Doorzoek volledige site
13 april 2016

Priorités des travaux à réaliser

L’isolation de la toiture doit être mise en œuvre de manière à qu’il soit toujours possible d’effectuer ultérieurement un raccordement avec l’isolation de façade. Illustratie | WTCB / CSTC

Il n’existe pas de règles générales applicables à tous les bâtiments en ce qui concerne l’ordre dans lequel effectuer les travaux d’une rénovation énergétique. Cet article du CSTC attire l’attention sur les points auxquels il convient de veiller dès le début du projet de rénovation.

Priorisation des travaux ? Ayez une vue à long terme

On dit souvent qu’il faut commencer par l’isolation, afin de pouvoir réduire la puissance des systèmes de chauffage. Pour certains bâtiments, il ne s’agit toutefois pas toujours du meilleur conseil. Il se peut, par exemple, que les systèmes soient tellement peu performants qu’il serait plus rentable de les remplacer immédiatement, plutôt que d’attendre une rénovation complète, mais éventuellement phasée, de l’enveloppe. De même, des travaux temporaires de petite envergure, mais permettant d’économiser de l’énergie peuvent s’avérer rentables, car ils sont peu coûteux et peuvent être effectués immédiatement (éventuellement par l’occupant). Enfin, l’urgence de réaliser certains travaux peut également déterminer l’ordre des rénovations.

Il existe de nombreuses interactions entre les différents éléments de construction. Il convient donc de contrôler l’influence qu’une action de rénovation pourrait exercer sur les actions éventuellement à venir. Ainsi, lors de la rénovation de l’isolation thermique des façades, il faut anticiper les jonctions avec les châssis ou avec la toiture. Les Dossiers du CSTC 2012/4.2 font notamment le point sur ces différentes interactions.

Pour cette raison, il est utile que le propriétaire d’un bâtiment se fasse aider d’un professionnel (un auditeur énergétique, par exemple), afin d’avoir une vue globale des travaux à entreprendre.

 

Isolation thermique, étanchéité à l’air, ventilation : le trio indisociable

La rénovation énergétique d’un bâtiment doit idéalement s’appuyer sur une démarche globale comprenant trois piliers : étanchéité à l’air, ventilation et isolation thermique. Un traitement cohérent de ces trois aspects peut se révéler difficile dans le cadre d’une rénovation phasée.

Toutefois, l’étanchéité à l’air et l’isolation thermique étant plus spécifiquement liées à l’enveloppe, celles-ci peuvent être traitées de pair. C’est notamment le cas lors de la rénovation de toitures inclinées. La pose de l’isolant thermique par l’intérieur, d’une part, et de la membrane d’étanchéité à l’air, d’autre part, se fera simultanément (voir "Rénovation énergétique des toitures à versants"). De même, lors du remplacement des châssis, on veillera à réaliser un resserrage à la fois étanche à l’air et isolé thermiquement de manière continue (voir "Rénovation des fenêtres existantes").

Si une rénovation des systèmes de ventilation est prévue, il peut s’avérer judicieux d’anticiper les percements nécessaires, en prévoyant, par exemple, des fourreaux lors de la rénovation de certaines parois.

Dans tous les cas, il est essentiel d’assurer un renouvellement suffisant de l’air intérieur en installant un système de ventilation (voir "Quelles solutions pour la ventilation en rénovation ?"). Cette action devrait idéalement être menée avant l’amélioration de l’étanchéité à l’air, afin de donner priorité à la qualité de l’air.

 

Poursuivez la lecture de cet article sur le site du CSTC.