Doorzoek volledige site
25 november 2019 | MICHEL CHARLIER

A Saint-Omer, La Station fait revivre l’ancienne gare

Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés
Illustratie | Richez Associés

Le 15 novembre dernier, à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais (France), on inaugurait La Station. L’ancienne gare, classée monument historique et abandonnée pour cause de vétusté depuis 2011, est désormais un espace de coworking et un FabLab. Elle a également repris sa fonction de gare. Un projet de rénovation porté par les bureaux d’architectes Nathalie T’Kint et Richez Associés.

 

Depuis 2011, à Saint-Omer, la SNCF accueillait les voyageurs dans des bâtiments préfabriqués. Car la gare, construite au début du 20e siècle, n’était plus en mesure de les accueillir en toute sécurité. En 2016, le maire de Saint-Omer a persuadé la communauté d'agglomération de sa commune d’investir 200 000 € pour racheter le bâtiment à l’opérateur ferroviaire.

L’objectif ? Créer des espaces de coworking - tant pour les habitants de Saint-Omer que pour les voyageurs - et surtout installer un FabLab. Lieu de prototypage et de formation, le FabLab est un véritable terrain de jeux où l’on côtoie imprimantes 3D, découpeuses laser, vinyles, brodeuse numérique, électronique, programmation... Le FabLab regroupe aussi une communauté d’utilisateurs qui échangent et partagent compétences, connaissances et savoirs. A cela s’ajoutent également un incubateur d’entreprises et un comptoir de la mobilité.

Une gare classée monument historique

La communauté d'agglomération de la commune est donc devenue propriétaire de la gare, mais elle a souhaité en déléguer la gestion à La Station Saint-Omer, une association créée pour l'occasion, issue du think tank ‘La villa numéris’. Les travaux de rénovation et d’aménagement ont débuté en 2017, et la conception de ce projet a été confiée aux bureaux d'architectes Nathalie T'Kint et Richez Associés.

Tant les architectes que le maître d’ouvrage et les entrepreneurs ont dû composer avec une fameuse contrainte. La gare, l'une des rares de la région à ne pas avoir été détruite pendant la guerre, est en effet classée ‘monument historique’. C’est ce qui a amené les concepteurs, par exemple, à conserver la salle des pas perdus et à lui ajouter une large verrière afin d’y faire pénétrer un maximum de lumière naturelle. La grande horloge a été restaurée et la marquise a été totalement réhabilitée par des artisans locaux. Enfin, les architectes ont choisi de descendre les ornements de façade en pierre à hauteur de visage, afin de les rendre plus visibles qu’auparavant.

Quatre niveaux latéraux, trois centraux

La Station propose quatre niveaux dans chacun de ses pavillons latéraux et trois dans le hall principal. Au total, ce sont près de 3 000 m2 qui sont aménagés à l’intérieur. Dans le bâtiment central, ‘la halle’ (800 m2), on trouve(ra) les commerces, la salle des pas perdus et l’espace mobilité. L’aile ‘Calais’ (ouest du bâtiment) accueillera le FabLab (700 m2). L’aile ‘Lille’, de superficie identique, héberge(ra) l’espace incubateur. Un espace de coworking de 450 m2 fera le lien entre les deux espaces et permettra les échanges, favorables à l’éclosion des projets.

Comme par un ‘retour de balancier’, le nouveau propriétaire des lieux a reloué 15% de l’espace de la gare… à la SNCF. Une salle d’attente pour les voyageurs ainsi que des guichets pour la vente de billets sont donc prévus dans la salle principale.

Un chauffage par géothermie

L’un des aspects les plus spectaculaires du chantier est invisible à l’œil nu. Sept forages ont été effectués à une profondeur de 200 mètres pour installer le système de géothermie qui chauffera le bâtiment. Le chauffage de l’ensemble du bâtiment sera donc autosuffisant et énergétiquement performant. L’eau est puisée 200 m sous le niveau du sol.

La réhabilitation de la gare a coûté 10 millions €, dont la moitié a été subsidiée par la communauté d’agglomération et le reste par le FEDER et la Région des Hauts-de-France. A cela s’ajoutent 7,6 millions € pour la construction d’une passerelle piétonne et l’extension d’un parking existant afin d’améliorer l’accessibilité à la Station Saint-Omer.