Doorzoek volledige site
24 maart 2014 | PHILIPPE SELKE

La construction bois aujourd'hui en Belgique

Illustratie | Absil

Le salon Bois & Habitat 2014 s'est déroulé à Namur Expo du 21 au 24 mars. Architectura saisit l'occasion pour entamer la publication d'une série d'articles sur la construction bois et commence par un état des lieux dans notre pays.

Dans les articles suivants, nous envisagerons les possibilités constructives insoupçonnées de ce matériau, qui dépassent de loin le cadre de la maison unifamiliale, ainsi que les normes et exigences requises lors de la mise en oeuvre. Nous présenterons également quelques exemples de réalisations récentes qui valent le détour.

 

Qu’en est-il réellement du poids de la construction en bois dans notre pays, aujourd’hui ?

Une première enquête sur le sujet avait été réalisée en 2005. Elle avait été menée conjointement par Hout Info Bois ainsi que le Centre de Formation Bois et portait sur le nombre de constructions par système constructif, entre 2001 et 2004, des plus grosses entreprises wallonnes du secteur. Faute de moyens et de temps, cette enquête n’avait toutefois rien d’exhaustif. Elle a néanmoins pu mettre en évidence :

• une nette augmentation du nombre de maisons en bois entre 2001 et 2004 (augmentation moyenne annuelle de 20.6%) ;

• le développement d’un nouveau système constructif : le panneau massif contrecollé (lire dans un prochain article).

 

Depuis lors, plus aucune démarche sérieuse n’a vu le jour. Ce qui a pu donner lieu à toutes les supputations !  « Certains évoquaient une proportion de constructions en bois de 10% par rapport au volume total des constructions... d’autres se risquaient à citer le chiffre de 20%. Le constat final était néanmoins le même : le discrédit du secteur étant donné l’absence d’une enquête rigoureuse », déplore Hugues Frère, directeur de Hout Info Bois, organisme d’information technique sur le bois dans la construction. C’est pourquoi Hout Info Bois a pris l’initiative de mener une grande enquête, au niveau national cette fois, avec le soutien financier de la région wallonne et la collaboration de l’Office Economique Wallon du Bois et du Centre de Formation Bois.

Qu’en ressort-il ?

 

Les grandes tendances

Si la construction bois demeure marginale par rapport à la construction en général, sa progression n’en est pas moins réelle. Ainsi, la part de marché des constructions bois est passée de 5,91% en 2011 à 8,08% en 2012, soit une augmentation de  2,16%.

En ce qui concerne le nombre de maisons en bois réalisées en 2012 par rapport à 2011, une augmentation de 26,10% est observée soit 464 maisons en bois de plus qu’en 2011 ! Cette augmentation correspond, en termes de part de marché par rapport au total des constructions, entre 2012 et 2011, à 2,16%.

L’augmentation des parts de marché des constructions bois en 2012 s’accompagne d’un accroissement important des exportations. En effet, entre 2011 et 2012, elles croissent de 95,16%. Cela s’explique par l’ouverture, en 2012, d’un marché étranger très important d’une entreprise réalisant un grand nombre de constructions en bois.

Toutefois, il est important de mentionner que l’augmentation de parts de marché n’est pas uniquement due à l’augmentation du nombre de bâtiments résidentiels construits en bois mais également, parallèlement à cette dernière, à la diminution nette du nombre de permis de bâtir entre 2010 et 2011. En effet, le nombre de permis de bâtir octroyés diminue de 13.19% en 2011 par rapport à 2010 ! Les raisons qui expliquent que la construction bois ne semble pas, à ce jour, subir la même tendance décroissante que la construction en général sont certainement multiples. Il peut s’agir de préoccupations environnementales, d’un phénomène de mode ou d’autres choses encore.

 

Quid du segment de la rénovation?

La part de marché des rénovations et extensions en bois est passée de 2,24% en 2011 à 2,59% en 2012, soit une augmentation de 0,35%.

Le nombre de rénovations et extensions réalisées en bois en 2012 par rapport à 2011 est en augmentation de 15.33%.  Cela représente 221 rénovations-extensions. 

En termes de part de marché par rapport au total des rénovations-extensions entre 2012 et 2011, on constate une augmentation de 0,35% des réalisations en bois.

Dans ce cas également, comme pour les constructions neuves, cette augmentation est liée à un effet double : celui de l’augmentation du nombre de rénovations-extensions en bois et celui d’une diminution du nombre global de rénovations. Il n’empêche que, contrairement à la tendance générale des rénovations-extensions (diminution du nombre de réalisation de 6.1%), le marché de la construction en bois se porte bien.

 

À quoi ressemble une entreprise bois type en Belgique ?

Il s’agit très majoritairement de Tpe. L’enquête laisse apparaître que 20% des entreprises sondées construisent moins de 2 maisons/an, 60% moins de 10 maisons/an et 80% moins de 20 maisons/an. On peut en déduire que, pour la plupart, la construction bois ne constitue qu’une activité parmi d’autres.

Ceci étant, on observe des nuances importantes à cet égard entre Nord et Sud.

La différence en termes de nombre d’entreprises est très importante. Ainsi, sur les quelques 385 entreprises qui ont répondu au questionnaire (sur 599 recensées), près de 70% sont situées en Wallonie ! La proximité de la matière première et le style des maisons bois, qui s’accommode particulièrement bien avec un environnement plus rural, est également une explication possible de ces différences.

Cependant, le type d’entreprises est également très différent. En effet, les entreprises flamandes construisent, en moyenne, plus de maisons par société qu’en Wallonie (le nombre moyen de constructions par entreprise était de 36 en Flandre contre 27,7 en Wallonie lors de l’exercice 2012).

Il est toutefois important de noter que ces chiffres ne sont pas le reflet de l’état de la construction bois dans chacune des régions. En effet, il est extrêmement fréquent que des entreprises wallonnes construisent en Flandre et vice versa.

 

Quelles conclusions en tirer ?

8%, c’est certes moins que les 15 ou 20% qui étaient cités ça et là, mais il faut savoir que la part de marché de la construction bois dans un pays comme la France, qui est tout de même l’un des plus grands et des plus boisés d’Europe, n’atteint même pas 5% ! Ensuite, il convient de se rappeler qu’il y a moins de dix ans, on ne construisait pas du tout en bois chez nous, hormis quelques chalets pour des résidences de vacance au fin fond des Ardennes. Aujourd’hui, on parle de 2000 constructions bois sur base annuelle ; des habitations unifamiliales essentiellement, mais aussi de plus en plus de bâtiments multi-étages, publics et privés, et ce, tant en milieu rural que dans des zones densément urbaines où, il y a encore cinq ans, il n’était même pas imaginable de construire en bois. On peut donc véritablement parler d’essor de la construction bois.

Sans compter que l’aspect quantitatif n’est pas tout.

Si en termes de volume construit nous sommes proportionnellement loin de ce qui se fait, par exemple, en Amérique du Nord (où on évoque le chiffre de 2 millions de maisons en bois édifiées annuellement pour un parc comprenant plus de 350 millions d’habitations en bois), au niveau du savoir-faire, en revanche, nos entrepreneurs spécialisés n’ont rien à envier à leurs homologues canadiens ou américains.

À suivre...