Doorzoek volledige site
16 maart 2016

L'économie circulaire au coeur des onzièmes Rencontres Filière Bois

Les modèles économiques traditionnels sont aujourd’hui bousculés, malmenés, souvent même dépassés.  L’économie doit moins consommer en amont et moins rejeter en aval. Elle doit de plus en plus se nourrir d’elle-même, fonctionner en boucle, entrer en révolution…  Les onzièmes Rencontres, qui se tiennent ce vendredi 18 mars 2016 à Namur Expo, montreront comment la filière bois wallonne s’est engagée dans cette mutation et s’efforceront de décrypter les modèles économiques qui guideront les entreprises de demain.

La fin du linéaire

Dans notre modèle économique actuel, les matières premières sont extraites, transformées puis consommées avant de devenir des déchets. Au moment de la révolution industrielle, les ressources naturelles étaient considérées comme abondantes et illimitées, et aucune menace n’était associée aux rejets. Personne ne songeait donc à remettre en question ce schéma linéaire. Mais, force est de constater qu’il s’effiloche peu à peu pour s’approcher inexorablement de son point de rupture. Les matières premières sont de plus en plus rares et onéreuses, notre empreinte écologique s’alourdit et notre société vit à crédit sur la planète.

 

Boucler la boucle

Aujourd’hui, l’économie mondialisée a fait apparaître ses limites et impose une nouvelle trajectoire de développement, une trajectoire non plus linéaire mais cyclique, un modèle où les ressources seraient utilisées avec modération, où les déchets deviendraient les nouvelles matières premières, où certains biens et services seraient mutualisés, où les flux de matières et d’énergie seraient utilisés conjointement entre entreprises.

 

Comme une évidence

Peut-on pour autant parler de véritable révolution ? Ne sommes-nous pas plus modestement face à une tentative de réponse aux questions environnementales en vogue, voire simplement à une théorisation de comportements émergents ? « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme », disait déjà Lavoisier au XVIIIe siècle. Ces évolutions pourraient donc n’être rien d’autre que des réactions qui se sont imposées comme des évidences face aux circonstances. Particulièrement pour une filière qui a pris de l’avance en la matière, tant il est vrai que la filière bois peut déjà se targuer de ne générer aucun déchet, de contribuer à la lutte contre le changement climatique, de maintenir des emplois et des savoir-faire locaux ou encore de valoriser une ressource régionale.

 

Et pourtant

Malgré les atouts indéniables que confère la matière qu’ils transforment, des entrepreneurs de la filière sont convaincus qu’il est possible d’aller beaucoup plus loin, de compléter une boucle où de trop nombreuses interruptions subsistent. L’écoconception des produits et procédés, la gestion vertueuse des déchets, la recherche de synergies, l’ancrage territorial et l’économie de la fonctionnalité sont autant de leviers pour y parvenir, autant de voies dans lesquelles la filière wallonne du bois s’est engagée. Il n’est sans doute pas exagéré de parler d’un bouleversement, d’un changement de paradigme économique qui modifiera fondamentalement nos modes de production et de consommation.

 

Une priorité pour la Wallonie

Dans sa déclaration de politique générale, le Gouvernement wallon affiche clairement ses ambitions : il annonce qu’il soutiendra les entreprises sur la voie de l’économie circulaire dont la dynamique vise à faire émerger des solutions innovantes pour permettre de découpler la croissance économique de l’augmentation de la consommation des ressources. Cet enjeu de taille pour la politique industrielle wallonne permettra non seulement de réduire l'empreinte environnementale et énergétique régionale mais aussi de relancer l'économie par la création d’emplois et d’activités locales.

 

Les 11es Rencontres Filière Bois

Les «Rencontres Filière bois» dont la 11e édition aura lieu le vendredi 18 mars 2016 ont été créées à l’initiative des nombreuses composantes dont est constituée la filière bois, depuis les propriétaires forestiers jusqu’aux négociants en bois en passant par les scieurs, les fabricants de produits de construction, de meubles, les organismes de recherche et de formation, etc.

Fidèles à leurs principes fondateurs, ces Rencontres seront, cette fois encore, profondément ancrées dans la réalité. Elles donneront un coup de projecteur sur diverses initiatives prises par un certain nombre d’acteurs de la filière qui, bien avant que l’expression ‘économie circulaire’ ne soit sur toutes les lèvres, avaient perçu les premières manifestations d’une mutation à venir et compris tout l’intérêt qu’il y aurait à l’accompagner.

GERELATEERDE DOSSIERS