Doorzoek volledige site
02 april 2019 | WOUTER POLSPOEL

Le pionnier de la construction en terre crue circulaire ouvre un premier site de production

BC Materials se rend aussi sur place, pour transformer les terres extraites en matériaux en terre crue circulaires. Ici, le chantier de Fort V à Edegem. Illustratie | BC Materials / Thomas Noceto
Le chantier de Fort V, à Edegem Illustratie | BC Materials / Thomas Noceto
Le chantier de Fort V, à Edegem Illustratie | BC Materials / Thomas Noceto

BC Materials, pionnier de la construction en terre crue circulaire, ouvrira son premier site de production à Bruxelles, le 25 avril. « A côté de nos services habituels, nous proposerons désormais à la vente des matériaux de construction circulaires prêts à l'emploi », annonce fièrement l’entreprise.

BC Materials est une spin-off du bureau bruxellois BC Architects & Studies, un pionnier dans le domaine de la construction en terre crue circulaire au Benelux. BC Materials transforme les terres d’excavation des chantiers urbains en matériaux de construction circulaires pour les projets de BC Architects & Studies. Mais elle propose également ce service aux particuliers ou aux promoteurs de projets qui souhaitent réutiliser les terres d’excavation de leur chantier. BC Materials vient alors sur place développer et produire les matériaux de construction en terre crue.

De la terre locale

 « L’idée de circularité ne parle pas à tous les particuliers ni à tous les architectes : beaucoup de terres ne sont pas réutilisées dans leurs projets, et il est possible de leur donner une seconde vie. Nous voulions faire quelque chose à ce sujet et nous avons donc décidé, en plus de nos services, de vendre des produits de construction en terre crue circulaires, prêts à l'emploi. Nos clients sont entre autres des personnes construisant leur propre maison et des entrepreneurs, mais nous visons principalement les architectes », explique l'architecte Nicolas Coeckelberghs. « La terre que nous utilisons provient de travaux de terrassements de divers chantiers bruxellois. C’est une donnée particulièrement importante, car habituellement, dans la construction en terre crue, la matière première provient d’Allemagne ou des Pays-Bas, ce qui n’est pas très circulaire si l’on pense par exemple au transport. Le total annuel des travaux de terrassement à Bruxelles est de 2 millions de tonnes ! Lorsque la nouvelle ligne de métro sera installée à Schaerbeek, ce chiffre devrait doubler. Cela concerne des terres qui n’ont jamais vu la lumière du jour et qui ne sont pas polluées. Sur ces 2 millions de tonnes, 40% sont utilisées de manière non circulaire dans la construction de routes. Les 60% restants sont habituellement déversés dans d’anciennes carrières de pierre en Wallonie, mais celles-ci sont en train de saturer et c'est pourquoi notre initiative de réutilisation de ces terres arrive au bon moment. »

Un processus circulaire infini

L’initiative de BC Materials est une nouvelle étape dans la recherche menée par le bureau BC architects & studies : faire passer les produits en terre crue d’un marché de niche à un marché en croissance. « Pour de nombreux architectes, la terre crue est un matériau de moindre valeur. Nous espérons qu’avec cette initiative, ils auront envie d’en savoir plus et de se diriger plus spontanément vers ce matériau. Différents produits en terre cuite seront en vente dans le hall de production : des enduits d’argile, des briques de terre et de la terre à pisé. » Ces produits ont reçu des noms très locaux, Brickette, Brusseleir et Kastaar, qui représentent respectivement une alternative à d’autres produits traditionnels : brique en terre cuite ou ciment, enduit intérieur au plâtre ou à la chaux, béton banché. Bien qu'il s'agisse de matériaux de récupération, ils ne sont pas inférieurs à leurs homologues traditionnels, bien au contraire. Ils ont souvent une meilleure inertie thermique, régulent mieux l'humidité, assurent une acoustique plus agréable et sont neutres en CO2. «En outre, ils sont également purs, car nous n’ajoutons ni ciment ni chaux dans leur production, mais uniquement du sable ou d’autres matériaux écologiques. Après utilisation, le matériau peut donc être remis en terre ou être transformé à nouveau en matériau de construction selon un processus circulaire infini. »

Plein d'espoir

BC Materials souligne que ses services pour convertir les terres d’excavation sur les chantiers en nouveaux matériaux de construction ne disparaîtront pas. « Toutes les machines de la nouvelle unité de production sont mobiles, ce qui nous permet de continuer à produire en déplacement. » BC Materials invite souvent les parties intéressées, telles que les architectes en formation ou les fabricants, à partager leur expertise.

Nicolas conclut sur une note positive. « Nous espérons que la construction en terre crue circulaire s'imposera de plus en plus dans le secteur. Lorsque nous avons réalisé nos premiers projets de construction en terre crue sur le sol africain afin d’acquérir de l'expérience, ce type de construction n'en était encore qu’à ses balbutiements en Belgique… alors qu'elle avait été la norme auparavant ! Pensez à Bokrijk, par exemple. Mais lorsque nous avons réalisé le premier bâtiment circulaire en terre à Alost il y a quelques années, cela a provoqué un mouvement. Et c’est grâce à cela que nous pouvons aujourd'hui ouvrir notre première installation de production. »