Doorzoek volledige site
24 maart 2014 | PHILIPPE SELKE

Quand le bois prend de la hauteur

Illustratie | Nélis Delincé photo Hélène Erpicum

À l’étranger, le bois, après avoir conquis le marché de la maison unifamiliale, se pose désormais en alternative crédible dans le domaine des grands ensembles publics et privés. Les bâtiments de plus de 5 niveaux, fréquents en Scandinavie, en Allemagne, Autriche, Suisse ou en Amérique du Nord, sont toutefois encore peu nombreux en Belgique. D’un point de vue technique, aucun obstacle n’explique pourtant cet état de fait. Il faut donc chercher d’autres explications.

Les prescriptions urbanistiques, les réglementations en matière de sécurité incendie sont très souvent invoquées pour expliquer le peu de projets de bâtiments multi-étages en bois réalisés chez nous. Dans ces matières, les règlements sont également plus contraignants ici qu'à l’étranger, sans que rien ne le justifie. C’est de moins en moins souvent la méconnaissance des responsables de l’Urbanisme qui fait blocage, on peut donc y voir le signe d’une certaine frilosité des maîtres d’œuvre publics et privés. Or, pour chaque cas, des solutions existent, encore faut-il les connaître et savoir les mettre en oeuvre.

Il est un fait que, en dépit des avancées majeures dont la construction bois peut se prévaloir cette dernière décennie, les concepteurs et les autorités compétentes connaissent encore mal les possibilités techniques des matériaux mis à leur disposition : bois lamellé-collé, bois contre-collé, mur massif contre-cloué, produits composites, etc. Pour la conception des ouvrages, le recours aux compétences techniques des bureaux d’études bois doit devenir un réflexe.

 

Plaidoyer pour un réflexe « bois »

Le bois présente pourtant de nombreux avantages.

* La préfabrication permet de réduire la durée des chantiers donc les nuisances dues au bruit ou encore à l’encombrement des voiries en site urbain.

* La légèreté des constructions est aussi un avantage pour les fondations en site sensible : le bois est à volume égal 5 fois moins lourd que le béton armé et 15 fois moins lourd que l’acier.

* Du point de vue de l’isolation et de la basse consommation d’énergie, la construction bois se pose comme une évidence.

En Californie, qui reste sous la menace permanente de tremblements de terre, rien n’empêche pourtant de construire des immeubles d’habitation de 5 niveaux en bois. Et, d’une façon générale, en Amérique du Nord, la construction bois est un réflexe même pour des bâtiments plus importants.

 

De nombreuses sources d’inspiration européennes

Les nouveaux enjeux liés à une meilleure utilisation des ressources et à la maîtrise des dépenses énergétiques offrent des perspectives prometteuses pour la construction de bâtiments en bois à plusieurs étages. Mais la perception de ce matériau est encore ambivalente. Il est perçu comme sympathique, chaleureux, écologique, mais si on l’envisage très naturellement pour l’habillage d’un bâtiment, de là à passer à la construction d’un grand ensemble en bois… C’est une question d’éducation et donc de temps. Une question de mentalité aussi. Et d’audace : à l’heure actuelle, les rares bâtiments multi-étages édifiés en Belgique sont architecturalement trop peu significatifs pour générer un effet d’entraînement. Dommage car le talent et la maîtrise technique existent chez nous et ne demandent qu’à s’exprimer. Il appartient sans doute aux pouvoirs publics de donner le « la » -  comme c’est le cas chez la plupart de nos voisins - et nul doute que les donneurs d’ordre économiques suivraient. De nombreuses réalisations existent en Europe à la plus grande satisfaction des maîtres d’ouvrage, des riverains et des autorités publiques, il suffit de s’en inspirer…

 

Quand l’exemple vient de Londres

Preuve que la construction bois peut parfaitement se concevoir en hauteur : la « Timber Tower », un édifice résidentiel à structure bois de neuf étages, œuvre du bureau anglais Waugh Thistelton Architects. Erigé dans un quartier résidentiel du Nord-Est de Londres, cet immeuble de 29 appartements (dont une partie de logements sociaux) est le premier bâtiment d’une telle hauteur à être construit entièrement en bois : les murs, les planchers mais aussi les cages d’escalier et les ascenseurs… Tous les éléments porteurs sont en bois. Ce bâtiment a été assemblé en employant un système structurel unique mis au point par KLH (en Autriche). La structure bois a été montée en 9 semaines à peine !

Selon les calculs des architectes, l'utilisation du bois dans ce projet a évité l'émission de plus de 310 tonnes de carbone par rapport à d'autres matériaux !

 

À suivre...