Doorzoek volledige site
19 augustus 2014 | SYLVIE REVERSEZ

Rénovation et extension de la maison communale de Montigny-le-Tilleul (V+ et Bouwtechniek)

Le projet d'extension se déploie dans le parc, à l'arrière du bâtiment existant, tel une grande branche. Illustratie | 354 photographers
Illustratie | 354 photographers
Le projet est issu d'une réflexion paysagère globale du site, bordé d'une ceinture de tilleuls. Illustratie | V+
Une des volontés des architectes a été de conserver le statut ouvert et public du site. Le nouveau bâtiment ne s'implante que sur une partie restreinte du terrain qui est voué à la promenade et aux loisirs des citoyens. Illustratie | V+
Les interventions paysagères sont largement perceptibles depuis l'intérieur du bâtiment. Illustratie | 354 photographers
Les zones d'accueil sont communes aux différents services. L'agencement des espaces répond au souhait de la commune d'une synergie forte entre les différents services. Illustratie | 354 photographers
Les espaces intérieurs sont épurés. Les zones d'accueil présentent de larges surfaces en bois qui structurent l'espace et guident le visiteur. Illustratie | 354 photographers
Au niveau stabilité, une structure hybride est employée pour assurer un encombrement visuel minimal et une rigidité structurelle. Le résultat est la création d'un série de colonnes élégantes. Illustratie | Daylight sprl

Depuis 2013, la commune de Montigny-le-Tilleul loge les locaux de son administration et de son service CPAS dans un projet des bureaux d’architecture V+ et Bouwtechniek. Issu d'une réflexion paysagère et d'une restructuration spatiale des différents services, le projet offre un nouveau visage à la commune.

Un hôtel de ville agrandi et investi dans un espace public renouvelé

Le projet répond à un concours visant la rénovation d’un bâtiment existant et une extension importante des infrastructures communales, pour la commune de Montigny-le-Tilleul. Le bâtiment existant et rénové accueille les Salles du conseil, des mariages et de réception ainsi que les bureaux des échevins. La nouvelle partie, quant à elle, regroupe les services communaux et le CPAS dans une extension comtemporaine et basse énergie. L’accent a été mis sur la synergie entre les différents services pour en optimiser l’efficacité ainsi que l’accueil du citoyen. Ainsi, les services similaires ou communs à l’administration communale et au CPAS occupent des bureaux ouverts. De même, un service d’accueil unique reçoit les visiteurs à leur arrivée.

 

Une réflexion paysagère au cœur du projet

L’extension s’inscrit dans une réflexion paysagère qui caractérise le projet. L’horizontalité, la perspective ouverte vers la vallée de la Sambre et la ceinture de tilleuls bordant la parcelle ont été déterminant dans le processus de conception. Les qualités paysagères du parc ont été travaillées et sont généreusement perceptibles depuis l’intérieur du bâtiment, participant au bien-être de ses occupants. L’extension se présente comme une grande branche qui se déploie à l’arrière du bâtiment existant, dans un parc dont l’aménagement prévoit des espaces de promenade et de loisirs. Le nouveau projet se développe de plain-pied avec le bâtiment existant, tout en longueur, et, avec la déclivité naturelle du terrain, l’hôtel de ville paraît léviter au-dessus du parc, préservant cet espace public. Un parking de 60 places accompagne l’ensemble.

 

Une élégante structure hybride

Le concept architectural et son résultat formel ont demandé une attention particulière sur les questions d’ordre structurel. En effet, afin d’offrir de grands espaces dégagés, les éléments structurels ont été rassemblés en façade. Concrètement, l’ossature porteuse est composée de grandes poutres hybrides combinant la poutre Vierendeel, pour son faible encombrement visuel, et la poutre treillis, pour sa rigidité. Cet exploit d’ingénierie ne s’affiche pas explicitement : la structure, extrêmement affinée, présente une succession d’élégantes colonnes qui ponctuent finement l’intérieur des locaux. Elle permet le franchissement et les porte-à-faux allant jusqu’à 12 m, sans que cet exploit ne soit surjoué. A l’intérieur, les plateaux sont de généreux espaces ouverts et dégagés, au cloisonnement libre et donc réversible. Il s’agit majoritairement de vastes plateaux ouverts encourageant le travail collaboratif, entourés d’espace de bureaux et de réunions plus petits permettant le travail individuel ou en petit groupe.

 

Des espaces restructurés pour optimiser le service au citoyen

La répartition des fonctions suit la logique architecturale en plan et en coupe. La lisibilité de l’organisation spatiale des différents services a motivé les choix des architectes. Dans le plus vaste niveau de plain-pied sont rassemblés les services répartis en trois ailes correspondant aux différents pôles de la commune à savoir les services de Direction, de Population et Urbanisme et des Finances. Le niveau supérieur est occupé intégralement par le CPAS tandis que le niveau sur le parc est affecté à la cafeteria du personnel qui peut être ouverte au public lors de festivités. Au centre de ces trois ailes et de ces trois étages se trouve l’accueil du public, commun aux différents services.

 

Un environnement naturel requalifié et un bâtiment singulier

Le projet de l’extension est le cœur du projet. Il offre une identité plus lisible et qualitative au centre de la commune. Le terrain à bâtir a été conservé dans son statut public et ouvert. La vallée et le caractère vert de la commune sont mis en valeur par la nouvelle construction. La façade est revêtue d’un bardage en bois doublé de sections de bois disposées à intervalles irréguliers et ce, de façon tout à fait continue. Ce bardage unifie le développé de l’extension percé de grandes baies et brouille les pistes quant au caractère tertiaire des locaux. Il ressort de ce traitement de façade et de la morphologie tout entière du bâtiment une identité singulière et qui engage le dialogue.

 

Des performances énergétiques rationnelles

Le bâtiment adopte les critères élevés d’une construction très basse énergie. Un choix réfléchi issu d’un calcul de rentabilité à 25 ans ayant démontré l’inadéquation du critère passif dans ce cas. Le E général est de 65 et le K de 28. Ceci devant limiter les coûts de chauffage à moins de 3800 € par an pour tout le projet.

GERELATEERDE DOSSIERS

GERELATEERDE ARTIKELS