Doorzoek volledige site
09 februari 2016 | PHILIPPE SELKE

Première wallonne à Visé : 9 containers pour 4 logements sociaux (Okube)

Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations
Illustratie | La Régionale Visétoise d'Habitations

Un des objectifs poursuivis par la Société Wallonne du logement était de mettre en oeuvre un projet expérimental, comprenant de nouvelles techniques de construction, en utilisant des matériaux faciles à trouver, recyclables, et à un coût abordable. C'est désormais chose faite à Visé, où la Régionale d’habitation Visétoise a inauguré en octobre 2015 quatre logements sociaux construits à partir de 9 containers maritimes d'occcasion. La société de logement s'est alliée pour l'occasion au bureau d'architecture Okube pour concevoir le projet, tandis que l'entreprise BSP Construction s'est chargée de la réalisation. Le confort acoustique des logements est qualifié de supérieur.

Initialement prévu par un emplilement de containers bruts posés sur plots, le projet de construction de 4 logements a subi, au fil des réflexions et des intervenants, une métamorphose indéniable pour déboucher sur une construction d'architecture contemporaine alliant hautes performances énergétiques, acoustiques et esthétiques. Le CSTC a assuré une guidance technologique au niveau stabilité, acoustique et étanchéité au différents stades de la construction.

 

Description technique

L'ossature du bâtiment se compose de 9 containers maritimes d'occasion (Type High Cube de 40 pieds) formant un ensemble de 4 logements sur 2 niveaux : 5 containers pour le rez-de-chaussée et 4 pour l'étage. Trois logements (1 chambre) sont formés par l'agencement et la juxtaposition de 2 containers et le quatrième logement (2 chambres), accessible aux PMR, est formé par l'agencement et la juxtaposition de 3 containers. En outre, un container neuf de couleur verte est utilisé comme local technique et poubelles communs aux 4 habitations. Il est dissocié structurellement des autres containers et ne participe pas à la stabilité de l'ensemble.

Les containers sont déposés sur les plots de fondation reposant sur des faux-puits en raison du mauvais sol rencontré. Des joints néoprènes résilients sont posés sous chaque niveau (sous-sol, premier étage). L'espace entre le plancher des containers du rez-de-chaussée et les plots de fondation a été rempli par des billes d'argex expansé sur une épaisseur de 40 cm.

Les doubles portes ouvrantes des containers ont été enlevées et remplacées par de très grandes baies vitrées. D'autres ouvertures ont été prévues principalement dans les chambres pour répondre aux normes d'éclairage des locaux. Un vide technique sépare les logements du rez-de-chaussée et de l'étage pour implanter les installations techniques et permettre leur entretien ultérieur.

Les faux-plafonds des containers du rez-de-chaussée comportent une ossature métallique remplie d'une isolation en laine de roche de 6 cm d'épaisseur pour répondre aux exigences thermiques et acoustiques et aux normes incendie entre les logements.

Les containers sont habillés à l'extérieur de bardages métalliques de 12 cm d'épaisseur en polyuréthane (type panneaux sandwich) et à l'intérieur de cloisons avec une ossature en bois remplie d'une isolation en laine de 6 cm pour répondre aux exigences des normes incendie. Les logements sont ventilés par un système C suivant la réglementation en vigueur. Chaque logement dispose d'une chaudière murale au gaz pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire.

 

Analyse

Les résultats des tests d'étanchéité et des mesures acoustiques réalisés par le CSTC, les études et les déclarations initiales des prestations énergétiques des bâtiments permettent d'établir que les 4 logements sont de type basse énergie et bénéficient d'un confort acoustique supérieur.

En ce qui concerne les délais, les travaux ont démarré en octobre 2014 et, en mai 2015, les travaux de construction et des abords étaient achevés. Les locataires ont pu intégrer leur nouveau logement à partir de juillet 2015. Si on tient compte de la période hivernale et des congés, on peut considérer qu'il a fallu seulement 4 mois pour réaliser les travaux.

Au niveau du coût, vu le soin particulier apporté à l'aspect extérieur des logements et aux hauts niveaux de performances de ceux-ci, le projet atteint un coût de construction hors frais de 1269 euros le mètre carré. Ce projet étant expérimental, il est incontestable qu'avec plus d'expérience pratique dans la techique utilisée, le prix serait beaucoup plus compétitif par rapport au coût de construction en matériaux traditionnels.