Doorzoek volledige site
10 april 2019 | MICHEL CHARLIER

Jean Nouvel offre une Rose des sables au Qatar

Illustratie | Iwan Baan
Illustratie | Iwan Baan
Illustratie | Iwan Baan
Illustratie | Iwan Baan

Huit ans après le début de sa construction, le musée national du Qatar a été inauguré le 27 mars dernier, sur la corniche de Doha. L’édifice de 52 167 m² est formé par l’enchevêtrement de 539 disques d’acier de 14 à 87 m de diamètre, recouverts par 115 000 m² de béton fibré ultra-hautes performances. L’ensemble évoque une rose des sables. Il est bâti en « U » autour du palais du cheikh Abdullah bin Jassim Al Thani, qui servit au XXe siècle de résidence royale, de siège du gouvernement puis de musée du patrimoine. Un jardin public de 112 000 m² conçu par Michel Desvigne agrémente le site.

 

« Au début du projet, nous voulions entourer le palais avec une œuvre de land art, se souvient l’architecte Jean Nouvel, également concepteur du Louvre Abu Dhabi. Mais on nous a demandé quelque chose de plus visible. » Pour symboliser le Qatar, pays situé entre mer et désert, lui et ses Ateliers ont alors pensé à « la première architecture auto-créée par la nature » : la rose des sables. « Le musée suit les mêmes règles de cristallisation, mais à l’échelle monumentale, explique-t-il. Les disques se croisent de manière a priori aléatoire et leur texture est rugueuse. »

Comme pour le Louvre Abu Dhabi, l'architecte a puisé dans l'iconographie locale pour construire le nouveau monument. A l'immense dôme-moucharabieh aboudabien répond donc la métaphore du désert qatari. À l’intérieur, « aucune paroi verticale », garantit Jean Nouvel. Les pétales de la rose se croisent pour une expérience muséale faite d'une succession de surprises spatiales, le long d’un parcours de 1,5 km où est retracée l’histoire du Qatar depuis 7000 ans.