Doorzoek volledige site
19 juni 2017

Ter Bleuk : bain de lumière pour les vieux jours

Une critique récurrente à l’égard de certains hôpitaux, résidences pour le troisième âge et autres institutions de soins classiques est d’être relativement froids et impersonnels. Rien de tout cela à Ter Bleuk, un ensemble de 52 logements encadrés à Bonheiden. L’ingrédient principal de cette recette fort appréciée : une abondance de lumière naturelle gràace à une verrière modulaire VELUX.

 

Ter Bleuk se situe au cœur d’un quartier résidentiel à Bonheiden, sur un terrain d’un hectare et demi entouré de verdure.  La maison de repos implantée là depuis trente ans avait mal vieilli et n’était plus rentable en raison de sa capacité limitée. « Les possibilités d’extension étaient également réduites », explique l’architecte Hilde De Ruysscher, qui fut contactée pour la première fois au début des années 90 par le directeur Hendrik Ghekiere. « Nous avons navigué durant de nombreuses années entre les prescriptions strictes du plan particulier d’aménagement et le développement du nouveau projet, qui a finalement servi de base à un nouveau plan d’exécution spatial pour le quartier. Nous avons tenté de nous démarquer des stéréotypes et avons systématiquement vérifié nos idées avec un avocat spécialisé en aménagement du territoire. C’est ainsi que nous sommes parvenus à changer complètement de cap. Ter Bleuk est la seule institution de repos et de soins dans la région qui n’offre que des logements encadrés. »  

 

Une typologie simple et forte

Le complexe se compose de quatre pavillons résidentiels, groupés autour d’un volume de services transparent comprenant une infirmerie, un cabinet médical, un café avec terrasse et un restaurant souterrain avec espace extérieur protégé.  Les blocs ne sont reliés entre eux qu’en sous-sol afin de préserver les vues sur l’espace vert central et le bois en arrière-plan. Entre les pavillons sont implantés quelques locaux techniques, un espace polyvalent, un espace bien-être avec sauna et jacuzzi, un local de kiné et de fitness et un salon de coiffure. Les architectes optèrent pour une typologie simple et forte. Le revêtement de façade des pavillons résidentiels – une combinaison de maçonnerie gris clair et de panneaux pleins avec impression bois brun-rouge – offre un aspect à la fois dynamique et serein. « De plus, leur gabarit limité à deux niveaux est parfaitement assorti aux bâtiments voisins, donnant aux pavillons résidentiels une impression de villas de luxe à échelle humaine », explique Hilde De Ruysscher. « Le projet a été réalisé en étroite collaboration avec Elisabeth Elegeert. Nous avons eu la chance de pouvoir tout imaginer et décider ensemble, jusqu’au mobilier des espaces communs et aux aménagements extérieurs. »

 

« Grâce à l’abondance de lumière naturelle, les couloirs ressemblent à un passage public à dimension humaine »

 

Un plan ouvert

Les logements encadrés se répartissent en plusieurs types en fonction de leur taille et de leur situation.  Ils sont tous équipés d’un coin-cuisine pratique, un salon, différents meubles de rangement, une chambre avec garde-robe intégrée et salle de bains attenante avec wc et douche à l’italienne. Chaque appartement profite également de vastes baies vitrées et d’un espace extérieur privatif sous la forme d’une terrasse....

 

Poursuivez la lecture de cet article sur le site de Belgian Building Magazine.