Doorzoek volledige site
29 oktober 2014 | PHILIPPE SELKE

Raté de peu : Centre de congrès à Mons (Atelier de l'Arbre d'Or)

Vue aérienne arrière Illustratie | Atelier de l'Arbre d'Or
Vue aérienne parvis nuit Illustratie | Atelier de l'Arbre d'Or
Vue intérieure Illustratie | Atelier de l'Arbre d'Or
Vues en coupe Illustratie | Atelier de l'Arbre d'Or

A l'occasion de la première belge du film The Competition organisée le 5 novembre à Namur, Architectura ouvre une nouvelle rubrique, appelée "Raté de peu". Des architectes y présentent des projets qui les ont amenés à la deuxième place d'un concours. Bernard Voglet, architecte associé et administrateur à l'Atelier de l'Arbre d'Or, nous parle de la participation de son bureau à un concours pour un centre de congrès à Mons, qui a connu une issue... inattendue.

En quoi consistait la mission ?

Il s'agit de la conception et la réalisation d’un centre de congrès pour la Ville de Mons. Budget prévisionnel : environ 25 000 000 € htva. Mission complète d’architecture, de stabilité, de techniques spéciales, responsable études PEB et paysagiste, scénographie. Architecture en association avec le bureau Fabre et Speller. Entreprise de construction : Association momentanée Bernard - Cordeel. Construction du bâtiment par l’entreprise.

 

Quels sont les points forts de votre projet ?

La cinquième façade… 

Les hommes se réunissent dans le but de partager leurs expériences et penser l’avenir culturel, social, économique de la société. Penser l’avenir, c’est ne pas faire croire, par une forme extravagante que l’avenir est déjà là. Mais montrer la réflexion, faire sentir l’importance du dialogue, valoriser l’utilité des mots contre l’inflation des images. C’est pourquoi s’enchaînent spatialement l’espace d’échange du forum, les lieux de réflexion des salles de commissions, les sites d’écoute et de partage des auditoriums. Ces trois temps d’un congrès forment les étages d’un jardin en terrasse qui se tourne vers la ville, vers ce qui constitue l’histoire mais aussi l’avenir de la région de Mons. L’esprit du centre de congrès n’est pas d’être vu, mais de donner à voir. Le centre de congrès  se présente d’abord comme une promenade, la cinquième façade est constituée par les terrasses dont la référence urbaine est une évocation du mont de Mons. Elle prolonge le sol montois par de vastes gradins plantés, arpentés par un parcours piéton qui relie plusieurs usages ouverts au public et aux congressistes. Il s'agit d'un espace ouvert sur la ville.

 

Quel bureau l’a finalement emporté ? Quels étaient les points forts de leur projet ? Comprenez-vous le choix du jury ?

Le bureau qui a remporté le marché est le bureau de Daniel Libeskind. Je ne connais pas les raisons pour lesquelles ce bureau a été choisi, outre le fait que plus que le projet, c’est le nom d’une “stararchitecte” qui semble être de plus en plus recherché, au service de la communication des grandes villes. Je ne permettrais pas de remettre en cause le choix du jury, ni la qualité du projet en construction, mais il me parait néanmoins pour le moins opportun d mentionner la façon dont nous avons été écartés des délibérations. Pour l’histoire des grands ratés, notre dossier n’a pas été ouvert. En effet, l’entreprise ayant remis l’offre sur un papier non conforme (document administratif), elle a été écartée sans autre forme de procès. Résultat : environ 1000 heures de travail (toute l'équipe) pour rien...