Doorzoek volledige site
17 september 2015

L’optimisation énergétique des ascenseurs et des cabines d’ascenseurs : partie enveloppe

Effet de cheminée dans une gaine d’ascenseur

Une grande partie des pertes énergétiques proviennent de la gaine d'ascenseur. Là où les ouvertures permanentes en tête de gaine destinées à la ventilation et au désenfumage de la gaine provoquent un appel d’air et donc un «effet de cheminée», responsable d’une grande partie des pertes énergétiques dans un immeuble. C'est du moins ce que pense BlueKit Factory, fabricant de systèmes de ventilation et de désenfumage des gaines d’ascenseurs. Comment y remédier ? BK-Factory donne quelques conseils. 

Introduction

L’optimisation énergétique des ascenseurs et gaines ou machineries d’ascenseurs est une thématique importante dans un projet de bâtiment comprenant ce type d’équipement, ceci est d’autant plus vrai que le bâtiment satisfait à des critères de performance énergétique poussés. Cette optimisation va entre autre toucher les aspects qui concernent purement l’enveloppe du bâtiment (principalement la problématique de la ventilation et de l’isolation de la gaine d’ascenseur) mais également les aspects électrotechniques de l’ascenseur lui-même (motorisation, gestion, éclairage…).

Les exigences en matière d’économie d’énergie de plus en plus poussées, appliquées aux bâtiments, se retrouvent confrontées avec les réglementations relatives à la ventilation de la cabine et de la gaine d’ascenseur. Autrefois, les gaines d’ascenseur formaient de véritables cheminées qui constituaient un poste important en termes de déperditions thermiques. Le poste électrotechnique était également une source non négligeable de consommation électrique qui a été bien amélioré par les avancées techniques qui ont été faites en la matière.

 

Réglementation et norme en matière de ventilation

Norme NBN EN81-1 (relative aux règles de sécurité pour la construction et l'installation des ascenseurs)

L’annexe VI de la PEB considère les gaines et cabines d’ascenseurs comme des espaces spéciaux qui ne font pas partie de son domaine d’application. Elle renvoie donc aux normes spécifiques qui sont applicables dans ce cas à savoir la Directive ascenseurs 95/16/CE et les normes harmonisées NBN EN 81-1 et EN 81-80. Ces normes spécifient que la gaine d’ascenseur doit être pourvue d’une ventilation naturelle, composée de manière générale d’une ouverture haute de 1% de sa surface horizontale. La cabine quant à elle doit être munie d’ouvertures haute et basse équivalentes à 1% de sa surface horizontale.

Réglementation relative à la prévention incendie

La réglementation incendie, modifiée récemment (Arrêté Royal du 7/7/1994 modifié par arrêté royal du 12/07/2012) prévoit que la gaine et le local des machines doivent être pourvus d’une ventilation naturelle avec prise d’air extérieure d’une surface équivalente à, suivant le cas, 1% ou 4% de la surface horizontale respective. Cette réglementation précise de plus que les orifices de ventilation peuvent être munis de clapets motorisés dont l’ouverture est commandée dans une série de cas particuliers. En outre, le compartiment formé par la gaine et le local des machines doit présenter une résistance au feu RF-1h (1/2h en ce qui concerne les portes et trappes d’accès). Ce qui signifie que tout percement pratiqué dans le compartiment doit garantir le respect de cette résistance au feu. Des clapets ou grilles RF entre la gaine d’ascenseur et l’intérieur d’un bâtiment doivent donc être placés au passage des murs ou des cloisons RF du compartiment. Les clapets de ventilation et de désenfumage motorisés donnant directement de la gaine d’ascenseur vers l’extérieur du bâtiment ne doivent pas être RF mais répondre aux exigences de la norme EN 12101-2.

 

Poursuivez la lecture de cet article publié dans le magazine REACTIF de la Wallonie

GERELATEERDE DOSSIERS