y asociados

Situé dans la province de Palencia (Castille et León), dans le Nord-Ouest de l’Espagne, le Monastère de San Pelayo accueille le siège de la Fundación Grupo Siro, créée par l’important groupe agroalimentaire Siro en 2007. Le rôle de la Fondation est, entre autres, de favoriser l’éducation et l’intégration et de soutenir la culture, la restauration et la mise en valeur du patrimoine historique, artistique et environnemental.
En 2007, la Fondation a démarré l’important projet de rénovation du Monastère de San Pelayo de Cerrato. Les travaux de restauration ont permis de mettre au jour un important réseau de canaux et d’équipements reliés à une source existante, située au nord de l’édifice. Parmi les différentes installations, on peut relever un important complexe d’installations sanitaires et de latrines, un système d’approvisionnement en eau des cuisines, la présence de puits, un système d’irrigation pour le verger et les jardins… Il est également apparu lors des travaux d’excavation que l’eau était amenée dans l’église via une déviation souterraine. Dans le transept était placée une fontaine lustrale tandis que sur le côté de l’église se trouvait une pièce équipée d’un bain thérapeutique. À l’intérieur, était également installé un important système de récupération des eaux de pluie.

Ces différents équipements sont révélateurs d’une gestion réfléchie et efficace des ressources hydriques.

 

PRIX SPÉCIAUX DU JURY « L’EAU ET L’URGENCE »

  • Le N’DOMO, espace de recyclage et de réutilisation des déchets liquides et solides, Commune de Pelengana, Ségou (Mali) par Centre Ndomo
  • Ikiko Village, construction d’un village de 50 maisons et d’un centre pluridisciplinaire pour une communauté de Badjau, Isabel, île de Leyte (Philippines) par Christophe Cormy-Donat

 

PRIX D’IMAGINATION : Aequorea, un gratte-mer imprimé en 3D à partir des déchets du septième continent, 7ème continent - 5 Gyres Océaniques, Rio de Janeiro (Brésil), par Vincent Callebaut Architecture