Doorzoek volledige site
29 juni 2016

Nouvelles méthodes de construction en bois : premiers résultats acoustiques in situ

Le système constructif innovant à ossature en bois préfabriqué étudié permet d’obtenir des performances acoustiques in situ particulièrement bonnes. Illustratie | Machiels Building Solutions
Mise en œuvre sur chantier d’un concept innovant de construction en bois Illustratie | Leaucour Création (Atelier 2F – Fr. Marlier)
Application du Cross Laminated Timber dans une école maternelle

Les méthodes de construction en bois traditionnelles des maisons mitoyennes et des immeubles d’appartements offrant une protection acoustique insuffisante, et ce plus particulièrement dans le domaine des basses fréquences, de nouveaux concepts constructifs d’ossature en bois ont été développés dans le cadre des projets de recherche ‘DO-IT Houtbouw’ et ‘AH+’. Le présent article du CSTC traite des performances acoustiques mesurées in situ sur ces systèmes ainsi que des constructions de type CLT (Cross Laminated Timber).

Mise en œuvre d’un système constructif préfabriqué innovant à ossature en bois

Des mesures acoustiques ont récemment été réalisées à Meerhout dans une construction à ossature en bois (voir figure 1) conçue conformément aux nouvelles directives applicables aux murs et planchers séparant les habitations (voir Les Dossiers du CSTC 2013/1.5, 2014/2.13 et 2015/2.17). Le bâtiment considéré se compose de bureaux et d’appartements. Des mesures d’isolation aux bruits aériens effectuées entre l’un de ces bureaux et l’appartement situé au-dessus ont permis d’enregistrer un niveau d’isolation de 68 dB (DnT,w), ce qui représente un gain de 10 dB par rapport aux critères de confort acoustique supérieur de la norme NBN S 01-400-1 (DnT,w ≥ 58 dB). Si l’on prend en compte la grandeur DnT,w + C50-3150, considérant davantage l’isolation aux bruits aériens dans les basses fréquences, on obtient une valeur de 58 dB. A l’heure actuelle, cette norme ne formule toutefois aucune exigence à ce sujet.

La mesure de l’isolation aux bruits de choc livre, quant à elle, une valeur de 41 dB (L’nT,w), soit un gain de 9 dB par rapport aux exigences de confort acoustique supérieur (L’nT,w ≤ 50 dB). Cette construction à ossature en bois préfabriquée offre donc de meilleures performances qu’une structure de plancher en béton traditionnelle. Quant aux performances vis-à-vis des très basses fréquences, un niveau d’isolation L’nT,w + CI,50-2500 de 50 dB a également été mesuré pour le plancher séparant les habitations.

 

Réalisation in situ d’un concept constructif en bois innovant

Des mesures acoustiques ont été effectuées dans un complexe encore en construction à Tournai (voir figure 2). Ce grand projet de près de 8.000 m² compte cinq étages, dont quatre réalisés à l’aide d’une ossature en bois, et comprend 50 résidences-services et 16 appartements. Il aspire à atteindre un confort acoustique supérieur tel que défini dans la norme NBN S 01-400-1. La structure de base du bâtiment se composant d’une construction en bois de type ‘poteaux-poutres’, le complexe plancher a dû être légèrement adapté pour pouvoir satisfaire aux principes décrits dans Les Dossiers du CSTC 2014/2.13. Il a ainsi été nécessaire de prévoir une ossature métallique légère (voir figure 2), la portée entre les solives s’élevant à 1 m au lieu des 40 cm recommandés dans l’article susmentionné. Les plaques de plafond (deux plaques de ciment renforcées de fibres) ont été fixées à cette ossature et recouvertes d’une couche de silice de 3,5 cm d’épaisseur. On a disposé sur les solives des plots résilients sur lesquels reposent des panneaux OSB de 36 mm d’épaisseur. Le tout a été recouvert d’une feuille de PE et d’une chape.
 

Poursuivez la lecture de cet article sur le site du CSTC.

GERELATEERDE DOSSIERS