Doorzoek volledige site
03 maart 2015 | PHILIPPE SELKE

Rénovation lourde d'un immeuble de bureaux à Mons (DSW Architects)

Illustratie | DSW Architects
Illustratie | DSW Architects
Le bâtiment avant rénovation Illustratie | DSW Architects
Le bâtiment après rénovation Illustratie | DSW Architects

Dans la cité du Doudou, au 116 de la rue du Joncquois, DSW Architects a réalisé en un temps très court une rénovation contemporaine basse énergie répondant aux standards actuels pour des espaces de bureaux. Ceux-ci, datant de 1977 et appartenant à Generali Real Estate, sont destinés à héberger des services du Ministère des Finances. L'immeuble rénové vise la certification BREEAM "Very good".

Le bâtiment fait partie d’un lot de 3 constructions érigées dans le milieu des années ’70 conçues pour héberger des services publics. Ces 3 bâtiments sont composés des mêmes éléments répétitifs en béton architectonique qui forment la façade et la structure portante des bâtiments. Préalablement à la rénovation, le bâtiment fut désamianté par l’entreprise montoise SBMI. De l’amiante était notamment présente dans le calfeutrage de certaines gaines ainsi que dans la colle du revêtement de sol.

Grâce à la bonne collaboration et au professionnalisme de tous les intervenants, le bâtiment pu être livré dans les temps malgré un planning très serré. Le chantier débuta au mois de mars 2014 pour accueillir début novembre 2014 les premiers locataires.  Une véritable prouesse étant donné la rénovation lourde du bâtiment. 

 

Rompre avec la monotonie

Pour rompre avec l’extrême régularité de l’ancienne façade architectonique, les architectes ont introduit une rythmique des fenêtres aléatoire, tout en conservant la modularité existante des espaces intérieurs. Cette rythmique est renforcée grâce au rappel de la présence des cadres débordants des châssis et l’utilisation de couleurs qui contrastent avec une façade sobre mais néanmoins élégante.  Les teintes utilisées ont été choisies en concertation avec l’urbanisme de Mons et le maître d’ouvrage.

 

Performance énergétique et confort des occupants

Une enveloppe isolante en laine de roche dont l’épaisseur varie de 14 cm au niveau des colonnes à 37 cm au niveau des allèges a été appliquée sur les façades du bâtiment.  Les toitures ont été également isolées avec 20 cm d’isolant de haute performance et végétalisées pour réduire les rejets d’eau de pluie sur le réseau d’égouttage public, mais également pour protéger l’étanchéité par rapport aux UV et ainsi améliorer la durabilité du bâtiment.  De châssis performants ont été installés avec un double vitrage performant d’un point de vue thermique mais également acoustique.  Des stores extérieurs ont été placés sur les façades exposées au soleil pour limiter le risque de surchauffe et améliorer le confort visuel des futurs travailleurs.

Une ventilation double flux a été installée dans le bâtiment qui à l’origine n’était pas ventilé.  Les chaudières existantes qui avaient moins de trois ans ont été récupérées et le circuit de chauffage adapté à un régime basse température.

Concernant la remise en état des espaces intérieurs, l’intégration des techniques a demandé une attention toute particulière. Le bâtiment fut construit à l’époque avec une faible hauteur sous-plafond.  L’ajout de diverses gaines et câblages dut être étudié avec soins.  Les architectes ont pris le parti de laisser le plafond (dalle de béton) apparent et de le peindre en noir pour que les différentes techniques s’y intègrent.  Le fait de garder la dalle de béton apparent améliore l’inertie thermique et donc le confort des occupants.  Des dalles de plafond acoustique ont été réparties dans les espaces de travail pour offrir un confort adéquat aux utilisateurs du bâtiment. 

Exprimé en chiffres, le niveau d’isolation thermique globale du bâtiment passe de K155 avant rénovation à K29. Le calcul des niveaux E est en cours.

 

BREEAM very good en vue

Le bâtiment fait l’objet d’une certification BREEAM reconnue internationalement et atteindra le score de ‘very good’.  La certification est en cours et devrait être confirmée dans les prochains mois. L’entreprise Louis de Waele s’est efforcée de trier les déchets de chantier et d’utiliser des matériaux durables labellisés.  De même, la certification BREEAM impose certains critères pour les matériaux utilisés comme par exemple pour les finitions intérieures moins chargées en composés organiques volatils.

Des aménagements pour les travailleurs cyclistes ont été réalisés :  un parking vélo a été réalisé dans le bâtiment ainsi que des vestiaires et douches pour les cyclistes.  Le locataire dispose en outre de moyens de comptage précis par étage des énergies dépensées (eau, chauffage, électricité) et un commissionnement précis des installations techniques et des mesurages qualitatifs furent réalisés après les travaux. 

Pour les abords extérieurs, un écologue fut consulté et ses recommandations suivies.  En résultent la plantation de plantes d’espèce indigènes ainsi que la pose d’un revêtement pour les emplacements de stationnement perméable à l’eau de pluie. 

GERELATEERDE DOSSIERS