Doorzoek volledige site
22 februari 2016 | MICHEL VAN DEN BOSCH

Nouvelle jeunesse pour le domaine du Karreveld (Metzger & Associés Architecture)

Restauration du domaine Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean Illustratie | Beliris – K. Burnay
Restauration du domaine Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean Illustratie | Beliris – K. Burnay
Restauration du domaine Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean Illustratie | Beliris – K. Burnay
Restauration du domaine Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean Illustratie | Beliris – K. Burnay
Restauration du domaine Karreveld à Molenbeek-Saint-Jean Illustratie | Beliris – K. Burnay

La restauration du domaine du Karreveld, à Molenbeek-Saint-Jean, est terminée. Les travaux menés par les équipes de Beliris, l’accord de coopération entre le régional et le fédéral, ont pris fin après deux phases de chantier : la restauration des toitures de la Ferme-Château finalisée en 2014 et le réaménagement du parc en 2015. Au total, un montant de près de 3 millions d’euros a été investi pour redonner des couleurs au Karreveld. C'est le bureau Metzger & Associés Architecture qui était à la manoeuvre, avec Agora en sous-traitance pour le réaménagement du parc.

L’eau constituait la principale menace pour ce fleuron du patrimoine bruxellois. Les toitures fuyaient et le parc était en proie aux inondations et aux remontées d’eau venant de la nappe phréatique et aux mauvaises odeurs. À présent que le domaine a récupéré son charme d’antan, il se prête à nouveau parfaitement aux divers événements et expositions culturelles.

 

Phase 1 : remise à neuf des toitures

En 2013, Beliris entamait la rénovation des toitures, nécessaire à cause des fuites incessantes et de la mousse qui l’avait envahi. De plus, la toiture, datant des années 50, ne comportait ni sous-toiture, ni isolation.  Afin de conserver une toiture homogène, l’ardoise de Fumay, légèrement rosée et rare, a été remplacée par une ardoise naturelle noire, plus facile à trouver.  La réfection des toitures a commencé avec le démontage de la couverture et des corniches, et avec la pose de la sous-toiture pour améliorer les performances thermiques. Dans les combles, les toitures ont été isolées par l’intérieur. Le choix des matériaux a été fait pour respecter autant le patrimoine architectural et le cachet du bâtiment que les exigences de consommation énergétique. Enfin, les ardoises ont été posées en faisant usage d’un système de crochet spécial simplifiant les remplacements futurs.

 

Phase 2 : réaménagement du parc

Le parc, véritable oasis dans le quartier, a bénéficié d’un profond réaménagement misant sur la qualité et le confort. On compte six grandes interventions.

1. Chemins et cour intérieure

Les chemins d’accès à la Ferme-Château et celui bordant l’étang ont été renouvelés. La cour intérieure pavée de la Ferme-Château et l’ancien parking ont aussi été réaménagés. Durant le chantier, une pollution de sol a été découverte. Le sol a donc été assaini. Le réseau de conduites d’eau et d’égouttage, vieux et complexe, a été totalement remplacé.

2. Aménagements paysagers et mobilier

L’architecture paysagère du parc (murets, rocaille, escaliers…), fortement endommagée au fil des ans, a été restaurée. Le mobilier en mauvais état (bancs, poubelles...) a aussi été remplacé.

3. Fontaine du jardin à la française

La fontaine du jardin à la française, hors service depuis longtemps, a non seulement repris du service, mais est aussi plus écologique. Un circuit fermé a été installé pour éviter les gaspillages d’eau et d’argent. Le nouveau système récupère l’eau de pluie et souterraine.

4. Étang et zones humides

Dans un premier temps, l’étang a été curé : la boue et les déchets ont été éliminés. Un nouveau système de drainage est ensuite venu sous les chemins pour évacuer vers l’étang, via un bassin de rétention, l’eau de source qui remonte. L’eau est alors purifiée grâce à un filtre végétalisé créé tout le long des berges de l’étang. Ainsi, c’est toute la faune et la flore du parc qui profitent de la qualité de l’eau de source.

Des fossés le long des chemins ont aussi été créés pour favoriser l’infiltration de l’eau de pluie et éviter de saturer les égouts en cas d’averses abondantes. Et enfin, de petites digues ont été aménagées sur les pelouses pour lutter contre l’érosion du sol.

5. Plantations

Les massifs de plantations existants ont été regarnis d’espèces d’arbres indigènes. Le choix des essences a été fait pour varier la couleur et la forme des feuillages et pour étaler les périodes de floraison tout au long de l’année. Les arbres endommagés ou en fin de vie, comme le rideau de 21 peupliers derrière la Ferme-Château, et les parties de la végétation couvrant ses façades, ont été taillés, élagués ou abattus pour offrir de nouvelles perspectives sur le parc. Le jardin à la française a également été restructuré et la végétation de sous-bois préservée.

6. Sécurisation et stationnement

Le parc a également été sécurisé grâce à une grille installée tout autour du parc, qui sera désormais régi par des heures d’ouverture. Le stationnement dans le parc sera désormais interdit.