Doorzoek volledige site
17 november 2020

Info technique : Choisir un éclairage adapté pour les installations sportives

La nouvelle salle de sport de l’école Charmille, à Bruxelles, intègre éclairage artificiel et apport de lumière naturelle via de nombreuses ouvertures vitrées. Illustratie | B612associates
Dans la nouvelle piscine de Jonfosse, à Liège, tout a été modélisé en 3D pour trouver les bonnes inclinaisons spécifiques et ainsi éviter l’éblouissement des nageurs. Illustratie | Ville de Liège - Jean-Pierre Ers

L’objectif de l’éclairage des infrastructures sportives est d’offrir des conditions de visibilité adéquates aussi bien pour les sportifs et arbitres sur le terrain que pour les spectateurs. Un environnement visuel favorable est essentiel non seulement pour une pratique agréable des activités sportives, mais surtout aussi pour la sécurité. Une nouvelle révision de la norme de référence EN 12193 a été publiée au niveau belge en janvier 2019. Ce récent article du CSTC a été rédigé avec le soutien du SPF Economie dans le cadre de l’Antenne Normes Eclairage, qui a pour objectif d’informer le secteur belge de la construction sur les différentes normes nationales et européennes, existantes ou en préparation, dans un domaine précis.

 

La norme d’application pour l’éclairage des installations sportives (EN 12193) fournit des valeurs pour la conception et la gestion de l’éclairage des installations sportives en termes d’éclairements, d’uniformité, de limitation de l’éblouissement et de propriétés des sources lumineuses. Chaque pratique sportive étant différente par les éléments et équipements utilisés ainsi que par la vitesse des actions, il en résulte que les exigences d’éclairage sont adaptées aux types d’activité. Ceux-ci se déclinent donc non seulement pour chaque sport, mais aussi en fonction des niveaux de compétition. Trois classes sont définies pour des niveaux allant de concours internationaux à l’exercice sportive en tant que loisir. Ce document porte sur l’éclairage artificiel des installations en plein air mais aussi pour tous les sports exercées dans des espaces intérieur.

Les principales modifications intégrées dans cette dernière version de la norme portent sur:

  • L’adaptation de certaines valeurs cibles dans les tableaux (tennis/padel, BMX, hockey, natation,…)
  • Des clarifications pour les zones de référence que sont l’aire principale (PA) et l’aire totale (TA)
  • Des préconisations pour l’utilisation du taux d’éblouissement (RG) pour des espaces intérieurs
  • L’indice de rendu des couleurs minimal des sources est porté à 60 au lieu de 20
  • L’ajout d’exigences pour l’éclairage des zones avec spectateurs (10 lx assis / 20 lx debout)
  • La mise à jour du paragraphe concernant la retransmission télévisuelle : un nouvel indicateur « Television Lighting Consistency Index» (TLCI) concernant la reproduction de la couleur à la télévision et des exigences pour éviter le papillotement lors des ralentis ont été inclus.

A titre d’exemple, il est intéressant de mentionner les exigences pour le tennis et le padel. Pour une classe d’éclairage I (niveau de compétition national ou international) l’éclairement horizontal moyen à atteindre est de 750 lx sur l’aire de jeu principale (PA). Le niveau d’éclairement pour l’aire totale (TA), qui comprend une zone supplémentaire de sécurité autour de l’aire de jeu principale, est de 75% de la valeur exigée pour l’aire principale, soit un éclairement horizontal moyen à maintenir de 562,5 lx. De plus, une valeur cible pour limiter l’éblouissement (RG) est maintenant introduite. Enfin, l’indice de rendu des couleurs (Ra) doit être supérieur à 80. Toutefois, il faut noter que certaines instances sportives imposent des limites parfois plus exigeantes que les valeurs de la norme pour les sports dont elles ont la charge.